• Voilà ! Nous avons commencé la fabrication de ma future table de travail en groupe aujourd'hui avec mon papa !

    Comme je l'avais promis sur Instagram, je prends quelques minutes pour vous montrer ce que nous avons fait ...

    Pour la construire, nous avons eu (ou aurons encore) besoin de :

    2 plaques de bois reconstitué MDF (=moyenne densité de fibres) de 19 mm d'épaisseur

    du bois rouge pour les pieds (dimensions variables selon la hauteur de table que l'on souhaite)

    8 roulettes à freins

    72 vis  (rien que ça oui ... Et toutes dans les pieds de la table en plus !)

    du vitrificateur (c'est comme du vernis mais ça ne représente pas de risques pour les enfants : pas d'odeur, pas nocif ...)

    Les dimensions

    Plusieurs facteurs ont été pris en compte pour réaliser cette table :

    - l'utilisation que je comptais en faire (évidemment !)

    - l'espace disponible dans ma classe (pas le choix) 

    - les dimensions du matériel dont nous disposions (On a récupéré certains éléments et donc nous n'avons pas pu choisir ces dimensions. Bref, on fait avec ce qu'on a !).

    Voici les dimensions de la table finale : (dessin réalisé à main levée et donc pas à l'échelle)

    Table de groupe en chantier

    Les étapes de la construction

    Pour construire les plateaux des 2 "quarts de table ronde", nous avons d'abord tracé les deux arcs de cercle. L'arc intérieur a un rayon de 30 cm et l'arc extérieur a un rayon de 75 cm.

    Table de groupe en chantier

    Nous avons ensuite découpé les arcs à l'aide d'une scie sauteuse (au passage : ça fait des bras en béton armé !!). Ce fut la partie la plus longue et la plus difficile à réaliser car il fallait bien suivre la courbe de la table pour qu'elle soit bien arrondie au final. Heureusement que mon papa est un pro parce que moi ... euh ... voilà ! ;-)

    Table de groupe en chantier

    Une fois les arcs découpés, nous avons poncé les courbes à l'aide d'une ponceuse électrique pour obtenir des bords bien lisses.

    Table de groupe en chantier

    Table de groupe en chantier

    Pour finir, nous avons "cassé les arêtes" des arcs de tables en les ponçant également avec du papier à gros grains. Les bords de la table sont donc légèrement arrondis.

    Table de groupe en chantier

    Les plateaux sont donc identiques à ceux des tables que j'ai retiré de ma classe au début des vacances. Seule la couleur est différente. ;-)

    Table de groupe en chantier

     

    Reste à présent la fabrication et la fixation des pieds à roulettes dont voici un schéma explicatif (toujours pas à l'échelle).

    Table de groupe en chantier

    Chacun des 8 pieds (4 pieds par table) sera d'abord vissé sur un support de 2 cm de haut qui sera lui-même vissé ensuite sous la table. Ainsi, le plateau supérieur ne contiendra aucune vis ! La surface sera donc :

    - totalement lisse pour offrir aux élèves un bon espace de travail

    - facile à nettoyer pour ne pas causer plus de travail aux femmes de ménage.

    Table de groupe en chantierChaque pied sur fixé sur une roulette à frein ce qui permettra de bouger la table au besoin et de moduler l'espace-classe au maximum.

    Bref, l'objectif maintenant est de les terminer la semaine prochaine pour pouvoir les déposer dans nos classes avant mon départ en vacances ! On y croit !

     

    (Oui, j'ai bien dit NOS classe. On avait assez de bois pour en fabriquer une deuxième qui, je l'espère fera le bonheur de ma collègue Sev' ;-))

    Je profite de cet article pour remercier du fond du cœur mon papa qui a accepté de me fabriquer cette table dont je rêve depuis plusieurs mois maintenant et qui, en plus, se casse la tête pour trouver des solutions pour qu'elle soit aux normes scolaires tout en faisant en sorte qu'elle me coûte le moins cher possible.

    Je ne te le dirais jamais assez je crois : Merci, je t'aime !

     

     

     


    11 commentaires
  • Ma volonté de réduire les affichages de la classe m’a poussée à individualiser, personnaliser et adapter au maximum les référents à mes élèves. Cependant, en CP, l’affichage des sons est tout de même très important et il me fallait le conserver d’une manière ou d’une autre …

    Jusqu’à ma transition vers la pédagogie active des centres et la classe flexible, mes affichages étaient vraiment nombreux et un mur entier de la classe était recouvert d’affichages-sons … qui finalement servaient très peu utilisés car trop loin des enfants ! (voir cet article pour plus de détails)

    J’ai donc cherché une manière de les agencer pour qu’ils soient plus utiles et plus proches des élèves qui en avaient besoin. Il me fallait les mettre à leur disposition pour qu'ils puissent aller chercher ce qui lui serait utile, au moment opportun … L’idée d’un portique sur lequel se trouveraient des cintres avec des livrets spécifiques à chaque son est rapidement venue à moi.

    Mais un portique à deux étages (pour pouvoir séparer sons simples et sons complexes), j’en ai cherché partout, j’en ai vu plusieurs et … c’est CHER !!!

    Après des recherches sur Instagram et Pinterest, j’ai trouvé LA solution : fabriquer moi-même ce portant ! J’ai donc sorti ma casquette de Bob le bricoleur et mon canif de MacGyver et je me suis rendue dans un magasin de bricolage ! Maîtresse IN-CO-GNI-TO !

    J’y ai acheté le matériel nécessaire pour construire mon portant à un tarif défiant toute concurrence : moins de 10€ ! Ce n’est vraiment pas cher n’est-ce pas pour réduire les affichages et créer un outil pratique et évolutif pour la classe ? ;-)

    Et TADAAAAAAAA !

    Le portant des sons et des mots

    Mon précccciiiiieuxxxx !

    Qu’y a-t-il sur les cintres ?

    photos à venir

    Chaque cintre représente un son (simple ou complexe). Si le son propose différents graphèmes possible, ils sont tous sur le même cintre mais sur des feuilles différentes (exemple : une feuille pour le è ; une autre pour le ê … mais toutes pendues au même cintre).

    Sur chaque cintre, pour chaque son, on retrouve :

    - L’affichage correspondant (qui était auparavant au mur). Ces affiches présentent :

    les Alphas correspondant au son,

    les graphèmes sur le lignage Dumont

    Ludo réalisant le geste Borel-Maisonny adéquat.

    En bref, toutes les méthodes que j’utilise en classe dès le début d’année sont réunies en une seule et même page. Un pur bonheur ! Merci à Sanléane pour cette création.

    - 3 feuilles « fusées » (en lien avec la méthode de lecture Bulle) pour y noter des mots où le son apparait (au début, au milieu ou à la fin). Chacune des feuilles « fusées » propose un côté avec des lignes pour écrire des mots proposés par les élèves et d’un côté vierge permettant de coller des mots trouvés dans des magazines lors de recherches au centre de l’alphabet et d’étude des mots.

    - 1 feuille « Attention » pour permettre de noter les mots où on voit le graphème étudié mais où on n’entend pas le son correspondant (ex : sur le cintre du phonème [a], on pourra écrire LAIT sur cette feuille de mise en garde car on voit bien un A dans le mot mais on n’entend pas [a]).

    Toutes ces feuilles sont reliées par des anneaux de reliure, eux-mêmes accrochés au cintre. Nous pourrons ainsi y rajouter des feuilles pour y noter des listes de mots rangés par thèmes ce qui permettra également de remplacer l’affichage du mur des mots. Les murs respireront bien mieux et nous tous aussi !

    Je pense compléter les feuilles des cintres en partie en demi-classe, lors de la découverte des nouveaux sons puis je compte les laisser sur le portant pour que les élèves y ajoutent leurs propres découvertes phonologiques afin qu’elles servent à toute la classe. Ils décrocheront simplement le cintre qui les intéresse du portant, quand ils en ont besoin (pour un travail au centre, une recherche ou autre …). Une fois sur leur table, rien de compliqué, le cintre fonctionnera comme un livre.

    Le portant est placé entre le centre d’écriture et le centre de lecture, tout en restant en face du centre de l’alphabet et d'étude des mots car il pourra servir dans ces trois centres.

    Comment construire le portant ?

     Cette construction vous tente ? Voici la marche à suivre :

    • Se rendre chez Castorama, BricoCash, Bricomarché, BricoDépôt … Qu’importe ! Allez au plus proche et au moins cher. Le résultat sera le même et la fierté tout aussi grande ;-)
    • Acheter :

    3 tuyaux en PVC gris d’un diamètre de 32 mm et d’un mètre de long

    6 coudes en PVC de 90° d’angles

    4 « T » en PVC.

    Le portant des sons et des mots

    • Une fois rentrez chez vous (oui parce que sur le parking du magasin ça le fait bof bof quoi …), coupez (à l’aide d’une scie à métaux ou autre selon votre équipement personnel) vos tubes PVC en deux parties égales de 50cm.
    • Assemblez-le tout comme sur l’image ci-dessous (j'ai tout de même mis un peu de colle à l'aide d'un pistolet à colle à l'intérieur des coudes pour bien fixer le portant afin qu'il ne se démonte pas.)
    • Si la couleur « tuyau de plombier » ne vous plait pas, faites comme moi et bombez votre portant (j’ai personnellement acheté une bombe de peinture à 2€ chez Action pour donner une allure métallisée à l’objet).

    Le portant des sons et des mots

    Info bonus : en prenant un tube PVC et quelques coudes supplémentaires, vous pouvez même vous fabriquer en même temps quelques téléphones « Toobaloos » ! Là encore, vous pourrez agrémenter votre centre de lecture avec des outils pratiques qui permettront à vos élèves de lire à haute voix, sans déranger leur camarade.

    Le portant des sons et des mots

    Info Bon plan : Si vous n'êtes pas bricoleur ou que vous n'avez pas le temps de fabrique ce portant, vous pourrez en trouver chez GIFI, VIMA ou autre au même tarif mais i n'y a qu'un seule étage pour pendre des cintres. C'est ce que j'ai fait pour mon portant de poésie qui, du coup, est sur roulettes ce qui est très pratique pour moduler l'espace-classe.  ;-)

    Le portant des sons et des mots

     Mise à jour du 27/02/2018

    Les élèves ayant bien évolué depuis septembre et étant tous rentrés dans la lecture, le portant des sons et des mots ne leur sert plus du tout et a donc quitté la salle de classe pour en pas encombrer l'espace.

    Je le retrouverai l'an prochain pour l'utiliser avec mes futurs nouveaux élèves.


    4 commentaires
  • En adoptant le système de la classe flexible, un problème s'est rapidement posé ...

    Les élèves pouvant alors s'assoir où et comment il le voulait, les tables ordinaires ayant disparues en grande partie, les élèves n'ayant plus de place attitrée et donc plus de casiers pour stocker leurs affaires, il me fallait rapidement trouver une solution pour gérer au mieux le matériel scolaire.

    Le fonctionnement en centres d'autonomie s'est vite révélé comme une réponse à ce petit souci technique.

    Chaque centre porte (en général) sur une discipline particulière (maths, lecture, copie, production d'écrits, QLM ...). Aussi, les élèves allaient avoir besoin du matériel à ces endroits là en priorité.

    Après avoir mis le petit matériel en commun et à disposition de tous sur un meuble, les élèves et moi nous sommes mis à mettre leurs cahiers, leurs manuels et leurs fichiers en commun également.

    Chaque catégorie de cahier a finalement trouvé sa place dans une caisse en plastique étiquetée à son nom et placée au centre d'autonomie qui la concerne directement.

    Les caisses à cahier

    Seule la caisse du P.A.C.C. du cycle 2 se trouve "entre deux centres", celui de création et celui de poésie car il intervient dans les deux centres, ainsi qu'au centre d'anglais qui est juste en face des deux autres et au centre d'écoute qui est mobile.

    Les caisses à cahier

    Les cahiers ne sortent jamais des caisses (exceptés cas exceptionnels comme des travaux à rattraper ou pour la transmission des travaux aux vacances scolaires). Les élèves travaillent dans leurs cahiers aux centres, et les rangent immédiatement dans les caisses, qu'ils aient terminé leur travail ou non.

    "Mais alors comment sais-tu s'ils ont fini ? Tu ne les corriges pas ?"

    Avec mes élèves, nous avons décidé ensemble d'un "code" pour nous repérer dans ces caisses :

    "Cahier couché n'est pas terminé, cahier levé est à corrigé !"

    Voilà ce que cela donne en image ...

    Les caisses à cahiers

    Rien qu'en regardant la caisse :

    - l'élève trouve facilement son cahier pour y travailler car les noms apparaissent sur la tranche de chacun

    - je sais de suite qui a terminé ou non son travail au centre associé 

    - je sais quels cahiers je peux corriger !

    NB : Avec la pratique des centres, mes temps de correction se sont bien allégés et sont mieux organisés. Les cahiers à corriger se répartissent sur la semaine, quelques uns chaque soir. C'est bien mieux que 25 d'un coup ;-) C'est aussi moins de cahiers à transporter chez soi ... C'est très appréciable !

    A la fin de la semaine, lorsque nous faisons le bilan, il arrive parfois qu'un élève récupère son cahier non-corrigé car il a oublié de le lever et qu'il n'est donc pas passé entre mes mains. Dans ce cas, j'y jette un œil à titre indicatif mais ne le "note" pas. L'élève ne peut donc pas valider son centre et se trouve très déçu. Les fois suivantes il était plus vigilant car il savait qu'il pouvait tenter de valider son centre et peut-être aussi valider directement une compétence (voir article à venir sur le cahier de progrès au CP).

    Ce code "levé-couché" sera conservé l'an prochain car il a été très efficace je dois dire !

    "Comment fais-tu pour les cahiers qui sont dans les sacs ?"

    Si vous avez lu le document de l'article "le flexible seating expliqué", vous avez pu constater que les sacs ne franchissent plus désormais le seuil de ma porte de classe.

    Lorsque les élèves arrivent, ils le posent donc dans le couloir.

    A l'entrée de ma salle, chaque matin, je dispose des caisses pliantes (voir image ci-dessous), de différentes couleurs, étiquetées chacune avec le nom et l'image d'un cahier. Les élèves, rien qu'en regardant la couleur des caisses, savent ce qu'ils doivent sortir de leur sac et mettre dans les caisses. Quand tout le monde a vidé puis refermé son sac, les responsables de la semaine les poussent jusque dans la salle et tout ce dont nous avons besoin se trouve alors disponible en classe.

    Plus de sacs qui trainent dans les allées, plus de fouilles entre le casiers et le sac pour retrouver un fichier ... tout est là, à sa place et disponible !

    Les caisses à cahier

    Vous pouvez vois sur la photo qu'il y a toujours deux images du cahier à déposer. Les élèves doivent en effet les mettre en deux piles dans toutes les caisses : une pile pour les élèves de la demi-classe A et l'autre pile pour les élèves de la demi-classe B. Quand elles ne servent pas, ces caisses sont repliées puis posées debout à l'entrée de la salle pour ne pas encombrer l'espace.

    Ainsi, quand il faut distribuer les cahiers lors des temps de travail à la table en U ou durant les séances en classe entière, on gagne du temps (oui, le temps ! J'ai besoin de lui pour être disponible au maximum pour les élèves alors dès que je peux en avoir un peu plus je fais le nécessaire ! ;-)). Les cahiers des deux groupes ne sont pas mélangés, nous savons tous quelle demi-classe a besoin du cahier en question.

    Pas besoin de fouiller dans toute la masse de cahiers pour trouver le cahier de X. ou de Y, on sait quelle pile distribuer pour que tout le groupe dispose du matériel nécessaire.

    Il y a 5 caisses pliantes dans ma classe, chacune est associée à un élément qui voyage entre la classe et le domicile des élèves :

    le manuel de lecture

    le cahier de liaison

    le cahier de sons et de lectures du soir

    le ficher de lecture

    le fichier de mathématiques

     


    13 commentaires
  • Ma transition vers le flexible seating ne s'est pas faite sans questionnement.

    Un des principaux a été le suivant :

    "Lorsque les élèves "remuant" (et même hyperactifs pour certains) travailleront avec moi à la table en U, ils ne pourront pas choisir leur position de travail car cette table n'offre que des places ordinaires ! Vont-ils parvenir à se "maîtriser" durant le travail dirigé ?

    De même, quand nous travaillerons en classe entière et que les élèves pourront choisir leur position de travail, ces tables ne vont-elles pas être délaissées par les élèves au profit des ballons, des poufs et des coussins pour devenir finalement une source de conflits ?

    Autant d'interrogations qui m'ont poussées à fouiner sur le net pour tenter de trouver une solution. Puis je suis tombée (je n'ai pas eu trop mal rassurez-vous ! ;-)) sur un article qu'une collègue avait partagé plus tôt dans l'année (et que je ne retrouve plus aujourd'hui évidemment ...) et qui montrait comment une enseignante américaine avait installé des pneus de vélo entre les pieds des pupitres de ses élèves pour leur permettre de bouger leurs jambes.

     Il me fallait donc trouver des pneus de vélo à réutiliser ! Mais comme on n'est pas hyper méga supra sportifs dans mon entourage, j'ai vite cherché une solution de secours !

    La solution est arrivée toute seule à moi, un jour, à Décathlon où ma collègue la maitresse Sev allions nous renseigner sur le prix des ballons de gym (Non ! Pas pour nous ! Pour nos classes ! Si on ne va pas chez McDo par hasard, chez Decathlon, un peu plus quand même !). Nous y avons vu ces bandes de musculation et là ... EUREKA ! Il suffisait de les nouer aux pieds des chaises pour remplacer les pneus de l'idée de départ !

    Les bandes de musculation

    Aussitôt dit, aussitôt fait !

    Le seul petit souci était que, par souci d'économie, j'ai acheté la bande LIGHT c'est-à-dire la plus fine (et donc celle réservée aux sportifs débutants ... Elle m'allait très bien pour mes petits loups ! :-D).

    Les élèves y ont posé leurs pieds, y ont pédalé, y ont fait rebondir leurs pieds ou leurs chevilles. Cette bande de test a bien tenu le choc !

    Les bandes de musculation

    Elle a peu glissée sur les montants de la table, elle a résisté aux sandales, aux bottes et aux baskets qu'elles soient sèches, mouillées ou sales ! En revanche, elle s'est très vite "entournicotée" sur elle-même et un peu salie car elle était verte claire. Je suis alors retournée dans ce magasin qui ne me voit pas souvent et j'ai demandé conseil à un vendeur en expliquant clairement la situation et vous savez quoi ? ... Il faut des bandes de musculation de type HARD (bandes les plus épaisses, réservées aux Terminators du sport ! ;-)).

    Pourquoi il faut celles-ci ?

    Tout d'abord parce que ce sont les plus épaisses et donc celles qui pourront fournir un meilleur rebond aux pieds des élèves.

    Ensuite parce que, comme elles sont très épaisses, elle vrilleront plus difficilement.

    Et enfin ... parce qu'elles sont GRISES !!! Adieu les problèmes de tâches !

    Dès la rentrée j'équiperai donc mes 5 tables de travail collectif de bandes de tonification (sauf si je parviens à trouver une solution plus économique financièrement) pour donner aussi aux places ordinaires un caractère flexible. ;-)


    14 commentaires
  • En allégeant mes murs en affichages didactiques j'ai pu à nouveau découvrir la couleur des murs de ma salle de classe ! ;-)

    Ils se trouvaient du coup vraiment vides ! Très vides ... trop vides !!

    "Rooo ! Mais elle ne sait pas ce qu'elle veut celle-là !"

    Et bien SI ! Car l'idée m'est alors venue, en lisant l'ouvrage sur les centres de littératie de Debbie Diller, de donner cet espace  à mes élèves ! Après tout, j'aménageais la classe pour eux, changeais d'organisation pour eux ... Je voulais donc à présent leur offrir les murs de la classe qu'ils fréquentent au quotidien. Je ne voulais plus entendre :

    "Elle est belle ta classe maîtresse !"

    mais

    "Elle est belle NOTRE classe !"

    car, oui, c'est bien la nôtre de classe ! 

    Ainsi (et toujours après concertation avec mes collègues adorées <3 !), j'ai décidé d'aménager les murs afin de leur permettre de mettre leur petite touche personnelle quand ils le souhaitent !

    C'est alors que sont apparus le "mur des stars" et "l'ar(t)c-en-ciel" !

    Une images parlant mieux que 1 000 mots, je vous laisse les découvrir ci-dessous (avec quand même une petite bafouille plus bas histoire de vous expliquer tout ça).

    L'ar(t)c-en-ciel du CPa

    Les espaces d'affichage individuel

    Cet affichage se situe dans le couloir, face à la porte d'entrée de la salle de classe.

    Comme son nom l'indique, il sert à afficher les œuvres réalisées en arts visuels aux yeux, non seulement des camardes de classe, mais aussi et surtout des camarades de toute l'école. Le talent ne devrait pas s'arrêter au seuil de la classe. Cet ar(t)c-en-ciel est un ensemble de feuilles cartonnées (et très colorées, comme souvent avec moi ... O:-D) que j'ai plastifié et sur lesquelles j'ai collé une pince à linge au pistolet à colle. Ainsi, il est très facile et extrêmement rapide de mettre en place les dessins, peintures et autres œuvres de mes artistes en herbe.

    Les affiches sont à une hauteur accessible aux élèves et ils peuvent donc aller y installer leur travail sur l'espace qui leur est attribué dès qu'il est terminé. J'évite alors aussi le stockage de plusieurs travaux terminés dans un coin de la salle, attendant patiemment que les autres élèves (plus lents ou plus créatifs selon le point de vue), aient terminés à leur tour pour pouvoir tout afficher en même temps avec de la pâte à fixer qui ne tient pas. Ici, encore, gain de temps considérable !

     

    Le mur des stars

    Les espaces d'affichage individuel

    ... qui est lui aussi devenu une star finalement étant donné le nombre de réactions qu'il a suscité sur Instagram et par mail ! ;-)

    Ce mur est composé, comme l'ar(t)c-en-ciel de feuilles cartonnées, plastifiés, "pince-à-lingées" et toujours aussi colorées ! Par contre, sur ce mot d'affichage il n'est pas question d'art du tout ! Les élèves disposent chacun ici aussi d'un espace-feuille personnel qui leur est réservé.

    Les espaces d'affichage individuel

    Dans cette pince à linge, l'élève affiche ce qu'il a envie !!

    Il a réalisé une production écrite qui lui plaît beaucoup et il veut la partager avec les autres ? Pas de soucis ! il l'affiche !

    Il a fait beaucoup de progrès en additions posées et veut montrer que son dernier exercice au fichier est juste ? Pas de soucis ! Je photocopie la page et il l'affiche !

    Il a amélioré son graphisme ou son écriture et respecte maintenant les hauteurs de lettres ? Pas de soucis ! Il l'affiche !

    Et les exemples peuvent être vraiment nombreux mais, pour faire simple, ce sont mes petites Stars rien qu'à moi (et à leurs parents, oui, bon OK !!) qui affichent leurs talents et leurs progrès !

    En fin d'année, certains s'en sont servis aussi de "boîte aux lettres" en glissant dans la pince à linge d'une camarade (dont il est amoureux en fait, mais chuuuut !! C'est un secret !) un petit message confidentiel écrit au centre d'écriture .

    Du coup, je leur ai aussi trouvé une autre utilité à ce mur des stars ! ;-)

    Comme je n'ai plus de bureau pour poser les travaux pour les élèves absents, HOP ! Je glisse tout au fur et à mesure dans la pince à linge de l'élève concerné ! Pas de bazar qui traine, pas de feuille perdue ! Tout est là ! A son retour, il n'a plus qu'à récupérer et rattraper le tout !

    Je vais me répéter je sais mais ... c'est un gain de temps et d'énergie !

    Ce mur, contrairement à l'ar(t)c-en-ciel, est situé dans la salle de classe et placé au centre de lecture. Chacun peut alors prendre le temps, durant ses activités d'autonomie, de lire, d'admirer et/ou de savourer les progrès dont ses camarades sont fiers.

    Après tout, qu'on lise une BD, un album ou la rédaction d'un copain, cela importe peu. L'important est de lire non ? ;-)


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique