• Vous avez été nombreux à m'écrire pour savoir d'où venaient les fiches (aperçues sur IG) que j'utilise pour évaluer la fluence au cours de l'année de CP. Je prends donc quelques minutes pour rédiger un article très rapide pour vous en parler et répondre à un maximum de monde en même temps. ;-)

     
    Le contenu des fiches
     
    Tout d'abord, il est important de préciser que le contenur des fiches de fluence que j'utilise n'est pas entièrement de moi. En effet, je me suis basée sur le site Cognisciences qui propose un dossier très complet et bien fait pour évaluer la fluence du CP au lycée.
     
    Pour découvrir ce dossier plus en détails ainsi que toutes les informations sur l'organisation des passations, rendez-vous ci-dessous ...

    Mes fiches de fluence pour mes CP

     
    J'ai ainsi repris un grande partie des supports de  l'OURA (OUtil de Repérage des Acquis en lecture) pour réaliser des fiches de fluence qui me conviendraient personnellement mieux.
     
    NB : ces choix de présentation sont purement personnels et pas en lien avec les consignes dictées par le site. J'ai, comme toujours, gardé ce que je trouvais le plus pertinent tout en gardant la liberté de l'adapter à mes envies et, surtout,aux besoins de mes élèves. ;-)
     
    Ma volonté première était de disposer d'un seul et même support qui me permettrait de suivre mes élèves de septembre jusqu'à juin et avoir ainsi une vue d'ensemble de leurs progrès.
     
    Les évaluations sont donc les suivantes :
    - septembre : lecture des lettres et quelques syllabes
    NB : J'ai un peu modifié cette évaluation afin d'y faire figurer les lettres dans les différentes écritures ainsi que des syllabes différentes basées les sons approfondis en GS.
    - décembre : lecture de syllabes et de mots fréquents
    - mars/juin : lecture de syllabes, de digraphies, de pseudo-mots et d'un texte de référence (Les élèves lisent le texte du Petit Dinosaure durant 1 minute).
     
     
    Les supports à destination des élèves
     
    Afin que les élèves puissent disposer d'un support qui soient clair et aéré, j'ai choisi de ne pas leur faire lire la fiche sur laquelle je vais noter leurs résultats.
     
    J'ai ainsi 3 fiches à mettre sous les yeux des élèves, dans des pochettes plastiques. Une pour chacune des évaluations (septembre, décembre et mars/juin).
     
    Le support de septembre n'est proposé que dans une seule version (avec une écriture adaptées aux dys pour les écritures script et capitales).
     
    Les supports de décembre à juin sont proposés dans 3 versions différentes :
    - ordinaire (pas d'adaptation particulière)
    - avec des arcs de syllabes pour faciliter la segmentation des mots et pseudo-mots
    - avec les syllabes colorées grâce à Lire-Couleur

    Je laisse les élèves libres de choisir la version de leur support d'évaluation.

    Voici donc l'ensemble des fiches qui servent de support de lecture aux élèves pour chacun des 3 temps d'évaluation de l'année.

    Mes fiches de fluence pour mes CP

     

     

    La fiche individuelle de suivi pour l'enseignant
     
    Afin de ne pas manipuler des dizaines de feuilles ou de bouts de papier au cours de l'année, l'ensemble des évaluations de fluence se trouve sur une seule et même feuille. Je l'imprime en septembre et la conserve jusqu'à la fin de l'année dans un classeur dédié afin de pouvoir les ressortir aux prochains temps d'évaluation pour voir la progression des élèves.
     
    Cette fiche est nominative. J'y entoure ce qui est lu correctement, j'y note les éventuelles erreurs/confusions de lecture et, si l'élève ne parvient pas à lire un élément, je laisse l'item vierge, sans aucune marque.
    Ainsi, quand je montre sa fiche à l'élève, il ne voit apparaître en couleur que ce qu'il a su lire/dire et pas ses erreurs. ;-)
     
    Dans le cas du texte, je calcule le nombre de mots correctement lus par minute, comme indiqué dans le document du site Cogni-sciences.
     
    Voici la fiche nominative que je conserve pour chacun de mes élèves.
     

    Mes fiches de fluence pour mes CP

     
     
    J'espère que ces quelques informations et documents auront su répondre à vos questions. Si ce n'est pas la cas, n'hésitez pas à me laisser vos remarques en commentaires. J'y répondrais dès que possible !
     

    14 commentaires
  • Comme je le disais dans cet article, cette période je vais travailler plus souvent avec des sous-groupes homogènes. Avec un d'entre eux principalement, je vais revoir et approfondir la composition, la lecture et l'utilisation des sons complexes. Pour se faire, j'ai passé une bonne partie des vacances à mettre au point un alphabet qui réponde à mon projet : faciliter la segmentation des mots en syllabes et sons, simples ET complexes.

    J'y ai passé des nuits à réfléchir à un outil qui permettrait à mes élèves en grande difficulté de pouvoir décoder plus facilement les mots contenant des sons complexes.

    Et des sons complexes dans la langue français, il y en a un sacré paquet !

    Pas étonnant selon moi que les élèves s'y perdent. (J'y ai moi-même laissé quelques gouttes de sueur en réfléchissant à cet outil !!).

     

    Pour se faire, j'ai créé un alphabet "tout bête" comme j'en ai (certainement comme vous d'ailleurs) déjà créé des centaines depuis mes débuts dans le métier : des étiquettes avec une lettre par case

     

    La différence entre cet alphabet et les précédents que j'ai pu créer c'est que j'ai "simplement" (simplement ... lol ! Ca m'a pris plusieurs jours quand même de tout calculer au plus juste) ajouté sur les côtés de chaque case-lettre, des carrés de différentes couleurs.

    Chaque couleur correspond à un son complexe dans lequel figure la lettre.

    Mais ce sera sans doute plus simple à comprendre en image ...

    L'alphabet des sons complexes

    L'alphabet des sons complexes

    L'alphabet des sons complexes

    L'alphabet des sons complexes

    Si ce n'est toujours pas très clair pour vous, voici une vidéo très rapide pour vous en expliquer les grandes lignes. ;-)

     

    Voici donc à quoi va me servir cet alphabet que j'ai mis tant de temps à créer !

    Il n'est pas parfait (et même loin de l'être je pense) car comme certaine lettres (le I ou le N par exemple) figurent dans de nombreux sons complexes, leur carte fourmille de couleurs différentes. J'ai peur que mes élèves s'y perdent (ou deviennent épileptiques ! ... J'ai bien failli le devenir pour ma part ! ;-)).

    Mais qui ne tente rien n'a rien comme on dit.

    Je vous laisse donc ci-dessous mes différents alphabets des sons complexes codés.

    Ils sont disponibles en deux versions (une avec des lettres noires, l'autre avec les voyelles en rouge et les consonne en bleu). Chacune des versions propose l'alphabet ...

    - en "lettres bâtons"

    - en minuscules script

    - en écriture cursive

    Concernant le codage des couleurs, j'ai opté pour celui du super arc-en-ciel des sons complexes de l'école du bord du monde. J'ai juste ajouté des couleurs pour les sons qui ne figurent pas dans l'arc-en-ciel comme le CH, ILL ... .

    L'alphabet des sons complexes

    L'alphabet des sons complexes

    J'espère que ces documents pourront vous servir en l'état ou vous inspirer pour vos propres projets.

    Si vous avez des suggestions d'améliorations, n'hésitez pas à me les faire remonter afin d'améliorer le document. ;-)

    #ensembleonvaplusloin


    7 commentaires
  • Depuis quelques temps je cherchais des bandes-dessinées destinées ET adaptées à mes jeunes CP, principalement pour donner confiance et envie de lire à mes élèves les plus en difficulté. Et j'ai trouvé !

    Les BD sont des supports de lecture que je trouve réellement pertinents, notamment pour les élèves en difficulté.

    La place de l'image y est importante tandis que l'ampleur du texte est réduite à l'essentiel. La bande dessinée permet ainsi aux élèves d'entrer dans la lecture en douceur, sans être "effrayés" par des zones de lecture longues où les mots de mêlent et s'entremêlent beaucoup trop pour certains.

    Malgré cela, le format des BD est, à mon sens, très accessibles aux élèves du cycle 3 mais beaucoup moins aux élèves du cycle 2.

    En effet, le format A4 des livres de BD comme Astérix, Tintin, Titeuf, etc ... est difficilement manipulable par mes petits CP. J'avais déjà remarqué cela quand je leur donnais des cahiers 21x29,7 ou 24x32 il y a quelques années : mes petits loups se perdaient dedans. La taille, la longueur des pages à tourner ... autant d'éléments qui faisaient que ces supports étaient de véritables paquebots pour eux.

    Il leur était difficile d'embarquer dessus et je devaient vite leur venir en aide afin de ne pas perdre leur concentration ou, pire encore, leur motivation.

    Pour les albums de BD, je retrouve ce même souci.

    Donner une BD d'Astérix (je prends cet exemple uniquement parce que je suis ultra-fan de ce petit gaulois ! ;-D) à un CP, même excellent lecteur, le met en difficulté.

    Pourquoi ?

    Déjà parce qu'il doit d'abord trouver une place qui lui soit non seulement agréable et confortable pour lire mais aussi pratique (quand on a 6 ans, des petits bras et de minuscules mains, lire un livre de cette taille en étant sur un pouf cela relève de la Mission Impossible !).

    Une fois qu'il est parvenu à ouvrir son livre à la page souhaitée, il est certes heureux de découvrir les multiples et superbes vignettes bien colorées qui s'y cachent, mais il découvre aussi avec moins d'enthousiasme :

    - des dizaines de bulles de formes différentes,

    - des polices d'écriture différentes qu'il lui faut déchiffrer (alors qu'il ne connaît que le script et la cursive à ce moment n'oublions pas !) 

    - une longueur de page conséquente à décoder (avec toutes les difficultés déjà citées)

    - et, pour le coup, un univers historique encore inconnu, des mots provenant d'une langue morte dont il n'a jamais entendu parlé (mais qui sont traduits en notes de bas de page ! Ouf ! ... ou pas ! Parce que cela engendre de la lecture supplémentaire pour parvenir à comprendre le livre du coup !)

    Autant vous dire que, même s'il y a plein d'images et que le texte n'est pas présenté sous forme de "gros bloc de lecture", l'élève de CP risque d'être très vite déboussolé et découragé.

     

    Je souhaitais donc trouver une collection de BD qui soit réellement adaptée à mes petits CP pour découvrir ce type d'écrit si riche en douceur.

    Mon cahier des charges était assez conséquent. Je voulais ainsi :

    - un format d'album de taille adapté aux mains de mes élèves

    - des histoires proches de leur quotidien pour réduire les difficultés de compréhension

    - réduire au maximum le nombres de polices d'écriture à maîtriser pour diminuer les difficultés de décodage des élèves

    - des personnages qui se retrouvent d'albums en albums pour créer un univers de BD (comme pour Astérix, Tintin ...).

     

    Autant vous avouer que je pensais ne jamais parvenir à trouver chaussure à mon pied ! ;-)

    Et pourtant, cette année, les éditions Casterman et la librairie Ludic ont, semble-t-il, entendu mes prières ! ;-p

    Lors de la venue de leur représentant à l'école il y a quelques semaines, j'ai découvert la collection

    "Je commence à lire en BD" !

    Découvrir la BD en CP-CE1

    Quelle ne fut pas ma joie et ma surprise de la découvrir !

    Elle remplissait toutes mes conditions et proposait même en plus un guide pédagogique prêt à l'emploi pour créer un rallye-lecture avec des élèves de CP et de CE1. Bien que je ne pense pas que j'utiliserai ces albums uniquement sous la forme du rallye-lecture proposé par les éditeurs, ce guide sera une excellente base pour pouvoir travailler ces petites BD en lecture-compréhension ou en lecture-suivie.

    Comme les images sont souvent plus parlantes que les mots, voici quelques photos commentées et une vidéo de présentation qui vous permettront de découvrir cette nouvelle petite collection et, pourquoi pas, vous en donner l'eau à la bouche ! ;-)

    Découvrir la BD en CP-CE1

    Découvrir la BD en CP-CE1

    Découvrir la BD en CP-CE1

    Découvrir la BD en CP-CE1

    Découvrir la BD en CP-CE1

     

    La collection se compose actuellement de 10 albums (5 pour le CP et 5 pour CE1). Si vous souhaitez commander les différentes BD de la collection, rendez-vous par ici.

     

     


    7 commentaires
  • Une des raisons pour lesquelles j'ai voulu me séparer des méthodes de lecture c'est que je n'appréciais pas l'approche de certains phonèmes/graphèmes dont celle de la lettre U, trop souvent mystérieuse pour les élèves car passée sous silence.

    Pour comprendre pourquoi j'écris un article sur ce sujet, il vous suffira de prendre dans vos mains quelques méthodes de lecture.

    Ouvrez le manuel à la page du son [k] et, dans la majorité des cas, vous verrez écrit en haut de la page "C K QU". Pour allez plus loin encore, allez maintenant à la page du son [g]. Vous y verrez noté "G GU".
     
    "Mais pourquoi on met U ?"
    Cette question m'a été posée par des élèves, plusieurs fois au cours de mes années d'enseignement en CP.
    "Ben ... parce que c'est comme ça qu'on fait le bon son !"

    Voilà ce que j'ai répondu durant de nombreuses années. Par manque de motivation à aller plus loin, par manque de temps et aussi par manque de connaissances suffisantes pour partager les secrets de la langue avec mes élèves.

    J'avais appris moi-même comme ça étant petite, c'était une raison suffisante pour qu'ils fassent de même non ? ;-)
    Mais cette question m'a trotté dans la tête ...
    "Pour faire le bon son ? ... Ce n'est pas une raison valable puisque que le Q fait [k] et que le G fait [g], même seul ! Alors pourquoi se sentir obligé de coller le U au Q et au G en haut de page. Chacun peut vivre sans l'autre ! Il a une existence propre ce U vu qu'on le voit en début d'année. Il fait [u] ! Mais pas là ! Il est là mais, sous prétexte qu'il y a le Q ou le G, on ne l'entend pas. Et d'ailleurs ! Pourquoi on met un U et pas un A ... ou un O ... ou même un H tiens, après tout il ne fait pas de bruit celui-là, il ferait bien l'affaire du coup ! Y a pas à dire : la langue française c'est quand même super compliqué et hyper mystérieux. Après on s'étonne que les élèves ont des difficultés et mémorisent mal ... En même temps, y a de quoi se taper la tête au mur avec des histoires pareilles !"

    Vous voyez la plante verte dans la salle d'attente du docteur ? Elle est là, tout le monde la voit mais personne ne lui prête attention. Elle est là c'est tout. Qu'elle soit là pour décorer, pour mettre un peu d'oxygène dans cette pièce pleine de microbes accueillant des gens rarement en forme ou juste pour camoufler la tâche d'humidité datant du dégât des eaux de 2007, on ne s'en inquiète pas ... ou plus ! On est habitué à elle et plus personne ne se demande à quoi elle sert.

    Et bien le U est comme la plante verte ! Il est là, collé aux consonnes en tête de page mais on ne s'inquiète même plus de savoir pourquoi. Nulle part on explique aux enfants pourquoi on met CETTE lettre bien précise à CET endroit en particulier. Et pourtant, il y a de quoi dire sur le sujet.

    C'est ainsi un des nombreux avantages que je trouve à avoir abandonné toute méthode de lecture. Je peux vraiment adapter les approches, les explications et les explicitations que je propose à mes élèves en terme de phonologie de manière à leur donner du sens. Je ne suis ni bridée par le temps ni par un plan de progression défini.
    J'ai décidé de ne plus aborder le QU et le GU mais d'étudier simplement les lettres Q et G.
    Le U devenant alors une sorte de médiateur de sons complexes, un super-héros qui permet à chacun de s'entendre avec les autres. Rapide, efficace et discret, il intervient quand la situation l'oblige et agit sans se faire entendre.

     
    Un vrai super-héros quoi ! ;-)
    Je vous en dis plus par ici en vidéo et espère qu'elle pourra vous être utile en l'état ou vous inspirer pour mieux expliquer et expliciter les petits secrets de la phonologie à vos élèves.

     


    10 commentaires
  • J'ai pas découvrir récemment la collection "J'écris, je lis" des éditions MILAN, à destination première des familles pour une utilisation entre parents et enfants mais proposant malgré cela plusieurs pistes possibles d'exploitation en classe.

    Dans ma classe, je dispose déjà de deux collections spécifiques destinées aux CP. Il s'agit des J'apprends à lire avec les Grands Classiques Disney des éditions Hachette et de la collection "Je suis au CP" des éditions Flammarion jeunesse.

    Les éditions Milan ont sorti dernièrement une collection du même acabit intitulée "J'écris, je lis", en complément des leurs collections déjà existantes : Milan Poussin et Milan Benjamin.

    Cette collection qui comporte déjà 4 ouvrages ainsi que 2 à paraître, se veut être légèrement différente de celles dont je dispose déjà.

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    D'une part, cette collection se destine avant tout à une utilisation privée, non pas dans un cadre scolaire mais plutôt dans un cadre familial où l'enfant lit avec un parent. L'ensemble des ouvrages est réfléchi comme un support de lecture accompagnée et guidée par un adulte. Étant donné que les livres ne sont pas classés par niveau de difficulté, dans le cas où l'enfant devrait lire et utiliser les différents livres en toute autonomie, en classe, dès le CP, il faudrait certainement attendre le milieu d'année scolaire pour que les enfants soient en capacité d'accéder seuls à la fois au décodage et à la compréhension des livrets.

    Un petit hibou, mascotte de la collection, guide les enfants au fil des pages : il leur explique les activités, les encourage et les félicite pour leurs efforts au fil des activités. C'est aussi un petit pense-bête très mignon pour les parents : il leur présente (dès le rabat de la première de couverture) aux parents le fonctionnement des livrets.

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    Une autre différence notable qui me plait particulièrement est que la collection "J'écris, je lis" est mises en mots et en images par plusieurs auteurs et illustrateurs différents. Si, dans d'autres collection, le choix de conserver les mêmes personnages et la même plume permet aux enfants de ce créer un univers rassurant et garantissant des repères dans l'apprentissage de la lecteur, le choix réalisé ici permet au contraire de varier les approches ainsi que les styles d'écriture et de création. En créant de multiples histoires différentes, centrées sur un thème, où les personnages et les intrigues sont tous différents d'un livre à l'autre, la collection permet aux enfants d'élargir leur horizon d'attente en terme de littérature et de dessin. Ils découvrent ainsi des histoires proches de leur quotidien mais également des courts récits d'aventures sur des sujets qu'ils affectionnent en général beaucoup à cet âge (les pirates, les animaux ...).

    Cette collection offre également à l'enfant un support-livre différent prévu pour leur permettre d'écrire dedans, un peu comme dans un fichier de lecture, afin d'allier autant que possible la lecture et l'écriture en 3 étapes principales :

    1) Les activités en lien avec la copie et la phonologie : à travers divers petits exercices, l'enfant est amené à revoir l'alphabet, les syllabes, des mots ... L'ensemble est pensé afin de permettre à l'enfant de prendre en main l'ouvrage et de préparer sa lecture en découvrant des mots qu'il rencontrera au cours de l'histoire.

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    2) Les activités en lien avec la lecture : une histoire à lire ou à écouter lire et à compléter avec des mots-autocollants permet à l'enfant de mettre du sens derrière les mots qu'il vient de découvrir et à entrer en douceur dans la compréhension.

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    3) Une activité d'écriture : Pour prolonger l'histoire, chaque petit livre propose aux enfants une activité en lien avec la production d'écrits. Il peut alors inventer une histoire sur le même thème que l'ouvrage en s'aidant d'une trame et de mots proposés et l'illustrer grâce à des autocollants fournis en début de livre. (voir image ci-dessus)

     

    La collection à l'école

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    La collection "J'écris, je lis" donc rejoint les autres collections destinées aux CP dans mon centre de lecture et un des ouvrages a déjà remporté un bel accueil et un franc succès. Il s'agit de l'histoire qui illustre cet article : "Maîtresse, poil aux fesses", une histoire très amusante et proche du quotidien de classe des élèves. 

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    Ainsi, après avoir lu l'histoire à ma classe comme lecture offerte, le travail déjà entamé en production d'écrits sur les rimes a pris tout son sens et a pu être prolongé grâce à une des activités proposées dans l'ouvrage même.

    Les élèves les plus en difficulté ont pu produire un écrit à l'aide de la trame proposée tandis que d'autre ont créé de nouvelles phrases en rimes basées sur leur propre vécu, leur classe ...

    "J'écris, je lis", une collection pour les CP

    Déjà plusieurs autres idées d'exploitation me sont venues à l'esprit (où à celui de mes élèves ... ;-)) concernant cette collection. Je vous en redirai plus dès que j'aurais eu l'occasion de les mettre en œuvre et de les tester en classe. ;-)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique