• A l'approche du "jour dont on ne doit pas prononcer le nom", vous êtes nombreux-ses à m'écrire pour me demander comment je m'organise ce jour là avec le fonctionnement en centres et l'aménagement flexible au CP. Voici donc un petit article qui, je l'espère, saura répondre à vos questions. ;-)

    Parmi les questions reçues, celle qui revient le plus est :

    Est-ce que tu montres les centres dès la rentrée ?

    La réponse est non !

    En effet, en natation, bien avant de lâcher les élèves dans le grand bain, il faut dans un premier temps les laisser appréhender l'eau, la découvrir puis, seulement ensuite, leur apprendre à nager en leur donnant également des bouées auxquelles se raccrocher en cas de difficulté. Ce n'est qu'après qu'une virée en pleine mer et en solitaire peut être envisagée. ;-p

    Ben pour les centres, c'est pareil !

    Je laisse d'abord le temps aux élèves de tout découvrir, en douceur, les introduire petite à petit.

    Disons qu'il faut penser la mise en place de la pratique des centres comme un frisbee plutôt que comme un boomerang.

    Le frisbee, on le lance doucement puis on améliore son geste et sa précision, on l'envoie de plus en loin pour atteindre finalement le but qu'on s'est fixé.

    Le boomerang, on peut l'envoyer très fort direct et avoir rapidement les mains libres. Mais le risque de le voir nous revenir en pleine g... (voilà quoi !) est quand même important. ;-)

    Les centres n'entrent en fonctionnement qu'après une à deux semaines de classe.

     

    Une autre question fréquente a été :

    Comment présentes-tu l'aménagement flexible aux élèves ?

    A vrai dire, je ne le leur présente pas. Je les laisse me le présenter. ;-)

    En fait, avant de m'attacher à la mise en œuvre des centres, je me donne du temps pour laisser les élèves découvrir une chose bien plus attirante pour eux parce que plus visible : l'aménagement flexible !

    Dès qu'ils mettent les pieds dans ma classe, ils ne peuvent les rater : ballons, tabourets oscillants, ztools, ... Autant d'éléments qui attirent directement leur attention ... et leur questionnement.

    Je les évoque donc très rapidement. Dès notre premier échange, je les désigne et en parle pour les leur présenter et leur expliquer pourquoi la classe propose ce type de mobilier (besoin de bouger, concentration ...). Je m'en limite à cela. Je n'aborde pas les règles d'utilisation, l'intérêt de chacun ni rien d'autre car, comme je le leur dis, je veux qu'ils les découvrent par eux-mêmes.

    L'organisation de mon temps de classe s'organise autour de cette première découverte durant 2 semaines. Aussi, durant ce temps, pas de binômes, pas de centres, etc ...

    Je travaille avec un groupe au centre guidé et l'autre partie de la classe réalise une activité aux assises flexibles (une même activité pour tous les élèves en autonomie et par créneau horaire, le plus souvent en lien avec la discipline enseignée au U). 

    NB : J'essaye autant que possible de donner à réaliser en autonomie aux élèves des activités qui permettent de faire des évaluations diagnostiques. Ce sont des activités de fin de GS - début de CP qui me permettent de faire le point sur les compétences de chacun sans pour autant me faire perdre du temps d'apprentissage. Les petits "tests" de rentrée sont ainsi effectués d'un côté tandis que de l'autre, je suis vraiment disponibles pour démarrer doucement les apprentissages avec les élèves, échanger avec eux ... Je mets également beaucoup en début d'année en autonomie des activités de réinvestissement, de manipulation ... (niveau maternelle) que je sais que les élèves parviendront à réaliser sans peine. Le but dans ce cas n'est pas de savoir qui sait quoi mais seulement de donner confiance aux élèves en leur montrant que, même si certaines activités sont plus dures, ils tous savent des choses. ;-)

    Durant ces premiers temps d'autonomie, je ne leur impose pas une assise particulière (sauf cas exceptionnels liés à des raisons médicales ou comportementales bien sûr !). Je les laisse les tester en douceur, s'en faire leur propre idée.

    En fin de journée, nous débriefons les ressentis de chacun et confrontons les points de vue pour montrer qu'on est tous différents dans notre corps (et que pour la tête ce sera pareil et qu'il faudra y remédier en s'épaulant.). Ce temps est aussi l'occasion de rappeler aux élèves que les assises sont là pour servir leur concentration pas leur divertissement, leur rappeler également de tester les assises encore inconnues au fil des jours suivants mais aussi et surtout de laisser les autres les tester, sans les monopoliser.

    Avant de mettre en place les centres, on développe nos compétences psychosociales grâce travers l'aménagement flexible. On apprend à partager, à s'écouter, à écouter les autres ...

    Bref, on apprend à vivre ensemble !

     

     

    Cela me conduit à répondre à une autre question souvent posée :

    Travailles-tu en groupes restreints dès la rentrée ?

    Durant ces deux semaines de découverte de l'aménagement flexible par les élèves, il me faut aussi prendre le temps de découvrir mes loulous, tant au niveau personnel (centres d'intérêts, motivations ...) qu'au niveau scolaire (état des lieux des compétences de départ de chacun et des compétences sociales/relationnelles pour savoir qui aura besoin d'accompagnement dans la gestion de son comportement par exemple).

    Pour disposer de ce temps, je travaille ainsi en groupes restreints et cela dès le jour de la rentrée.

    La rentrée c'est toujours un peu étrange comme journée.

    On est à la fois enchanté de reprendre le chemin de la classe pour découvrir nos nouveaux élèves (et aussi - même si on ne l'avoue que rarement u même jamais par peur de passer pour des parents horribles - parce que retourner à l'école ça veut dire quitter la maison après deux mois avec nos propres enfants et que gérer NON STOP des enfants pendant 2 mois, ben c'est vachement plus difficile que d'en gérer 25 par intermittence pendant 10 mois ! Donc oui, j'ose le dire haut et fort, l'écrire noir sur blanc et l'assumer quoi qu'il m'en coûte : 2 mois de vacances quand t'es prof, c'est GENIAL mais 2 mois de vacances quand t'es prof ET parent, c'est loooong ... Très loooong ... Trooooop looooong ! Bref : j'ai hâââââte de reprendre !! ;-p)

    Mais la rentrée c'est aussi du stress ! Si, du côté des familles, on entend dire "Oh c'est le premier jour de classe ! Ils vont pas faire grand chose !", du côté des enseignants, on active le mode "Tétris" pour tenter de faire rentrer tout ce qu'on a à faire dans une seule et même journée !

    Entre l'inventaire du matériel que chacun a acheté, la distribution du matériel que chacun doit recevoir, la transmission de la note de rentrée, les mots à transmettre aux parents pour la réunion de rentrée (ce qui, quand tu as devant toi des CP n'ayant jamais vu un cahier ni un stick de colle de leur vie, peut devenir un parcours du combattant sans nom. Du coup, tu passes en mode "Koh Lanta" : tu mets ton bandeau autour de la tête et tu fais tout ce que tu peux pour survivre ce qui finalement te pousse à réaliser l'impossible : coller toi-même les 25 feuilles et redonner un nouveau tube de colle à chaque gamin parce que, bien sûr, ils n'ont finalement rien collé mais, dieu seul sait pourquoi, le tube, lui, est vide ! #lemysteredelarentree) ...

    Bref, à la rentrée, on n'a PAS rien à faire ! On a TROP à faire dans PAS ASSEZ de temps ! ;-p

    Pour ma part, je dois aussi réaliser la visite de l'école (et surtout celle des toilettes si je ne veux pas finir en dépression devant mes CP avant 16h30 le jour J !) car mes élèves y entrent pour la première fois. Il est donc primordial de leur faire visiter ce (grand) bâtiment qui doit les terroriser (d'autant qu'on ne sait pas ce que les grands frères ou grandes sœurs ont pu dire sur l'école et la maitresse durant l'été dans l'espoir d'avoir la paix ! Il faut donc veiller à rassurer tout ce petit monde ! ;-p #casentlevecu).

    Le plus dur c'est de mener toutes ces tâches de front ça sans stresser, ni rien communiquer comme sentiment négatif aux élèves parce que les enfants sont des éponges et qu'on risque de le payer le lendemain d'une façon ou d'une autre.

    Donc pour rester "zen", je me prépare un programme assez "cool Raoul" histoire de pas me mettre la pression.

    Et puis, si je parviens à la boucler, tant mieux ! Si non, demain est un autre jour et il parait même que rien ne se sauve ! (à part la maîtresse après la sonnerie bien sûr ... euh non, les élèves ...rien ne sauve à part les élèves ! O:-D)

    Quoi qu'il en soit, en CP, si je peux me permettre de donner un conseil aux jeunes collègues qui démarrent dans ce niveau : si vous penser pouvoir réaliser une tâche de collage en 15 minutes avec vos élèves dans les première semaines de classe, DOUBLEZ LE TEMPS EN TOUTES CIRCONSTANCES SUR VOTRE CAHIER-JOURNAL ! ;-)

    Pour me permettre d'être la plus zen possible, je fonctionne donc en groupes réduits dès le jour de la rentrée. J'explique aux élève pourquoi j'ai choisi de fonctionner ainsi et leur explique que le temps qu'ils auront aux assises flexibles sans moi n'est pas un temps de récréation et qu'ils vont y réaliser des activités précises.

    Ainsi l'inventaire du matériel se fait en demi-classe : cela me laisse du temps pour faire le point avec les élèves dans le "calme" (oui, les guillemets sont essentiels ! On parle d'enfants le jour de la rentrée quand même. Donc bon, ... le calme ... L.O.L quoi !). Pendant ce temps, les élèves en autonomie réalisent un petit travail de motricité fine qui consiste à découper de formes pour reproduire le dessin de l'école. (Comme j'en parlais plus haut, cela me permet d'établir sans perdre de temps un petit état des lieux des compétences de chacun en terme de repérage dans l'espace, de découpage et de collage et d'en prendre connaissance le soir devant Netflix avec mon pot de Haagen Dazs ... euh non, je voulais dire ... dans mon bureau avec ma tasse de café qui me fera tenir jusqu'à 3 heures du mat' ! [double O:-D] ).

    C'est de cette façon que le travail en demi-classe est donc introduit.

    Et je dois dire que c'est plutôt efficace et pratique car l'inventaire me prend moins de temps que les années d'avant.

    NB : Évidemment, pour cette première expérience de travail au centre guidé, je ne mets pas de minuteur visuel en route. Je me (nous) donne vraiment le temps de tout découvrir ensemble.

     

     

    De jeunes collègues m'avaient aussi demander

    Fais-tu des apprentissages en lecture dès la rentrée ?

    En effet, dans ma journée de rentrée, je prévois toujours une petite séance de lecture, même très simple ou incomplète !

    Pourquoi "attaquer" direct ?

    Uniquement pour faire plaisir aux élèves ! ;-)

    Imaginez ...

    Vous avez 6 ans.

    Vous allez entrer à la "grande école".

    Papi, mamie, tonton, tata et le reste du monde ne vous parle que de ça depuis des jours, des semaines et même des mois !

    Ils sont contents ! Ils sont fiers aussi !

    Ben oui !

    Vous allez ENFIN apprendre à lire !

    C'est un truc de dingue quand même !!

    Le monde va vous tendre les bras.

    La rentrée au CP arrive et ...

    Visite l'école, inventaire du matériel, découpage, collage, etc ... et vous n'avez pas appris à lire !

    DE-CEP-TION TO-TALE !

    Quelle maitresse de CP n'a jamais entendu, le jour de la rentrée, venant de la bouche d'un-e élève sautillant à la voix remplir d'excitation :

    "Maitresse ! C'est quand qu'on apprend à lire ?"

    Cela m'est arrivé. Répondre "Bientôt ..." ne m'a pas plu (et à l'élève non plus d'ailleurs !). J'ai donc opté pour une solution qui me permettait de répondre "Nous commencerons tout à l'heure" ou "Dès cet après-midi".

    Plutôt qu'un visage déçu, cette phrase me permet d'obtenir un sourire et de l'impatience de pouvoir annoncer à sa famille le soir à table "J'ai fait de la lecture aujourd'hui !".

    Cela semble peut-être dérisoire mais c'est déjà énorme pour certains loulous !

    Je ne sais pas si cela pourra vous intéresser, vous aidez ou autre mais je vous glisse malgré tout ci-dessous mon cahier-journal pour le jour de la rentrée. Bien sûr, il a été organiser en fonction de mes besoins, mes envies et de mes "impératifs" de rentrée mais peut-être pourra-t-il donner des idées à certain-e-s d'entre vous. ;-)

    Faire la rentrée avec une classe flexible

    NB : Le symbole Faire la rentrée avec une classe flexibleindique que la séance se fera avec une rotation des groupes durant le créneau horaire.

    Les jours suivants s'organiseront ensuite de manière à permettre aux élèves de rentrer en douceur dans les apprentissages tout en développant un climat de classe agréable, de l'entraide et un esprit d'équipe par des petits jeux de connaissance et de coopération, éléments qui seront indispensables pour la mise en place des centres.

     


    21 commentaires
  • Je vous avais parlé très brièvement du centre de poésie dans cet article il y a un moment. Cette année il a pas mal évolué dans sa présentation et son organisation pour une simple et bonne raison : j'avais une idée derrière la tête et il me gênait dans la réalisation de ce projet.

    Lors de mon passage en classe flexible, j'ai organisé mon centre de poésie d'un manière qui me plaisait beaucoup à ce moment là : sur un portant à roulettes.

    Les centres d'autonomie

    Il était facilement déplaçable dans la classe et, avec le principe des cintres, il permettait de ranger les poésies très facilement, d'une manière peu conventionnelle qui plaisait beaucoup aux enfants.

    Mais voilà !

    Je devais absolument gagner encore plus de place dans ma classe pour me permettre de mettre en œuvre un projet particulier en lien avec la gestion des comportements.

    En plus, la poussière aimait se loger dans les petits recoins des cintres qui, eux-mêmes, s'accrochaient régulièrement entre eux.

    Bref, j'ai cherché un autre moyen de tout mettre en ordre et j'ai finalement opté pour une boîte.

    ("Quoi ? Une boîte !" Ben oui, juste une boîte. Je sens votre déception ! ;-p)

    Les poésies y tiennent au format A5, toutes reliées entre elles par thème grâce à un anneau.

    Le centre de poésie

    Toujours plastifiées, les poésies peuvent être soumises aux prises de notes au "Crayons Woody" afin que les élèves puissent continuer à y faire des repères visant à les aider dans leur apprentissage de la poésie.

     

    Mais comme les images parlent plus que les mots, j'ai pris le temps de vous montrer tout cela très vite en vidéo.

    NB : les petits bruits de fond c'est ma fille qui joue à la maitresse avec les peluches du centre de lecture ! ;-p

     

     

     

    Pour découvrir les poésies avec QR codes dont je vous parle en vidéo, il faut se rendre sur le site Evolution classe de la "Super Team CP". Cliquez sur l'image pour y accéder et mille mercis à eux pour ce travail colossal et génial ! ;-)

    Le centre de poésie


    15 commentaires
  • L'an dernier j'avais mis en place un système de pictogrammes pour aider mes élèves à se repérer dans les centres d'autonomie, leur travail personnel, leur cahier de progrès ... Cette année je renouvelle le système qui a très bien fonctionné (et oui, on ne change pas une équipe qui gagne il parait ;-p) mais je mets à jour quelques petits pictos suite aux remarques de mes élèves.

     

    Voici donc les pictogrammes qui seront dans ma classe en 2019-2020 :

    Les centres pour 2019-2020

    Les centres de mathématiques et de découvertes ont changé de pictogrammes afin de pouvoir bien représenter tous les sous-domaines concernés par leur discipline.

    Le centre de phonologie présente à la fois la partir "corporelle" de la lecture (j'entends, je vois, je dis) et la partie "écrite" avec les lettres de l'alphabet.

    Le centre d'anglais sera quant à lui signifié par le drapeau du Royaume-Uni.

    Le centre d'alphabet et de mots est dorénavant, sur demande des élèves de cette année, baptisé "centre d'étude de la langue" car ils le confondaient souvent avec celui de phonologie. J'ai donc créé un pictogramme présentant les symboles de la grammaire Montessori que j'utilise en classe sur l'idée d'une de mes élèves, quelques jours avant les vacances. ;-)

    Mais, comme j'ai changé les pictogrammes, certaines affiches de mes centres n'étaient plus d'actualité. Voici donc les nouvelles affiches qui trouveront place dans ma classe.

    Les centres pour 2019-2020

    Toujours dans un souci de cohérence et dans le but que les élèves soient le plus autonomes possible et se repèrent dans leur matériel, l'espace et le temps sans difficulté, j'ai également mis à jour le "programme du jour" avec les nouveaux pictogrammes mais aussi en y ajoutant des étiquettes qui nous ont manqué cette année en classe (ex : sortie en bus, surprise, Maitresse E ...).

    Les centres pour 2019-2020

    En espérant que ces petits documents puissent vous aider, vous servir ou vous inspirer. ;-)


    3 commentaires
  • Je souhaitais, pour la période 5, travailler plus souvent en groupe de niveaux et de besoins afin de pouvoir individualiser et personnaliser encore plus les parcours. Mais un problème s'est très vite posé : communiquer rapidement à mes élèves les groupes de travail dont la constitution variera en fonction des disciplines. J'ai ainsi décidé de repenser la tableau de programmation de la classe afin 'en faire un outil efficace tant pour les élèves que pour moi.

    La tableau de programmation : 1 seul outil, des possibilités multiples

    Le tableau de programmation, qu'est-ce que c'est ?

    C'est un affichage qui me permet d'établir les binômes et de fixer les activités qu'ils doivent réaliser, en début d'année en tous cas. C'est également un tableau pratique et rapide pour faire l'appel en début de journée, proche du système connu des élèves en maternelle. Je vous en parle plus précisément dans cet article.

    Une fois que les élèves sont familiarisés et habitués à l'utilisation d'un plan de travail, le tableau de programmation tombe un peu dans les oubliettes, ne servant alors plus qu'à l'appel du matin et à l'affichage de la constitution des demi-classes et des binômes.

    La tableau de programmation : 1 seul outil, des possibilités multiples

    Pourquoi revoir l'organisation de la classe ?

    Si j'ai décidé de repensé l'organisation du tableau de programmation c'est parce qu'en période 5 je souhaite revoir totalement mon fonctionnement et mes groupes de travail.

    En effet jusqu'à présent je fonctionnais surtout avec des demi-classes hétérogènes et ce pour plusieurs raisons :

    - la première : parce qu'il n'y avait pas nécessité de travailler en groupes homogènes en début d'année

    - la deuxième : quand le travail en groupes homogènes a commencé à devenir une alternative pertinente, les groupes s'en seraient trouvés très inégaux en nombre d'élèves ce qui était difficile à gérer entre les interventions RASED, PDMQDC et autres.

    - la troisième : faire des groupes homogènes aurait entraîné la constitution d'un groupe de travail regroupant tous les élèves ayant des trop lourdes difficultés en terme de gestion du comportement ce qui aurait occasionné conflits, climat de classe difficile, etc ...

    Bref, cette organisation n'était pas envisageable en début d'année. Il me fallait d'abord travailler le vivre ensemble, la gestion des émotions, l'empathie ... pour établir des fondations solides qui permettraient de mettre en œuvre un fonctionnement de classe en groupes homogènes viable.

    Chaque chose en son temps comme on dit. ;-)

     

    Pourquoi revoir l'organisation du tableau de programmation ?

    Mais voilà ! Comme très souvent au CP, l'étude des sons complexes a créé un "décalage" dans l'avancée des élèves.

    Certains ont pris l'avion direction Kourou pour lire comme des fusées tandis que d'autres se rendent à peine à l'aéroport pour acheter leur billet.

    Pour ne pas freiner les uns ni démoraliser les autres et permettre ainsi à chacun d'évoluer à son rythme, le travail en groupe de niveau homogène est devenu alors tout à fait intéressant et envisageable.

    En effet, même si tout n'est pas toujours rose dans la classe, le climat général s'est nettement amélioré depuis le début de l'année : les élèves les plus éruptifs maîtrisent de plus en plus et de mieux en mieux leurs émotions en mettant à profit les outils disponibles dans la classe.

    Les fondations dont je parlais tout à l'heure semblent donc bien plus solides qu'en septembre pour lancer un fonctionnement de ce type.

    Un problème persistait cependant ...

    En effet, le travail en groupes homogènes allait être pertinent en lecture et en maths principalement mais dans les autres disciplines, le travail en demi-classes avec des groupes hétérogènes n'aurait pas eu d'intérêt car il faisait déjà ses preuves.

    Comment indiquer aux élèves à la fois leur demi-classe, leur binôme ET leur groupe de niveau pour la lecture et les maths ? (groupes qui seraient différents d'ailleurs pour les deux disciplines dans la majorité des cas)

    J'ai alors tourné les yeux vers le tableau de programmation car c'était lui qui allait devoir m'aider à résoudre ce problème.

    Pourquoi lui ? Tout simplement parce que :

    - il est déjà en place ce qui m'évitera d'ajouter un affichage qui prendra de la place (et de l'attention à mes élèves ...)

    - les élèves le connaissent bien et savent le lire ce qui m'évitera d'avoir à perdre du temps en longues explications et explicitations

    Bref, il était l'outil parfait pour atteindre mon but sans perdre de temps.

     

    Comment faire concrètement ?

    L'idée de départ était de modifier entièrement le tableau afin d'en faire un affichage à double entrée avec les demi-classe en haut et les groupes de niveaux indiqués sur la droite. Mais par ce moyen, il ne m'était plus possible d'afficher des binômes de travail pour les temps d'autonomie.

    De plus, je voulais absolument conserver l'allure générale du tableau car c'est un élément auquel mes élèves étaient habitués et qu'ils maîtrisaient tous. Je devais donc trouver un moyen d'ajouter des éléments par-dessus le tableau déjà existant afin de simplement dire à mes élèves :

    "Il y a juste quelques petites choses en plus"

    ce qui, pour les plus angoissés, se résument à entendre

    "Bon, ça veut dire que je maîtrise déjà une grosse partie de ce nouveau tableau, je dois juste me concentrer sur les petites nouveautés."

    C'est alors que j'ai pensé à ajouter des couleurs dans chaque demi-classe pour les couper en sous-groupes.

    La tableau de programmation : 1 seul outil, des possibilités multiples

    Je pouvais ainsi constituer 4 groupes homogènes sans toucher au tableau actuel, juste en revoyant la composition des binômes (mais mes élèves y sont habitués car les binômes ont changé plusieurs fois depuis le début de l'année ;-)).

    Cela ne fut pas simple de mettre tout cela en forme bien sûr. C'était même un véritable casse-tête chinois d'établir non seulement des binômes mais aussi des groupes de couleurs prenant en compte pour chaque élève :

    - son niveau, ses facilités et ses difficultés en maths

    - son niveau, ses facilités et ses difficultés en français

    - son niveau d'autonomie pour la gestion de plan de travail

    - son comportement

    et j'en passe ...

    Mais j'ai finalement trouvé un bon compromis qui me permet de répondre à mon envie de départ.

     

    Je vous explique tout cela en photos, en couleurs et en détails dans le petit diaporama ci-dessous.

    La tableau de programmation : 1 seul outil, des possibilités multiples


    8 commentaires
  • Pour permettre à mes élèves de visualiser le temps d'autonomie dont ils disposent sur un créneau d'autonomie donné, j'utilise en classe depuis quelques années un Time Timer.

    Aimanté sur le tableau de la classe, le timer me sert à afficher la durée du temps d'autonomie pour chacun des groupes. Les élèves peuvent donc voir de manière très concrète le temps qui reste pour réaliser leurs centres.

    Jusqu'à présent, j'utilisais celui-ci ...

    Le timer géant à 3 couleurs

    Je l'avais choisi pour deux raisons : c'était le moins cher car il était en promotion, il n'existait pas vraiment d'autre alternative abordable dans mes moyens à ce moment-là (oui, car là encore c'est un achat financé avec mes propres deniers ...).

    Mais, récemment, grâce au compte Instagram Apprends-moi autrement,

    Le timer géant à 3 couleurs

    j'ai découvert des minuteurs très intéressants et j'ai décidé d'investir dans celui-ci.

    Le timer géant à 3 couleurs

    Plus grand, (2 fois la taille du précédent) il sera plus visible des élèves, peu importe où ils se trouvent dans la classe.

    Plus pratique avec 3 systèmes d'accroche possibles, il pourra à la fois servir depuis le tableau pour travailler en demi-classe où depuis une table pour travailler en groupe.

    Plus ergonomique avec sa molette centrale, il sera plus facilement manipulable tant par moi que par mes élèves.

    Bref, c'était pile ce qu'il me fallait pour aider mes élèves à gérer et organiser encore mieux leurs temps d'autonomie !

    Pour vous offrir une vision plus précise de cet outil, voici une petite vidéo de présentation qui sera, je pense, plus intéressante que mille mots. (Et j'avoue, c'est plus rapide à faire pour moi qu'on long article ;-)).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique