• Hachette Education vient de sortir une collection de livres pour apprendre à lire au CP et inspirée des Grands Classiques Disney !

    Vous pouvez facilement imaginer ma joie de découvrir cette collection juste après les fêtes de fin d'année ! C'était un peu comme un deuxième Noël pour la maîtresse ! ;-)

    Dès que j'ai appris la sortie de cette collection, en tant que fan inconditionnelle de Disney, j'ai couru dans la librairie la plus proche pour acheter les 3 premiers tomes pour ma classe.

    J'apprends à lire ... Disney !

    Cette collection suit la même (et excellente) logique que "J'apprends à lire avec Sami et Julie":

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    1) Des albums classés en 3 niveaux de difficultés, adaptés à la progression d'apprentissage des sons au CP.

    Voici les détails des niveaux de difficultés qui sont présentés au début de chaque albums.

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    2) Des pages de préparation à la lecture pour réviser sons, syllabes, ...

    Voici les pages de préparation à la lecture des Aristochats

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    3) Une histoire simple avec des phrases courtes, écrites dans une police suffisamment grande pour ne pas poser des difficultés de déchiffrage, des mots à la portée de tout enfant ayant acquis les bases de la phonologie et de la lecture et des illustrations magnifiques reprises des dessins animés Disney qui renforcent la compréhension du texte.

    Voici des extraits du Roi Lion (niveau 1) et de Vaiana (niveau 2)

     

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    Comme dans la collection "Sami et Julie" et dans les méthodes de lecture utilisées en CP, les lettres muettes sont grisées pour signaler aux enfants de ne pas les prononcer. De même, un code couleur est utilisé pour les noms des personnages des albums de Niveau 1 afin de faciliter la lecture et la reconnaissance globale des mots qui reviennent régulièrement dans l'histoire.

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    4) Des pages de questions de compréhension permettant de vérifier si l'enfant a bien compris. Ces questions sont aussi un bon moyen d'échanger et de débattre en classe sur des sujets variés poussant à la réflexion.

    Voici les pages de compréhension de lecture de Vaiana

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

    - J'apprends à lire ... avec Disney -

     

    Ce que je retiens de cette petite collection c'est la joie qu'elle a procuré à mes élèves : ils ont découvert dans la bibliothèque de classe des livres qui leur parlaient car ils connaissaient les personnages et l'intrigue générale. Ces albums les ont rassurés et mis en confiance face à la lecture.

    Preuve en est : ils n'étaient dans ma classe que depuis trois jours quand ils avaient déjà permis à certains de mes élèves, parfois en grande difficulté avec la lecture, d'avoir le "déclic" pour la lecture ! En quelques jours, ces supports les ont motivés, les ont attirés. Ils ont ouvert volontairement ces livres (chose qui n'était pas encore arrivée depuis septembre !) et, après un moment à les feuilleter, ils sont venus le sourire aux lèvres, pour m'annoncer :

    "Maîtresse !!! Je crois que je sais lire maintenant en fait !"

    Et, après démonstration de leur part, je fut étonnée, surprise, fière, heureuse, émue ... (tout à la fois) de constater que c'était vrai !

    Ils décodaient ! Ils comprenaient !

    Bref, ils étaient devenus de jeunes lecteurs !

    On pourra dire ce qu'on voudra : "C'était le moment ... Ils étaient prêts !", etc ...

    Tout ça, je le sais bien sûr ... mais mon petit cœur de "maîtresse-enfant" se plaît à penser que c'est "La magie Disney" qui a opérée dans ma petite salle de classe ! ;-p

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Vous trouverez ci-dessous les titres des albums, classés par niveau de difficulté, déjà sortis et disponibles à la vente :

    NIVEAU 1

    Le Roi Lion

    Les Aristochats

     

    NIVEAU 2

    Vaiana

     


    1 commentaire
  • Idée de départ

    L’an passé, je me suis retrouvée face à certains élèves en très grande difficulté face à la lecture :

    • des élèves non-francophones parvenaient difficilement à mémoriser les lettres de notre alphabet et les phonèmes associés
    • certains encore, francophones de naissance, n’arrivaient pas à retenir le son de chaque lettre (notamment pour les sons proches) et se retrouvaient ensuite totalement bloqués lors d’activités de compréhension de lecture. Lorsque le mot était décodé, les élèves étaient tout à fait capables de me dire quel était l’objet nommé, pourquoi on en avait besoin, où on se trouvait … De ce fait, comment pouvais-je cocher « non acquis » à la compétence « compréhension » alors que leur souci était avant toute chose la difficulté de décodage.
    • de nombreux élèves encore se perdaient dans la lecture des syllabes : ils oubliaient les deux premières syllabes en décodant la troisième, ne pouvaient alors plus décoder ni comprendre le mot lu, inversaient des lettres ce qui changeait le sens du mot ou le rendait incompréhensible …

    Autant de difficultés qui m’ont fait me questionner sur ce sujet du décodage qui était finalement très "visuel" alors que mes élèves semblaient être plus "auditif".

    Je voulais donc leur trouver un outil qui leur permette:

    - d’alléger leur tâche de décodage de manière autonome

    - de réduire la complexité de cette même tâche pour centrer leur attention et leur apprentissage sur la compréhension pure (quand c'était le but),

    - d'avoir droit à un « coup de pouce » pour accéder plus facilement aux sons qui leur manquaient pour décoder un mot et ainsi mieux comprendre ce qu’ils lisaient sans pour autant épuiser toute leur concentration sur la tâche de compréhension des mots et, par la suite, du texte.

    Fabrication du synthéti'sons

    J’ai donc mené des recherches sur le sujet puis j’ai reçu un jour à on école un livre « spécimen » d’une nouvelle méthode de lecture des éditions RETZ nommée « Lecture Piano ». L’étude des sons s’y fait entre autre par la manipulation d’un piano en carton dont chaque touche correspondant à un lettre/phonème.

    Le Synthéti'sons

    Ce piano en carton fut une réelle inspiration et une partie de la réponse à mon propre questionnement car je souhaitais finalement créer un vrai « piano de lecture » pour permettre à mes élèves de réellement manipuler les touches, les sons, …

    Il me semblait être un excellent moyen de « faire jouer la lecture » comme on joue de la musique et de mettre ainsi en pratique ce que je disais à mes élèves en classe :

    Chaque phrase, chaque mot, chaque syllabe est comme une mélodie : on doit le composer en respectant l’ordre des lettres pour pouvoir la décoder, l’entendre et la comprendre.

    Si un musicien se trompe dans ses partitions, on l’entend et le remarque très vite parce qu'on ne reconnait plus la musique qui nous plaît tant. En lecture c’est pareil : si on inverse des sons on n’y comprend plus rien.

    Les parallèles entre la lecture et la musique peuvent être nombreux et parlants pour les enfants d’autant que, je l’ai remarqué depuis quelques années, une grande partie des élèves éprouvant des difficultés en lecture développent bien des compétences dans d’autres domaines comme que les disciplines artistiques et musicales. Transformer la lecture en musique concrète et pratique m’a paru être une voie à suivre qui permettrait de raccrocher et de motiver les élèves ayant moins de facilités.

    Je suis donc partie à la recherche d’un synthétiseur (plus pratique et moins encombrant qu’un piano dans une classe !) avec dans l’idée de le « modifier ». Mon envie de base était de « vider » le synthé de toutes ses notes de musique pour y programmer tous les sons de la langue française et créer ainsi un nouvel instrument : le Synthéti’sons.

    Malheureusement, la technologie et mes connaissances limitées dans ce domaine m’ont vite fait comprendre que je ne pouvais pas réaliser cet outil avec l’instrument que j’avais récupéré. :-(

    En attendant de pouvoir trouver une solution efficace, j’ai opté pour un fonctionnement plus artisanal (et même archaïque je pense).

    Après plusieurs brouillons et réflexions, j’ai finalement organisé le clavier ainsi :

    • les voyelles sont sur les touches noires en partant de la gauche (avec aussi les sons ou, au/eau, oi, ai/ei)
    • les consonnes sont sur les touches blanches à la gauche du clavier
    • les sons complexes de toutes sortes se trouvent répartis sur les touches noires et les touches blanches, sur la droite du Synthéti’sons

    Le Synthéti'sons

    Actuellement, faute de technologie suffisante, lorsque les élèves en difficulté ont du mal à décoder un mot, il leur faut donc produire eux-mêmes le son de chaque touche pressée pour le construire . Lorsque cela leur est encore trop difficile, un camarade peut venir à leur secours en produisant le son demandé par l'élève, après manipulation. Une fois le mot décodé et entendu, l’élève peut alors se concentrer sur sa compréhension et le travail qui l'accompagne.

    Voici le synthéti’sons actuel présent dans ma classe :

     

    Le Synthéti'sonsLe Synthéti'sons

    NB : les couleurs présentes sur les touches correspondent aux couleurs des clochettes Montessori que nous utilisons en musique pour décourvrire les notes. Ces couleurs permettent donc de faire un lien entre les notes, les clochettes et le synthé pour que les élèves composent leurs propres mélodies.

    Le synthéti’sons rêvé

    Actuellement, le synthéti’sons est encore bien loin d’être abouti par rapport à mon idée de départ. :-(

    Secrètement, je rêve que cet outil :

    • propose une réelle manipulation et une lecture audible de tous les sons existants et utiles à la lecture de la langue française
    • classe les sons au fils de l'année, afin de correspondre à l’organisation voyelles / consonnes / sons complexes de la progression suivie
    • propose sur chaque touche un son (ex : [k]) et ses différentes graphies (ex : c, q, qu, k) ainsi qu’un dessin de référence au son (ex : cabane).

    Mais le principe même d’un rêve c’est d’être poursuivi et atteint non ? ;-)

    C’est pourquoi je ne lâche pas l’affaire et me penche, depuis quelques temps et grâce aux conseils et à l’aide de spécialistes en la matière, sur une alternative au Synthéti’sons qui serait plus numérique, ludique et encore plus accessible aux élèves mais aussi à tous les enseignants .

    Si une solution viable est trouvée, promis, vous serez les premiers prévenus ! ;-)


    votre commentaire
  •  

     

    Suite à une publication Instagram de Bout de gomme concernant la production d'écrits, j'ai pu participé avec d'autres collègues à la réalisation d'une collection de fiches-jeux (niveau CP) permettant aux élèves de construire des phases tout en s'amusant.

    Toutes les fiches sont regroupées sur le blog de Bout de Gomme.

    Vous y trouverez divers thèmes de travail ainsi qu'une trame modifiable pour réaliser vos propres fiches ! ;-)

     

    Merci Bout de Gomme pour cette initiative et ces partages !Création de phrases


    votre commentaire
  • Nos InstaCollègue @LéaLiCoud et @marie6779 partagent avec nous leurs créations basées sur les albums de la collection "Monsieur Madame"

    Léali met à notre disposition les 32 Pixel Art "Monsieur Madame"

     qu'elle vient de concevoir pour ses loulous !

    De quoi ravir de nombreux élèves très vite ;-)

    Pixel Art "Monsieur Madame"

    Pixel Art "Monsieur Madame"

    Vous pourrez trouver également ses cartes à pinces et son porte-clé d'adjectifs "Monsieur Madame" sur le blog de Bout de Gomme.

    De son côté, Marie a réalisé pour sa classe un document Power Point modifiable reprenant certains personnages des albums. Elle le partage avec joie pour nous permettre de réaliser des affiches de porte-manteaux personnalisables ! ;-)

    Pixel Art "Monsieur Madame"

    Merci mille fois à elles deux pour ces partages !!!! 


    votre commentaire
  • Au centre de création, les activités de Pixel Art reçoivent toujours un accueil très chaleureux. ;-) Cependant, il n'est pas facile pour tous les élèves de se repérer dans un quadrillage et de reproduire le dessin proposé, même si ils l'ont choisi et qu'ils ont à cœur de le terminer.

    Afin de ne pas décourager les élèves les plus en difficultés avec le repérage dans l'espace, j'ai mis au point un petit diaporama explicatif de la technique de reproduction d'un Pixel Art afin de couper l'activité en plusieurs étapes, ligne après ligne et case après case,  pour éviter la précipitation et leur permettre de réaliser leur œuvre au mieux.

    Dans ce diaporama, vous trouverez les différentes étapes que je travaille avec mes élèves pour reproduire un Pixel Art avant de les lancer en autonomie sur l'activité.

    Vous y trouverez également différentes grilles de reproduction :

    - deux grilles (carrés de 30 et 50 carreaux) dont les lignes et les colonnes sont numérotées afin de simplifier la tâche aux élèves en difficulté

    - les deux mêmes grilles mais non-numérotés afin de permettre aux élèves ayant plus de facilités avec le repérage spatial de reproduire leur Pixel Art sans aide. (Libre alors à eux de numéroter ou non les cases. ;-))

    Reproduire un Pixel Art

    Concernant les modèles à reproduire, j'ai compilé dans un PDF des dessins trouvés sur le réseau social Pinterest (mais que je ne peux pas vous diffuser par cybercourtoisie car je ne suis pas l'auteur de ces dessins ;-)).

    Le stock de ma classe croulera bientôt sous encore plus de Pixel Art mêlant Princesses Disney, Avengers, droïdes de Star Wars et autres héros de jeux vidéos ! De quoi ravir mes loulous ! (... et moi, oui, javoue !)

    Voici pour les intéressés quelques liens vers des sites et blogs qui pourront satisfaire vos envies de Pixel Art :

    - Le blog de Maisquefaitlamaitresse : ici

    - Le blog du cancre : ici

    - Le blog des rusés : thème Halloween ici


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires