• Cette année, j'ai dans ma classe un petit groupe d'élève ayant beaucoup de mal à se concentrer sur leur travail écrit ...

    Pour tenter de les aider au mieux à se concentrer sur leur fiche de travail, j'ai mis mon papa a contribution (encore !) et lui ai "commandé" un brise-vue.

    Fabriqué à partir d'une petite planche de bois de récupération, de deux charnières "piano" et de quelques vis, ce brise-vue se place autour du poste de travail d'un élève, cachant ainsi le reste de son champ de vision.

    Il n'est ainsi plus distrait par Pierre qui fait une activité trop chouette sur l'ordinateur, Mathilde qui efface son ardoise avec l'éponge magique ou Gustave qui se met le doigt dans le nez (Oui c'est dégoutant mais c'est fréquent ! ...  ;-p).

    Ce petit bricolage m'a été inspiré par ma collègue Maitresse Evie qui en avait fabriqué un l'an passé pour un élève à besoins éducatifs particuliers.

    Celui-ci, il n'est pas attribué à un élève en particulier (pour le moment, on verra si cela devient nécessaire ou non) et est mis à la disposition de tous. Il a ainsi déjà été utile à plusieurs élèves qui sont parvenus à terminer leur travail dans les temps.

    Afin que les élèves auxquels je pensais en parlant de ce brise-vue à mon papa ne se sentent pas spécialement visés, j'ai présenté l'objet en classe entière et fait une démonstration sur la table de plusieurs élèves différents pour montrer qu'il pouvait aller partout et pour tout le monde. ;-)

    Je le laisse pour le moment volontairement "nu", sans décor ni peinture car, dans le cas où il deviendrait nécessaire de l'attribuer à un élève en particulier (pour des raisons qui peuvent être très diverses selon les classes, les élèves ...), j'aimerai que l'élève concerné puisse le décorer lui-même pour se l'approprier et s'en faire un "allié" pour ses apprentissages. ;-)

    Et puis, au pire du pire du pire ... je suis certaine que mon papa a d'autres planches qui cherchent preneur quelque part dans sa cave ... ;-p

     

     


    votre commentaire
  • L'an dernier, suivant les conseils de cet ouvrage, j'ai opté pour un sigle de classe. Cette année je renouvelle cette expérience qui s'était avérée vraiment pertinente.

    L'objectif "REP+" avait guidé la vie de ma classe l'an passé. Je vous en disais plus juste ici.

    Cette année, j'ai retiré cet affichage de mes murs afin de permettre à mes nouveaux élèves de mener leur propre réflexion sur les comportements, leurs effets qu'ils peuvent avoir ...

    Cette année, les mots qui sont ressortis de nos échanges ont été :

    Partage

    Aide

    Respect

    Coopération

    Bon j'avoue ... En vrai, les élèves avaient proposé "Collaboration". Mais l'historienne de formation que je suis n'apprécie pas trop ce mot ... (Et mon grand-père m'en aurait voulu de l'afficher sur les murs de ma classe je pense ...) J'ai donc proposé "Coopération" et les élèves ont validé ! Ouf ! ;-p

     

    Comme l'an passé, j'ai mis en place l'affiche à l'entrée de la classe afin de l'avoir toujours sous les yeux et j'ai inscrit dans chacune des lettres les termes proposés par les élèves. Ces lettres ne sont volontairement pas plastifiées afin que nous puissions rajouter des éléments si cela s'avère nécessaire au cours de nos apprentissages de vie collective.

    Voici à quoi ressemble ces lettres de près ...

    Devise et messages clairs

    Devise et messages clairs

     

    La petite nouveauté de l'année est que j'ai proposé au élèves de faire de ce sigle un slogan de classe.

    Ainsi, notre devise phare pour l'année sera :

    "Notre classe est un P.A.R.C !"

    Notre classe devra être un lieu de partage, d'aide, de respect et de coopération pour tous. Chaque geste et chaque mot devra être orienté en ce sens.

    Devise et messages clairs

     

    Malgré cela, j'ai senti que mon groupe-classe avait besoin d'un petit truc en plus cette année pour être épaulé dans la gestion de leur comportement.

    J'ai donc re-feuilleté les ouvrages sur les comportements que j'ai lu ces derniers, mené des recherches sur internet et j'ai choisi de former mes élèves à la mise en œuvre de messages clairs.

    J'y avais déjà pensé l'an passé au fil de mes documentations sur le comportement mais le groupe-classe n'avait pas eu besoin de cela pour régler pacifiquement les petits conflits éventuels.

    Cette année est bien différente de la précédente et certains élèves ont besoin d'être guidé et d'apprendre à gérer leurs émotions et leurs pulsions. et c'est à moi de m'adapter et de fournir à mes nouveaux loulous les clés qui leur permettront d'installer un climat de classe serein.

     

    Je ne vous proposerai pas ici une séquence toute prête et clé en main sur les messages clairs et la gestion des comportements car :

    - je me suis moi-même inspirée de sources diverses 

    - que ma démarche a été guidée par mes élèves, leurs comportement et leurs remarques ce qui fait que mes séances ne se sont jamais passées comme je le pensais ;-p

    - que vos élèves n'auront sans doute pas les mêmes réflexions que les miens.

    Si la différenciation est assez facilement transposable en terme d'apprentissages, je trouve que quand il s'agit de comportement, le tâche est plus complexe.

     

    Voici malgré tout une liste de supports qui m'ont été très utile pour guider cette séquence de travail et de réflexion :

    - une séquence sur les messages clairs qui m'a servi de base de réflexion au départ. Je ne l'ai pas suivi à la lettre car j''ai mené parallèlement plusieurs débats avec ma classe et les réactions de mes élèves m'ont fait changer l'organisation générale de cette séquence. malgré cela, il est certain qu'elle vous sera d'une aide précieuse pour vous lancer. Merci à Graines de livres pour ce super travail !

    - Une vidéo de la Cardie de Lyon présentant les messages clairs avec des scènes de vie scolaire. Cette vidéo a énormément parlé à mes élèves qui ont, après son visionnage, mis en scène leurs propres situations inspirées de moments vécus dans la cour ou dans la classe.

    - Comme nous avons été nommés conseillers royaux du Royaume d'Uniona (plus de détails dans cet article), j'ai expliqué aux enfants que nous allions devoir nous comporter comme des souverains et souveraines respectueux des autres. Pour le leur faire comprendre, je leur ai montré la vidéo suivante qui explique les 4 accords toltèques aux enfants.

    - Voici également un document officiel trouvé sur Eduscol proposant des ressources de travail et de réflexion. (L'ouverture du document est directe car je ne retrouve plus la page du lien :-(). Il propose une mise en œuvre des messages clairs en 6 étapes. Cela me semblait trop complexe pour des CP mais peut-être qu'il vous sera utile pour d'autres niveaux. ;-)

    Devise et messages clairs

     

    Il existe sur internet plusieurs sortes d'affiches présentant les messages clairs. Comme très souvent, quand je souhaite installer des affichages (ce qui se fait rare ;-p) j'aime les réaliser avec/ les faire créer par mes élèves, en mettant en forme leurs propres mots et leur propre vécu. Ainsi, après avoir mis en scènes nos premiers messages clairs, nous avons repris la démarche en 4 étapes de la vidéo que nous avons appelé "AEER"

    Annoncer

    Exposer

    Exprimer

    Réparer

    qui les guidera et les aidera à se gérer dans les situations potentiellement conflictuelles.

    Voici le rendu final de cet affichage, en espérant qu'il puisse vous servir ou vous inspirer. ;-)

    Devise et messages clairs


    3 commentaires
  • Le fonctionnement en centres d'autonomie nécessite que les élèves s'entraident. Mais quand un camarade est en difficulté, comment l'aider ?

    La plupart des élèves qui veulent aider un camarade se retrouvent vite, en début de CP, un peu "embêtés".

    Du haut de leur 5 ou 6 ans, ils savent bien nous dire que

    "donner la réponse, c'est d'la triche !!!".

    Alors comment faire pour aider sans passer pour autant du "côté obscur" de la Force ?

    L'an dernier ce thème a été, pour mes élèves et moi, l'objet de plusieurs débats d'EMC où chacun a exposé son point de vue sur la question.

    Nos discussions n'ont pas été mises par écrit car elles ont souvent eu lieu "à l'improviste", afin de répondre à une question précise d'un camarade à un moment donné.

    En effet, quand un enfant pose une question sur un sujet de ce genre, qui pourrait être objet à un petit débat d'éducation civique, je n'aime pas remettre la discussion à plus tard.

    Pourquoi ?

    les enfants sont, par nature, impatients ! Contrairement à ce que beaucoup pensent de la "génération actuelle", les enfants ont soif d'apprendre, soif de connaitre, soif de découvrir ...

    S'ils nous posent une question, c'est que la réponse les intéresse.

    Est-ce que vous, vous aimeriez attendre ? ... Moi non ! Je me connais trop bien !

    Mais dans le monde à 1 000 à l'heure dans lequel nous vivons, le manque de temps chronique nous oblige trop souvent, enseignants ou parents, à remettre la réponse à plus tard ou, pire encore pour l'enfant, lui répondre par "Tu verras quand tu seras grand !"

    Sauf que, quand il sera grand, il ne se souviendra plus de sa question et il s'en sera certainement posé certainement des milliers d'autres depuis. Et, franchement, qui lui répondra ? Personne !

    Donc quand la petite N. m'a demandé l'an passé lors d'un moment de regroupement, "Maitresse, j'aimerai bien aider X. à faire ses maths mais, comment est-ce que je peux le faire sans lui donner la réponse ? ...", j'ai décidé de ne pas faire la séance de QLM prévue (Ouuuuh ! Pas bien maitresse Aurel' ! Au bûcher !) et de débattre avec mes élèves des moyens qui étaient à leur disposition dans la classe et dans leurs mains pour venir en aide à un camarade en difficulté.

    Si je n'ai pas gardé de trace écrite de ces débats, j'ai récemment vu passer sur Twitter un organigramme intitulé "Celui qui aide" et qui résume très bien tout ce dont nous avions parlé avec mes loulous lors de nos discussions (oui, "NOS" ... il y en a eu plusieurs car des petites mises au point avaient été nécessaires dans le courant de l'année. Bienveillance OUI, Anarchie NON ! ;-p).

    Voici l'image du document en question

    Clic sur l'image pour accéder au document.

    Comment aider efficacement un camarade ?

     

    La classe d'Histoire

    Afin de pouvoir démarrer l'année avec un support et référent clair expliquant ce que signifiait "AIDER UN CAMARADE" ou "ETRE AIDE", j'ai décidé de remettre toutes ces idées en page sous forme de petits livres (dont la trame est identique à celui réalisé sur les assises flexibles adaptées).

    Ces livres seront présentés en lecture offerte ou lors de débats d'EMC (je laisserai le temps m'indiquer ce qui sera le plus pertinent pour ma classe ;-)) puis mis à disposition dans la bibliothèque de la classe.

    S'ils vous intéressent, n'hésitez pas à vous les approprier également, que ce soit sous forme de livres, d'affiches ou de diaporamas. J'espère qu'ils pourront permettre à vos loulous de mieux comprendre la différence entre "aide" et "réponse". ;-)

    Comment aider efficacement un camarade ?

    Comment aider efficacement un camarade ?


    13 commentaires
  • La gestion des comportements est un de mes thèmes de prédilection cette année. Je suis encore en documentation sur le sujet car je souhaiterai vraiment tendre de plus en plus vers un fonctionnement basé sur l'auto-discipline. Je suis loin d'être une experte mais je pense que le "Grave Ou Urgent Dangereux", mis en place dans nos classes en CP, est peut-être un premier pas timide vers ce but.

    Mais qu'est-ce que la propriété "Grave Ou Urgent Dangereux" ?

    (Ci-apres raccourci par GOUD)

    Et bien la propriété "GOUD" c'est l'adaptation d'une idée de ma super collègue de CP !

    En plus de partage un couloir, un lavabo, du matériel, une porte de classe communicante et de bons délires, nous partageons également des idées, parfois (souvent !!) farfelues ou furtives !

    Et la propriété "GOUD" est les deux à la fois ! (Et ben ça promet tiens !!!")

    Les maîtresses de CP (et même des niveaux supérieurs je pense ! ;-)) qui liront la suite de cet article se diront très certainement :

    "Ah non mais c'est vrai ! C'est IN-SUP-POR-TA-BLE !!!"

    Qui n'a jamais été dérangé(e) par un ou une élève venant se lamenter d'un :

    "Maîîîîîîîîîtreeeeesse !! Il m'a pris mon crayon !!"

    ou

    "Maîîîîîîîîîtreeeeesse !! Elle m'a tirer sur la manche !!"

    mais aussi

    "Maîîîîîîîîîtreeeeesse !! Il m'a regardé de travers !!"

    ou encore

    "Maîîîîîîîîîtreeeeesse !! Elle m'a fait bouger !!"

     

    En CP, c'est TOUS LES JOURS comme ça ! Surtout en début d'année ! Les Experts, qu'ils soient de Miami, de Los Angeles ou d'ailleurs, ce qu'ils ont à gérer c'est RIEN à côté de nous, enseignants ! On est d'accord ?!

    Même si on les adore énormément nos petits loups, que nous nous mettons à leur place de "petits" de l'école, avouons-le : C'est quand même super agaçant !!! lol

    Surtout quand cela se passe durant le temps où le(la) maître(sse) est en travail dirigé avec un groupe d'élèves ou en évaluation individuelle.

    Dans ma classe, avant que les élèves comprennent qu'ils ne peuvent pas m'interrompre durant ce temps de travail spécifique, il se passe plusieurs jours et même plusieurs semaines. Je les ai repris à l'ordre durant toute la période 1 cette année.

    Puis, une fois, qu'ils avaient compris, je me suis dit "Ah ça va aller mieux !".

    Mais non ... -_-

    En effet, les élèves ne faisaient que "reporter" le dérangement : ils attendaient la récréation, le changement de groupe, ils posaient un post-it sur le S.O.S. Maîtresse ... pour me demander ensuite de  faire la morale à Machin parce qu'il avait tirer la langue ou reprendre le stylo de Trucmuche parce qu'il n'utilisait pas le bon.

    Bref, c'était difficile !!

    Ma collègue et moi n'en pouvions plus de nous épuiser à régler des problèmes qui n'en étaient pas vraiment.

    C'est alors qu'un jour, en sortant de la classe pour aller en récré, j'ai vu un élève de ma collègue courir vers elle (visiblement pour rapporter un fait loin d'être urgent). Elle lui a parlé avant qu'il n'ouvre la bouche et là ... Là !!!! Comme par miracle ! L'élève a écouté, hoché la tête ! Il a fait demi-tour pour aller discuter avec le camarade qui l'avait dérangé !

    J'ai couru vers ma collègue, abasourdie, pour lui demander sa recette ! Et sa réponse fut juste géniale comme toujours :

    "Ma recette ? Ben ... C'est comme toi ! J'en ai marre ! Alors je les fais réfléchir parce que je n'en peux plus de le faire à leur place, tout le temps !"

    Et elle avait raison !!! Tellement raison !! On s'épuisait à régler des pseudo-soucis alors que si on leur apprenait à réfléchir pour les régler eux-mêmes, ensemble, ils avanceraient tous bien plus vite et le climat de classe en serait amélioré ! Et les maîtresses seraient moins fatiguées et moins "sur les nerfs" ce qui n'est pas négligeable ! ;-)

    Du coup, l'après-midi même, j'ai changé le programme !

    Au menu : EMC et débat philosophique autour du thème

    "Qu'est-ce qui mérite que l'on interrompe la maîtresse ?"

     

    Et là ! Quelle ne fut pas ma surprise de les entendre répondre !

    Pourquoi ?

    Parce que c'était tout le contraire de ce qu'ils faisaient !!

    "Ah non, on n'interrompt pas la maîtresse parce qu'un copain nous a heurté ! AH NON !"

    "Et surtout pas si un copain nous tire la langue ! FRANCHEMENT ! Ce n'est pas grave !"

    C'est à la fin de cette séance que nous avons établi la propriété "GOUD" !

    Cette propriété dit que :

    "Lorsqu'il se passe quelque chose qui me déplaît, je dois respirer 3 fois pour retrouver mon calme puis me demander "Est-ce que c'est GOUD (Grave Ou Urgent ou Dangereux) ou pas ?"

    Si non, alors je peux gérer la situation seul(e) en discutant avec mes camarades

    Si oui, alors je vais en parler à la maîtresse (ou à un autre adulte disponible)."

    Alors attention ! Cela n'a pas réglé les interruptions intempestives du jour au lendemain !

    Il a fallu leur rappeler de penser au GOUD plusieurs fois. Pour cela j'avais mis au point un geste, très simple !

    Quand l'élève venait m'interrompre et que je savais déjà que ce n'était pas vraiment nécessaire de la faire (Oui parce que, après quelques temps avec nos loulous, notre odorat d'enseignant se met à flairer ce genre de choses à des kilomètres à la ronde ! Appelons cela 6ème sens, déformation professionnelle, peu importe, cela épate tout le monde ... sauf nos propres enfants qui désespèrent ! ;-p), je le regardais droit dans les yeux et, sans dire un mot, je lui montrais 3 doigts (pour info : index, majeur, annulaire) symbolisant les 3 lettres du GOUD.

    En général, ça finissait par une petite pause où l'élève réfléchissait, faisait un petit sourire gêné et me disait "Ah oui ... le GOUD ... euh ... non ben c'est bon maîtresse ! Je peux gérer !"

    Et ils gèrent ! Ils gèrent même bien je dois dire !

    Là encore, comme pour les centres ou la classe flexible, je me suis rendue compte que je sous-estimais les capacités de mes élèves jusque là. Mais promis je ne le ferai plus ... j'essayerai en tous cas ! ;-)

    Voilà donc ce qu'est la propriété GOUD ! Je ne sais pas trop si cela pourra vous aider, vous inspirer ou autre mais comme cela marche plutôt bien dans nos classes, j'ai pensé vous en dire quelques mots dans l'espoir qu'il puisse éviter à vos oreilles de trop saigner sous les "Maîtreeeessssseeeeuuhhhh !!!!" ;-p

     

    Petite note d'humour pour finir :

    Au début du débat sur le GOUD une élève m'avait posé la question suivante :

    "Maîtresse, les adultes, toi par exemple, tu vas voir qui quand quelqu'un t'embêtes ?"

    Calculatrice interdite. Vous avez 3 heures.

    ;-P

     


    8 commentaires
  • Mes dernières lectures ont mis en évidence la nécessité de faire verbaliser leurs émotions aux élèves.

    Savoir dire ce que l'on ressent n'est pas évident pour un adulte alors pour un enfant, cela relève bien souvent de l'impossible !

    C'est ce que révèle mes dernières lectures d'ouvrages de chez pirouettes éditions.

    La verbalisation des émotionsLa verbalisation des émotions

     

    Comment peut-on gérer les comportements des élèves si on ne les perçoit pas correctement et si eux-même ne les maîtrisent pas réellement ?

    Je suis donc partie à la recherche de documentations et d'activités en lien avec ce sujet pour tenter de trouver des solutions à cette question. J'ai farfouillé longtemps sur le net et Google regorge d'idées en lien avec les émotions !

    C'est cependant sur des blogs et des sites américains que j'ai trouvé des réflexions plus proches de ce que je cherchais au départ.

    Mais tout y était écrit en anglais et donc, non-utilisable en France pour mes loulous.

    J'ai donc décidé de "franciser" certains documents proposés gratuitement par nos collègues américains afin de pouvoir les utiliser dans ma classe.

    Voici les sites d'origine des documents et des images utilisés dans mes adaptations.

    Le bilan quotidien des émotions sur TOTSCHOOLING

    La verbalisation des émotions

    Les images du jeu des émotions achetées chez EDUCLIPS

    La verbalisation des émotions

     

     

    Voici ces mêmes documents, adaptés en français pour mes soins et pour ma classe.

    Tout d'abord, un support qui peut servir à la fois d'affichage ou de fiche individuelle permettant de faire part de son émotion du moment.

    NB : Le document propose une version "garçon" et une version "fille" ;-)

    La verbalisation des émotions

    Un petit jeu, plutôt à destination du cycle 1 (et de mon fils du coup;-)), où l'élève doit retrouver les animaux éprouvant la même émotion.

    Jusqu'ici mon fils avait beaucoup joué avec un puzzle d'encastrement qu'il avait et délaisse depuis peu (ben oui, Star Wars c'est teellllleeement plus fun ! ;-p).

    Ce jeu comptait 3 personnages pouvant avoir 6 émotions différentes (bonheur, peur, surprise,peine, fatigue, colère) chacun ainsi que 6 ensemble de vêtements (sport, hiver, été, soirée, pyjama ...). Je ne sais plus où nous l'avions acheté mais si je retrouve l'info, je la rajouterai, promis !

    Ce jouet, s'il n'est plus du goût de mes enfants, ne va pas finir à la poubelle ! Oh non ! Il va au contraire avoir une nouvelle vie dans ma classe pour de la production d'écrits sur les descriptions.

    "Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme" il paraît. Alors j'applique et je recycle ! ;-)

    La verbalisation des émotions

    Cette activité a pour but d'entraîner les plus petits à analyser les expressions faciales pour leur permettre ensuite de savoir mieux réagir face à l'émotion de l'autre.

    Cela développera ainsi leur empathie, élément essentiel dans l'enseignement explicite des comportements.

    NB : 4 cases sont disponibles pour chacune des émotions. Cependant il n'y a pas assez d'images pour tout remplir et certaines resteront vides ;-)

    La verbalisation des émotions

    J'espère que cela pourra vous être utile autant que j'espère que cela m'aidera à mieux distinguer et comprendre les émotions de mes propres élèves.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique