• L'éducation des élèves doués

    J’ai découvert grâce à @zaboucome le MOOC « L’éducation des élèves doués » que j’ai suivi sur le site de l’Université de Québec à Trois-Rivières. Avec le confinement, l’enseignement à distance et l’école à la maison, j’ai suivi ce MOOC un peu moins assidument que prévu mais ai tout de même pu apprendre beaucoup de choses sur ce type d’élèves à besoin éducatif particuliers. Je vous glisse dans cet article l’ensemble des notes que j’ai prises au fil du visionnage de ce MOOC et de la lecture des documents qui y étaient proposés.

    NB : Au cours du MOOC de nombreux outils d’aide au dépistage et à l’évaluation des élèves doués ont été proposé et diffusé en format PDF. Je ne les diffuserai pas ici car l’article serait bien plus long qu’il ne l’est déjà et surtout parce qu’ils sont toujours disponibles dans le MOOC et sur le site de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) qui fait figure de pionnière en ce qui concerne l’éducation des élèves doués dans la province de Québec.

    Je m'excuse d'avance pour la mauvaise qualité de certaines images. Ce sont pour la plupart des printscreen des cartes mentales que j'ai faites au fur et à mesure de mon avancée dans le MOOC et je ne dispose plus des formats originaux qui étaient de meilleure qualité. :-(

     

    Qui sont les élèves doués ?

    Les élèves doués, tout comme d'autres types d’élèves, nécessitent la mise en place de programmes et de services éducatifs particuliers afin de leur permettre de progresser, de se réaliser et d'apporter leur contribution à la société.

    Il est de la mission de l’Ecole de développer pleinement leur potentiel.

    Si en France l’expression « précocité intellectuelle » est la plus répandue pour parler des élèves doués, j’ai pu découvrir grâce à cette formation canadienne l’existence de deux termes spécifiques : les termes de douance et de talent.

    Ces termes sont définis et expliciter dans la théorie du développement des talents : le Modèle Différentiateur de la Douance et du Talent (=MDDT) de Françoys Gagné (Ph. D., Professeur retraité, Département de psychologie)

    L'éducation des élèves doués

    Ces deux termes, pas réellement distincts, peuvent être définis de plusieurs façons différentes. Selon le MDDT :

    La douance (ou « dons » sur le schéma ci-dessous) désigne la possession et l’utilisation d’habiletés naturelles remarquables, appelées aptitudes, dans au moins un domaine d’habileté, à un degré tel qu’elles situent l’individu au moins parmi le 10 % supérieur de ses pairs en âge.

    Le talent désigne la maîtrise remarquable d’habiletés systématiquement développées, appelées compétences (connaissances et habiletés pratiques), dans au moins un champ de l’activité humaine, à un niveau tel que l’individu se situe parmi le 10 % supérieur de ses pairs en âge, actifs ou ayant été actifs dans ce champ.

     

    L'éducation des élèves doués

     

     

    Qu’est-ce que l’intelligence ?

    L’intelligence est une aptitude mentale très générale qui implique notamment l’habileté à raisonner, à planifier, à résoudre des problèmes, à penser abstraitement, à bien comprendre des idées complexes, à apprendre rapidement et à tirer profit de ses expériences.

    L’intelligence ne se résume pas à l’apprentissage livresque, ni à une aptitude scolaire très circonscrite, ni aux habiletés spécifiquement reliées à la réussite de tests mentaux.

    Elle reflète (au contraire !) cette habileté beaucoup plus étendue et profonde à comprendre son environnement, à « saisir un problème », à « donner un sens » aux choses ou à imaginer des solutions pratiques.

    L’ « essence » de l’intelligence réside dans 7 caractéristiques :

    1) le raisonnement logique

    2) la planification de séquences d’activités

    3) la résolution de problèmes

    4) l’utilisation de concepts abstraits

    5) la compréhension d’idées complexes

    6) l’apprentissage facile, donc rapide

    7) l’habileté à tirer profit des expériences passées.

    Et les tests d’intelligence dans tout ça ?

    Ils ont pour objectif précis de mesurer spécifiquement les habiletés cognitives qui constituent le cœur de leur définition.

    Ils n’évaluent pas les « accidents » tels que la créativité, la personnalité, le jugement, la maturité, la sagesse ou quelque autre caractéristique mentale qu’on associe à tort avec « l’essence » de l’intelligence.

    Le MDDT se base donc deux domaines distincts : un pour l’intelligence et l’autre pour la créativité.

    Le test d’intelligence est l’outil de mesure privilégié des habiletés intellectuelles. Son score est nommé quotient intellectuel ou QI. Il est le meilleur indice de la douance intellectuelle.

     

    Qui sont les élèves doués à risque ?

    Il s’agit des élèves dits « doublement exceptionnels ».

    Cette appellation vient des Etats-Unis et n’apparait pas des les documents du ministère (canadien, quid de la France ?).

    Il existe deux définitions de ces élèves :

    - un élève est dit « doublement exceptionnel » lorsqu’il est à la fois identifié comme doué et qu’il a reçu un diagnostic lié à une incapacité. Ces incapacités réfèrent généralement soit à un handicap ou à un trouble physique comme la surdité ou la dyspraxie, soit à un trouble neurodéveloppemental comme le trouble de déficit d’attention/hyperactivité (TDAH), les troubles d’apprentissage (TA) ou le trouble du spectre de l’autisme (naturellement, à l’exception de la déficience intellectuelle). (Reis, Baum et Burke, 2014). Cette définition est fortemet critiquée car non-inclusive.

    - les élèves doublement exceptionnels sont des élèves qui tout en manifestant des caractéristiques de douance dans l’une ou l’autre des domaines d’habiletés, présentent des caractéristiques d’une incapacité ou d’un trouble d’adaptation ou d’apprentissage (Foley-Nipcon et Candler, 2018).

    L'éducation des élèves doués

    L'éducation des élèves doués

    L'éducation des élèves doués

    L'éducation des élèves doués

    Et les élèves doués sous-performants ?

    La sous-performance est la différence significative entre le rendement attendu selon les habiletés intellectuelles évaluées par une épreuve standardisée (ex. : test de QI) et les performances actuelles. Les performances actuelles sont habituellement mesurées par l’enseignant à l’aide d’évaluations en classe.

    Pour être considérés sous-performants, les élèves doués doivent présenter des scores supérieurs aux tests standardisés d’habiletés intellectuelles les situant dans les 10 % supérieurs des jeunes de leur âge et des scores inférieurs ou égaux à la moyenne de la classe aux évaluations scolaires.

    NB : La sous-performance doit persister depuis un certain temps et ne pas être le résultat d’un diagnostic de trouble d’apprentissage.

    L'éducation des élèves doués

    Il existe un modèle explicatif intéressant pour mieux comprendre la sous-performance chez les élèves doués. Ce modèle (voir organigramme ci-dessous) suggère que l’accomplissement personnel ou le niveau de performance serait influencé par une interaction de différentes croyances. Les élèves doués sous-performeurs peuvent épouser l’une ou l’autre de ces trois croyances problématiques :

    •          Ils croient qu’ils n’ont pas les habiletés pour réussir ou ont peur d’essayer et d’échouer (sentiment d’auto-efficacité)
    •         Ils n’accordent pas de valeur ou de signification aux tâches scolaires à réaliser (évaluation d’objectifs)
    •        Ils ne perçoivent pas leur environnement familial ou scolaire comme soutenant leurs efforts scolaires (perceptions de l’environnement).

    L'éducation des élèves doués

    Il existe différentes pratiques prometteuses pour renverser la sous-performance qui se répartissent en deux grands types (elles étaient toutes détaillées dans le MOOC mais trop longues à présenter ici) :

    - Les interventions axées sur la motivation et qui inculquent la valeur de l'apprentissage sont les plus efficaces pour améliorer les résultats scolaires ou la performance à des tests de rendement.

    - Les interventions axées sur les attributions, la confiance en soi et l'autorégulation des élèves sont plus efficaces pour améliorer l’adaptation socioaffective des élèves.

     

    Comment répondre aux besoins des élèves doués ?

    Il est possible d’utiliser le modèle RAI (Réponse à l’intervention) qui était initialement prévu pour répondre aux besoins des élèves ayant des difficultés d’apprentissage et qui propose un cadre utile pour la planification des interventions et des services à offrir aux élèves.

     

    L'éducation des élèves doués

    L'éducation des élèves doués

    L'éducation des élèves doués

    Deux grands axes d’action se dégagent :

    1) les interventions sur le plan des apprentissages

    2) les interventions sur le plan socio-affectif.

     

    L'éducation des élèves doués

    Comment différencier les apprentissages pour répondre aux besoins des élèves doués ?

    Les enseignants doivent de plus en plus composer avec une grande diversité d’élèves ayant des besoins particuliers et la tâche peut paraître lourde. Toutefois, plusieurs interventions qui font une différence pour les élèves doués sont simples et ne requièrent pas nécessairement plus de temps lors de la planification pédagogique. De plus, elles peuvent être utiles à l’ensemble des élèves de la classe afin de favoriser le développement de leur plein potentiel.

    L'éducation des élèves doués

    Les centres d'apprentissage (que je ne détaillerai pas trop longuement ici car l’essentiel est déjà présenté dans les articles de ce blog ; -)) permettent aux enseignants d'offrir aux élèves des activités pédagogiques qui tiennent compte des besoins individuels de ceux-ci. Tout en stimulant l'ensemble des élèves, les centres d'apprentissage deviennent particulièrement adaptés aux besoins des élèves doués s'ils incluent des activités développant les différentes habiletés intellectuelles et créatrices de ces derniers ainsi que différents talents.

    La mise en œuvre de centre d’enrichissement peut demander du temps au départ à l’enseignant qui pourra aussi les enrichir au fil de l’année et/ou au fil des années. Il peut être aider par ses collègues, les élèves plus âgés, etc … Devant l’enthousiasme des élèves qui profiteront à plein de cet enrichissement pédagogique, l’investissement en vaut la peine. Cette forme de pédagogie s’inscrit à merveille dans la réforme des programmes qui vise la responsabilisation et l’autonomie des élèves. C’est un bon moyen pour répondre aux besoins des élèves doués tout en offrant un menu pédagogique enrichi pour l’ensemble des élèves. Enfin, l’utilisation de centres d’apprentissage amène l’enseignant à se distancier de son rôle de fournisseurs de connaissances pour devenir plutôt l’assistant et le guide de ses élèves afin de les amener graduellement à prendre en main leurs apprentissages.

     

    Le modèle de Bloom est un des modèles pédagogiques des plus utilisés dans le domaine de l’éducation des élèves doués, principalement pour la conception et la sélection d’activités d’enrichissement. Il présente une classification des objectifs pédagogiques dans le domaine cognitif, qui se traduisent en comportements attendus des élèves, en fonction du niveau de complexité auquel ils font appel. Ces critères sont applicables à n’importe quelle discipline et à n’importe quel niveau d’instruction, de la maternelle à l’éducation supérieure.

    Il facilite l’intégration de différents éléments de réponse aux besoins des élèves doués :

    1) sur le plan des contenus : abstraction, complexité et variété 

    2) sur le plan des préférences d'apprentissage : niveaux plus élevés de pensée, économie, liberté de choix et rythme d’apprentissage 

    3) sur le plan des productions escomptées : évaluation.

    L'éducation des élèves doués

     

    Pour enrichir l’expérience éducative des élèves doués, il existe plusieurs propositions :

    -          La recherche autonome

          Elle permet aux élèves d’explorer des contenus hors programme plus complexes ou de niveau supérieur et qui, par-dessus tout, suscitent l’intérêt. Les élèves peuvent effectuer certaines réalisations rarement possibles à l’intérieur du programme régulier : transfert et application des apprentissages à des niveaux plus complexes, formulation de nouvelles généralisations, innovation d’idées, d’informations et de produits.

    Elle a 3 objectifs principaux :

    1) Amener l’élève à formuler ses propres objectifs d’apprentissage, à orienter ses démarches, à découvrir ses propres ressources d’apprentissage et à vivre avec les conséquences de ses choix.

    2) Développer les habiletés dont l’élève a besoin pour atteindre ses objectifs personnels.

    3) Habiliter l’élève à mener une vraie recherche.

     

    -          Le mentorat :

          Il consiste à associer un ou plusieurs élèves à un mentor, c’est-à-dire une personne possédant des connaissances et des habiletés élevées dans un domaine spécifique. Il a des objectifs tant sur le plan des apprentissages que si le plan socio-affectif. Pour qu’il atteigne ses objectifs, le mentorat doit respecter les « 3R » :

    o   Réalité : Le mentor doit amener l’élève à appliquer ses nouveaux apprentissages à des réalités extérieures à la classe. Il doit l’encourager à solliciter des habiletés qui lui seront utiles afin de l’aider à composer avec les exigences du domaine (s’adapter lors d’un changement, être en mesure de prendre des décisions ou des risques, etc.).

    o   Relation : La relation constitue l’élément central du mentorat.

    o   Responsabilité : La responsabilité consiste à faire participer autant l’élève que le mentor au processus d’apprentissage afin que les deux partenaires puissent continuer de cheminer.

     

    -          La triade de Renzulli :

          Elle permet de répondre à certains besoins des élèves doués sans entraîner des modifications majeures à la réalité vécue dans la classe ordinaire. Il définit une séquence d’activités permettant un enrichissement des programmes scolaires réguliers, enrichissement axé sur la recherche.

    L'éducation des élèves doués

    L’accélération scolaire

    Définition : la progression plus rapide d’un élève à travers un cursus scolaire ou son entrée plus précoce à l’école. La décision d’accélérer doit être basée sur la motivation de l’élève et sur son état de préparation.

    Elle permet aux élèves doués d’atteindre les résultats d’apprentissage visés par un programme d’études à un rythme plus rapide correspondant à leurs besoins et à leurs capacités.

    Il existe principalement deux catégories d’accélération …

     

    L'éducation des élèves doués

    Voici la liste des principes à respecter pour que la procédure soit accessible, juste et équitable pour tous les élèves :

    -           Les mesures accélératrices doivent être accessibles pour tous les élèves en ayant le besoin (sans considération de leur genre, leur origine ethnique, leurs handicaps, leurs déficits, leur statut socioéconomique, leur maîtrise de la langue d’enseignement ou de l’école fréquentée).

    -          Tous les élèves démontrant des compétences scolaires dans un domaine ou plusieurs domaines peuvent être considérés pour des mesures accélératrices, incluant les enfants de classes d’accueil, les élèves à risque, les élèves des milieux socioéconomiques défavorisés et les élèves doublement exceptionnels.

    -          L’évaluation des élèves doit être juste, objective et systématique.

    -          Les parents ou les tuteurs des enfants doivent être informés de la procédure et des règlements et pouvoir en discuter avec la direction d’établissement. Ils doivent être impliqués dans l’évaluation et la prise de décision.

    -          Les décisions à propos des mesures accélératrices doivent être prises en équipe, basées sur les meilleures pratiques et non sur des opinions personnelles ou sur des anecdotes.

     

    L'éducation des élèves doués

     

    Quoi qu’il en soit les décisions prises ne doivent pas être improvisées mais reposer sur une évaluation approfondie de la situation de l’élève. Un suivi est indispensable pour favoriser le succès de la démarche.

     

     

     

    J'ai retrouvé les documents sur lequel j'avais créé mes prises de note sous forme de cartes mentales. Etant donné que la qualité d'image est plus que moyenne, je vous les glisse ici au format PDF.

     

     

     

    Voilà les points essentiels de cette formation à distance que j'ai pu suivre. Elle comportait bien plus de détails évidemment qui mériteraient chacun un article particulier. Si jamais vous disposez de plus d'informations sur ce sujet, des lectures conseils ou autre, n'hésitez pas à les partager à tous en commentaires.

    Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !


  • Commentaires

    1
    Jazzy
    Lundi 27 Avril à 14:58

    Merci pour ces notes

    2
    Natacha Dekoninck
    Mardi 28 Avril à 22:54
    Merci
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :