• Je ne vous présente plus le programme ATOLE car vous pouvez trouvez de nombreuses informations à son sujet dans les articles de cette rubrique. J'ai décidé récemment d'adapter un des supports proposé par le programme pour gagner du temps sans pour autant priver les élèves de cet outil.

    Le programme ATOLE conseille de constituer avec chaque élève un cahier qui regrouperait les découvertes, exercices, rituels, etc ... menés en classe.

    Pour ma part, je dois bien avouer que je ne l'ai jamais fait. (ouhhhh ! La hoooonte !!! Je comprendrais que vous arrêtiez votre lecture ici pour le coup !).

    Du moins, pas individuellement.

     

    Pourquoi ?

    Un cahier dédié à ATOLE, c'est un cahier de plus à faire gérer à mes petits CP et, par la même occasion, à prévoir sur le budget déjà bien serré de la classe.

    C'est aussi des feuilles à faire coller dans ce même cahier ...... beaucoup de feuilles ....... dans un petit cahier ....... au CP ...... avec un stick de colle ....... et un bouchon qui se dévisse mal ....... un capuchon qui se perd dans les profondeur de la salle de classe ......... un tube qu'on assimile à un sabre laser aussi des fois  ....... qui s'écrase de tout son long sur la feuille et qui nécessite qu'on prenne un auuuuutre tube colle .....

    Bref, faire coller une feuille à 27 élèves de CP en début d'année c'est un peu le KOH LANTA du prof ! Le Totem d'immunité tu t'en cognes comme de l'an 40, ce que tu veux en revanche c'est gagner l'épreuve de confort coûte que coûte !!!!

    ATOLE est donc un programme que j'apprécie vraiment de mener en classe.

    Malheureusement la gestion d'un cahier qui lui serait dédié (même si l'idée me plairait énormément) n'est pas gérable à mon sens avec mes petits loups.

    J'ai donc opté pour une alternative toute simple : la création d'un cahier "commun". (Confinement oblige, je n'ai malheureusement pas de photo avec moi là tout de suite).

    Il regroupe les rituels et se trouve placé au centre du calme, où chaque élève peut aller le consulter quand il le souhaite.

    C'est plus simple à gérer en terme de mise en œuvre ... mais cela ne me satisfaisait toujours pas ! (Oui, je suis pénible. Ce n'est pas nouveau. Le pire dans tout ça c'est que je m'auto-saoule !!).

    En effet, UN cahier pour TOUTE la classe signifie que le cahier RESTE DANS la classe.

    En fin d'année les élèves doivent donc repartir sans pouvoir conserver de trace du travail mené en classe (ce qui est encore plus dommage si le programme n'est pas poursuivi les années suivantes au sein de l'école).

    Pour éviter aux élèves de "tourner le dos" à ATOLE en fin d'année scolaire, j'ai opté cette année pour un système qui pourra être à la fois une trace écrite et un lien avec les années suivantes, que le programme soit poursuivi ou non.

    Il s'agit d'un porte-clés (ouaiiiiis ... je saiiiiis ... j'en mets partout ICI ou LA ... J'aime bien !!) réunissant plusieurs étiquettes.

    Chaque étiquette rappelle une notion ou un rituel du programme pour que les élèves puissent se les remémorer en un coup d'oeil et y faire appel en cas de besoin.

    Voici à quoi cela ressemble en photo ...

    Les référents ATOLE à garder avec soi

    Bien sûr, cette version a ses limites également car les cartes ne sont construites par les élèves comme ils auraient pu le faire avec un cahier par exemple.

    Mais bon ... Parfois, dans la vie et dans le boulot, faut choisir son combat ! Bon ben voilà, j'ai choisi le mien. Ce n'est peut être pas le bon mais au moins je ne m'auto-saoule plus ... pour le moment ! ;-p

    Si jamais cet outil vous tente, voici son contenu prêt à imprimer. Il y a dessus les éléments vus avec mes CP (jusqu'à la séquence 6 en général) mais j'y ai ajouté certains rituels des séquences suivantes pour que le document soit le plus complet possible si jamais vous souhaitez aller plus loin.

    Les référents ATOLE à garder avec soi

    En espérant que cela pourra vous servir, vous aider ou vous inspirer ! ;-)

     


    2 commentaires
  •  

    Cette année encore, je suis le programme ATOLE avec mes élèves. Afin de mettre l’attention des élèves à l’épreuve, des labyrinthes 3D ont rejoint notre classe et, plus spécifiquement, le centre du calme.

     

    Avant tout, quelques petits rappels essentiel ...

    C'est quoi le "centre du calme" ?

    C’est l’espace de la classe dédié à la maitrise des émotions et au travail sur soi.

    Au centre du calme, les élèves peuvent s’isoler pour méditer, faire le point sur leurs actions, etc …

    C’est aussi un espace où nous ajoutons toutes nos découvertes concernant le cerveau : celui qui fait qu’on est soi-même et celui sans qui rien ne serait possible.

    Mieux le connaître c’est mieux se comprendre soi et c’est moins culpabiliser.

    Pour plus d'informations sur le centre du calme, rendez-vous dans cet article et dans celui-ci.

     

    Le programme ATOLE

    Cette année encore j’ai renouvelé avec mes élèves le travail autour de l’attention grâce au programme ATOLE (ATtentifs à l’écOLE). Pour plus de détails rendez-vous dans les 3 articles où j’en parle plus en détails :

    -          Le programme ATOLE

    -          Après quelques mois avec ATOLE

    -          « L’attention, ça s’apprend »

    En plus des nombreuses activités indiquées dans le programme, des jeux sont proposés aux élèves sur leur temps d’autonomie pour mettre leur attention, leur précision, leur patience et leur persévérance à l’épreuve.

    Ils ont par exemple déjà pu découvrir des casses têtes, des jeux de construction (comme les Pestas Dominos), des jeux de société de motricité fine (Dr Maboul, Tour infernale, Miss Kipik où le kit DIDACTO par exemple) ou d’observation fine (Halli Galli, Dobbles ou le jeu du Lynx) et bien d’autres encore (que j’emprunte souvent au stock de jeux familiaux O :-D).

    Depuis peu, ce sont des casses-têtes d'un autre type qui ont rejoint la liste des activités disponibles au centre du calme : Les Perplexus.

     

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

     

    Les Perplexus, qu'est-ce que c'est ?

    Ce sont des labyrinthes en 3 dimensions.

    J’ai pu les découvrir il y a un an chez une amie dont le fils est un fan incontestable. Il a donc gentiment initié sa « tata Aurel’ » au Perplexus Original (en général il met « vieille » devant tata, juste pour m’énerver et je lui tire la langue en guise de mécontentement. Alors, au cas où il passerait par là : :-P).

    Le principe est simple :

    Le labyrinthe est enfermé dans une sphère transparente.

    Le joueur doit la manipuler dans tous les sens (à l’endroit et à l’envers) pour faire progresser la bille sur un chemin parsemé d’obstacles et des défi comme des tubes, des escaliers, des rampes …

    Les défis à relever sont très nombreux si bien qu’ils sont numérotés. Ainsi le joueur peut suivre sa progression et tenter de faire mieux à sa prochaine tentative.

    Pour vous en faire une idée plus précise, je vous glisse une petite vidéo de découverte et de comparaison des modèles un peu plus bas dans cet article. ;-)

    Si le jeu est très simple à comprendre (et très addictif aussi !!), il reste très long à maitriser car à chaque erreur, la bille tombe et le joueur doit reprendre le parcours du début (Et Tata Aurel’ ben elle a recommencé pleiiiiiiin de fois … lol).

    L’objectif est de s’améliorer petit à petit.

    Finir le parcours relève du challenge et il faut se montrer persévérant.

    Bref, vous l’aurez compris : quand tata joue (et encore plus quand elle « perd » ;-)), son côté « maitresse » ne met guère de temps à prendre le dessus … #profunjourprofàchaqueinstant

    Selon moi, après expérimentation auprès du fils de mon amie, les principaux intérêts que j’ai trouvé au labyrinthe 3D Perplexus Original ont été :

    ·         - Se repérer dans l’espace

    ·         - Anticiper des actions

    ·        -  Travailler sa patience, son calme, sa concentration, son anticipation

    ·         - Développer sa motricité fine et ses réflexes

    ·         - Travailler son autonomie et sa persévérance

     

    J'ai récemment eu la chance de recevoir grâce à Bilbokid, 3 labyrinthes Perplexus différents de la marque SPIN MASTER GAMES.

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

     

     

    Perplexus GO

    (6 ans et plus)

    Mettre son attention à l'épreuve avec des labyrinthes 3D

     

    C'est le modèle prévu pour débuter. Il compte 35 obstacles et mesure 10 cm de diamètre ce qui permet aux petites mains des CP de le manipuler facilement. Malgré cela, c'est le modèle qui a posé le plus de difficultés aux élèves (et à moi aussi je dois bien l'avouer ! lol). Les élèves trouvent que la petite taille de la sphère les empêche de bien voir la bille. Il faut donc non seulement se concentrer sur les manipulations mais aussi sur l'observation. J’ai dû rester présente en soutien auprès des enfants qui l'utilisaient pour les accompagner car il n'est vraiment pas évident.

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

     

     

     

    Perplexus REBEL

    (8 ans et plus)

    Mettre son attention à l'épreuve avec des labyrinthes 3D

    Ce modèle fait 17 cm de diamètre et propose 70 obstacles. C'est celui qui a le plus plu aux élèves car ils l'ont trouvé plus simple que le modèle GO. Il est facile à démarrer et propose des surfaces plutôt larges pour la bille. Plusieurs élèves ont réussi à aller très loin (et maitresse a même réussi à le terminer ! #tropfieredemoi mdr)

     

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

     

     

    Perplexus BEAST

    (9 ans et plus)

    Mettre son attention à l'épreuve avec des labyrinthes 3D

    Ce modèle est plus grand que le précédent (20 cm de diamètre) et propose 100 obstacles !

    C’est le modèle le plus complexe car il contient des obstacles de foliiiie ! Il y a des rampes, des trous, des trucs qui tournent dont je ne connais même pas le nom ... Bref, comme m'a dit un de mes loulous en classe : "Cest un truc de malaaade celui-là maitresse !! Où ils ont pêché des obstacles pareils !!" mdr.

    Les CP n'ont pas eu de mal à le manipuler et ont bien aimé sa grande taille qui leur permet de bien voir les obstacles et la bille.

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

     

    Utilisation en classe

    Avant de mettre les Perplexus au centre du calme, j'ai mené une séquence de découverte des jeux avec les élèves. Ils ont pu les manipuler en petits groupes sur des temps dédiés au programme ATOLE. Pour cela, j'ai utilisé le kit pédagogique fourni avec et qui proposait une démarche très intéressante ainsi que des fiches élèves permettant d'étudier au préalable les labyrinthes en 2D.

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

    Afin d'aider les élèves à gérer leur frustation et doper leur persévérance, j'ai repris la grille de suivi individuelle proposée dans le kit pédagogique en l'adaptant pour qu'elle soit plus facile à comprendre et à compléter par les CP. J'en ai fait deux modèles différents :

    - un où l'élève peut noter ses tentatives avec le modèle de son choix

    - un autre il peut noter ses réussites avec chacun des 3 modèles

     

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

     

    Les élèves les utilisent désormais en classe sur leurs temps d'autonomie. Mes observations et leurs retours sont déjà très positifs. Contre toute attente, ils font preuve de beaucoup de persévérance et de patience ! Ils se montrent très précis dans leurs observations et leurs gestes. Ce qui fait vraiment plaisir à voir, c'est qu'ils partagent leurs ressentis entre eux  et collaborent pour donner à leurs camarades des astuces pour leur éviter de tomber au même endroit qu'eux.

     

    Des labyrinthes 3D pour entraîner son attention

    Voilà donc nos premières expériences avec les labyrinthes Perplexus ! La semaine prochaine, nous passerons au niveau supérieur en lançant le Perplexus Challenge au sein de la classe. Je ne sais pas qui des élèves ou de moi a le plus hâte d'y être ! ;-p

    #bbk1036

     

     


    2 commentaires
  •  

    Comme le bien-être à l’école est une thématique qui m’intéresse beaucoup, les éditions Nathan m’ont gentiment proposé de découvrir leur dernière parution sur le sujet : « Etre bien pour apprendre : Les sciences cognitives en pratique ». L’objectif de cet ouvrage qui s’adresse aux enseignants, est de les accompagner dans la mise en place d’une pédagogie basée sur l’apprendre à apprendre, le bien-être et la coopération, mais les accompagne aussi dans leurs questionnements, dans l’évolution de leurs pratiques. Comme sur les réseaux sociaux vous avez été nombreux à me poser des questions sur cet ouvrage, je prends le temps de vous le décrire un peu plus en détails ici.

     

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Ce qu’il faut savoir avant toute autre chose …

     

    Les autrices, Juliette François et Isabelle Grossetête, sont toutes les deux des professeures des écoles. Elles ont construit, sur le terrain, au sein de leurs propres classes, une pédagogie bienveillante qu’elles mettent aujourd’hui à la portée de toutes celles et tous ceux qui souhaitent se pencher sur la thématique du bien-être à l'école. Elles ont construit ensemble la démarche inclusive CARE (les Clefs de l’Apprentissage par la Recherche en Education) en s’appuyant sur leur expérience du terrain et leur formation universitaire dans les domaines de la recherche en éducation et de la formation. 

     

    Cet acronyme qui rappelle le terme anglais « care » signifiant « prendre soin » permet d’inscrire la démarche dans une perspective de relations humaines développant l’attention aux autres, l’empathie, l’engagement envers soi, envers les autres, ….

     Elle permet donc à chaque élève de bien apprendre grâce à une connaissance de soi, une capacité à coopérer et communiquer avec autrui, un environnement inclusif, propice à un apprentissage de qualité et un environnement apprenant.

     

    Leur but est ainsi de créer une passerelle entre expertise enseignante et savoirs théoriques, connaissances du terrain et découvertes de la recherche (sciences cognitives, sciences de l’éducation, sociologie de l’éducation).

     

     

     

     Organisation du kit

     

     

    Il se compose de 2 éléments distincts :

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     Le guide de l’enseignant

     

    Le programme proposé dans le guide s’articule autour de trois domaines d’apprentissage ayant la même valeur et méritant tous d’être développés pour permettre à l’élève de bien apprendre.

    - cognitif,

    - socio-émotionnel

    - comportemental 

     

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Le guide de l’enseignant mêle à la fois théorie et pratique.

     

    Chaque notion (la cognition, le savoir être et le savoir vivre ensemble) est ainsi abordée à la fois à travers l’interview de « spécialistes » et par un accompagnement pas à pas qui permet à l’enseignant de mettre en place des séances « clés en main ».

     

     

    Exemple d'un dossier thématique

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

    Exemple d’une interview de spécialiste

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Exemple de fiches séances « clé en main » adaptées aux différents niveaux de classe et conçues comme des outils réflexifs car il est possible de prendre des notes directement dessus et de prendre en compte la posture enseignante qui sera nécessaire au bon déroulement de la séance.

     

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

     

     

    Des encarts destinés aux enseignant permettent de prendre le temps de réfléchir à sa propre pratique. De plus, la majorité des activités proposées peuvent être abordées dans le cadre d'autres disciplines (sciences, EPS, musique ...). Le guide indique ainsi des "zoom sur les programmes" qui permettent d'organiser la démarche en fonction des instructions officielles.

     

     

    L’enseignant dispose ainsi d’une palette d’outils très large pour s’approprier la démarche CARE et la mettre en œuvre très facilement grâce au bloc détachable joint au kit..

     

     

    Le matériel pédagogique

     

    Tout le matériel évoqué dans le guide de l’enseignant est contenu dans un bloc détachable et disponible en téléchargement pour pouvoir être projeté.

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Les activés proposées sont ainsi très faciles à mettre en place dans la classe et les formes d’exploitation sont très variées (carte jeux, cartes de relaxation, pictogrammes, « neuro livret » qui accompagne l’élève dans sa démarche réflexive, « neuro quiz » pour se tester et retenir les informations essentielles ...).

     

    L’univers général est très coloré grâce aux petits personnages qui accompagnent l’élève dans es découvertes et illustrent l’attention, le contrôle cognitif, la flexibilité mentale et la capacité de coopération.

     

     

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Ce qui m’a beaucoup plus personnellement en lisant l’ouvrage c’est son côté « flexible ». Le programme est certes utilisable en l’état (Une programmation sur l'année est d'ailleurs proposée dans le guide) mais il est tout à fait possible de « faire son tri » et de « piocher » seulement parmi les problématiques proposées celles qui seront les plus pertinentes pour sa propre classe.

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Pour guider les enseignants dans la mise en place d’un programme convenant aux besoins de leur groupe-classe, l’ouvrage propose des plans d’action à suivre : un plan «attention », un plan « travail en groupe », etc ...

     

    Etre bien pour apprendre : les sciences cognitives en pratique

     

    Mon avis personnel

     

    J’inclus déjà depuis plusieurs années dans ma pratique de classe des temps dédiés à « l’apprendre à apprendre ».

    Cet ouvrage m’apporte ainsi de nouvelles et nombreuses pistes ou idées d’activités qui me permettront de varier mes approches et d'adapter encore plus cet enseignement à mes classes et mes élèves.

    Si je compte exploiter en classe, selon les besoins, les parties dédiées au savoir-être et au savoir vivre ensemble, je n’exploiterai personnellement pas la partie dédiée à la cognition. Non pas qu’elle n’est pas intéressante ou autre. Loin de là ! Je fais ce choix uniquement parce que j’utilise déjà depuis 2 ans le programme ATOLE que je connais très bien et qui me satisfait pleinement pour aborder ce sujet précis. Je vais donc profiter du coté flexible de "Etre Bien pour apprendre" en exploitant les deux autres thématiques tout en poursuivant ATOLE. ;-)

    Comme dit plus haut, les activités proposées ne sont pas à réaliser "en plus de tout le reste" mais s'incluent parfaitement au programme de chaque niveau de classe. Par expérience, si on a parfois l'impression de "grignoter" du temps d'apprentissage et d'enseignement en menant ce type de projet, cela est loin d'être une perte de temps. C'est même plutôt de l’investissement sur l'avenir car le temps qui nous semble perdu aujourd'hui nous en fera en fait gagner bien plus demain.

     

    « Etre bien pour apprendre » est un support très riche et pratique qui me semble être un bon support si l'on souhaite se pencher sur ses propres pratiques et encourager ses  élèves à mieux se connaître et connaître les autres, mieux se comprendre et communiquer, mieux se faire confiance et coopérer et mieux vivre en classe en co-construistant un climat de classe apaisé.

    J'espère que cet article aura pu répondre à toutes les questions reçues et à vous faire une idée plus précise de cette petite nouveauté. ;-)

     

     

     


    2 commentaires
  • Depuis deux années, j’utilise avec mes classes de CP un programme d’éducation de l’attention nommé ATOLE. J’ai découvert que les outils du programme allaient être mis à jour et édités. Autant vous dire que cette nouvelle m’a enchantée alors même que je retournais en classe et constatais avec grande peine que les capacités attentionnelles de mes loulous avaient considérablement diminué avec le confinement et l’enseignement à distance. Voici un petit tour de cet ouvrage que j’ai dévoré !

     

     

    Pour la petite histoire …

     

    Face à la crise majeure de l’attention que les enseignants expérimentent chaque jour en classe avec leurs élèves, Jean-Philippe Lachaux, neuroscientifique spécialiste de l’attention, a mis au point le programme ATOLE (programme d’éducation de l’ATtention à l’écOLE).

    Sa vocation première est d’offrir un programme clair et abordable expliquant l’attention aux enseignants et aux enfants, pour les aider à mieux la maitriser. ATOLE fournit ainsi un cadre qui permet de parler de l’attention de manière structurée et progressive, seul ou en complément d’autres approches (yoga, méditation, sophrologie …).

     

    ATOLE est testé et perfectionné depuis plusieurs années dans des classes. Depuis 2018, il est mis gratuitement à la disposition de tous les enseignants ici. Plusieurs milliers de collègues l’utilisent désormais en France ce qui a entraîné une forte demande de formations à la question de l’attention et abouti, d’une part, à la création d’un parcours M@gistère consacré à ATOLE et, d’autre part, à un MOOC conçu avec le réseau CANOPE.

     

    NB : ATOLE se destine à l’enseignement primaire (cycle 2 et 3 essentiellement) et peut être poursuivi dans le secondaire par le programme ADOLE.

     

    Pour plus de détails, je vous renvoie à ces deux articles que j’avais déjà rédigé au sujet d’ATOLE :

     

    -          Le programme ATOLE

     

    -          Après quelques mois avec ATOLE …

     

    Afin de permettre à chaque enseignant de pouvoir de s’auto-former sur les grands principes qui régissent l’attention, Jean-Philippe Lachaux et son équipe se sont associés au réseau Canopé et aux éditions Mdi pour donner naissance à un ouvrage pensé et structuré sur le sujet.

     

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    Organisation de l’ouvrage

     

    Comme vous pouvez le voir dans les photos du sommaire, l’ouvrage se découpe en 5 grandes parties regroupant 30 affirmations clés permettant de comprendre les grands mécanismes de l’attention.

     

    Par exemple : « On ne peut pas faire attention à tout à la fois », « Toutes les situations n’exigent pas le même niveau de concentration » …

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    Pour mieux vous en rendre compte, voici un extrait de l’ouvrage.

     

    Je ne l’ai pas choisi au hasard : c’est une affirmation sur l’attention en lien direct avec notre vécu d’enseignant et la « polyvalence » dont nous devons faire preuve à chaque instant en portant mille et une casquettes différentes à la fois. Je pense que c’est un extrait qui parlera au plus grand nombre. ;-)

     

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    Chaque affirmation se découpe en différentes parties à la fois indépendantes et complémentaires. Chacun peut lire la partie qui lui parlera le plus :

     

             « En bref » est une partie qui donne les informations essentielles sur le sujet traitées, sans trop rentrer dans le détail scientifique.

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

     « Si on approfondit » permet de creuser un peu plus le sujet en apportant et illustrant le propos.

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

            « Ce que disent les neurosciences » apportent les connaissances scientifiques explicitant les mécanismes cérébraux.

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

              « Mais on peut nuancer » énonce les exceptions (Et oui ! Le cerveau c’est comme l’orthographe : il y a toujours des exceptions pour confirmer la règle. ;-)).

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    -          « Et vous ? » invite le lecteur (l’enseignant !) à s’interroger sur sa propre expérience, au quotidien ou en classe. C’est, selon moi, une partie essentielle de l’ouvrage car elle engendre une réelle prise de conscience de nos propres capacités attentionnelles ce qui est un préalable indispensable si l’on souhaite mettre en place un programme attentionnel avec ses élèves. (Autrement cela reviendrait à dire simplement « Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! ».)

     

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    Chaque partie de l’ouvrage se termine avec :

     

     Un bilan des découvertes réalisées et une synthèse de ce qu'il faut retenir sous forme de sketchnote (que j’ai particulièrement adoré car je retiens personnellement bien mieux quand il y a des petits dessins. Et si en plus ils sont rigolos, JACKPOT !)

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    -          Un petit topo permettant de lier les découvertes faites avec le programme ATOLE : cela permet de bien comprendre ce que le programme présente aux enfants, pour quelles raisons et dans quels buts. Cette sous-partie est complétée par des QR code renvoyant vers des vidéos permettant de compléter ou d’illustrer le propos avec notamment des séances d’ATOLE en classe.

     

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

    Toutes ces connaissances se complètent ensuite avec une partie entièrement dédiée au contenu du programme ATOLE (qui découle des 30 affirmations) et à ses fondements, de sa genèse à ses principes pédagogiques.

     

    Pour finir, l’auteur a regroupé l’ensemble des questions les plus fréquemment posées au sujet d’ATOLE en y répondant.

     

     

     

    Mon avis personnel

     

    Etant donné que j’utilise ATOLE depuis deux ans et que j’ai énormément lu sur le sujet pour bien m’en imprégner avant de mettre en œuvre le programme en classe, je n’ai personnellement pas appris grand-chose de plus.

    Mais, en lisant l’ouvrage, j’ai bien regretté de ne pas l’avoir eu entre les mains plus tôt. J’aurais économisé un temps fou (et aurais eu bien moins mal au crâne ! lol). En effet, je suis trèèèèèèès loin d’être une scientifique dans l’âme !! Aussi, quand j’ai décidé de me documenter sur l’univers du cerveau et de l’attention en m’auto-formant, je suis un peu rentrée dans la 4ème dimension (et même la 5ème sans doute !). Ce fut parfois très difficile pour moi de tout bien saisir et comprendre.

    J’avais déjà pu apprécier la qualité et la clarté des documents proposés sur le site où j’ai découvert ATOLE qui m’avaient permis de me familiariser avec le sujet en douceur mais cette version éditée est encore plus accessible. Elle est explicite, aérée et illustrée avec humour pour permettre de bien saisir les éléments-clés.

    C’est un ouvrage complet, facile à comprendre et très agréable à lire. Il est, à mon sens, réellement indispensable de s’y plonger si l’on souhaite aider ses élèves à être maîtres de leur attention.

     

    D’autant que le but premier de ce livre est d’être une introduction au programme ATOLE. Il sera prochainement complété par un guide de séquences à destination des enseignants qui leur permettra de mettre en place pas à pas le programme dans leur(s) classe(s) (que j’ai personnellement hâte de découvrir car il sera mis à jour en fonction des retours de terrain afin que le programme soit le plus complet et pratique possible).

    "L'attention, ça s'apprend" : un ouvrage pour s'auto-former et devenir maître de son attention

     

     

     


    votre commentaire
  • Comme je l'avais promis, je reviens ici pour vous faire un petit bilan de mon utilisation du programme ATOLE dans ma classe de CP.

    Comme je vous en parlais dans cet article qui contient déjà toutes les références à connaître et/ou découvrir, je me suis lancée en cours d'année dans l'utilisation du programme ATOLE.

    Après quelques mois avec ATOLE ...

    Mes élèves et moi avons démarré le programme au cours de la période 4 et l'avons poursuivi jusqu'à la fin de l'année scolaire.

    Je mêlais cette pratique à celle de la cohérence cardiaque (plus d'infos par ici) en essayant de respecter un emploi du temps précis, 3 à 4 jours par semaines (en fonction des sorties scolaires, des créneaux d'EPS ...) :

    Après quelques mois avec ATOLE ...

    Les séances en lien avec ATOLE se déroulaient donc au retour de la cantine. Les élèves étaient donc bien excités et repus mais, contre toute attente, le retour en classe se passait mieux qu'avant ATOLE car ils savaient que c'était LE moment de la journée où on allait (je cite)

    "parler de ce qui se passe dans notre tête" !

    Évoquer l'attention ne leur faisait ni chaud ni froid au départ. En revanche, une fois qu'ils ont eu compris qu'ils allaient en découvrir plus sur leur cerveau, leur motivation à redoubler et ils trépignaient d'arriver à ce temps de l'après-midi pour étudier cette "chose mystérieuse" qui se loge dans leur crâne !

    Évidemment, en utilisant ATOLE sur seulement deux périodes, je n'ai pas pu réaliser l'ensemble des séances proposées par le programme. J'ai parfois adapté certaines séances afin qu'elles puissent tenir dans le créneau horaire qui leur était réservé mais ce fut rare car les séances sont vraiment d'un format rapide avec plusieurs propositions d'activités permettant de travailler avec des enfants de la maternelle au cycle 3 (et même au-delà je pense).

    J'ai réussi à mener avec ma classe les séances conseillées aux CP et je dois dire que cela a été très efficace et a eu un impact sur les élèves (et la maitresse ;-p).

     

    LES CONNAISSANCES SUR LE CERVEAU

    Comme ça, au premier abord, on se dit "Est-ce que c'est vraiment utile de savoir comment ça marche dans sa tête pour bien vivre au quotidien ?". Et bien je vous dirai sans hésiter que oui.

    Neuromythe ou pas, ici n'est pas le débat.

    Tout ce que je peux dire c'est que les connaissances découvertes par mes élèves grâce à ATOLE cette année ont vraiment eu des effets sur eux-mêmes, individuellement et collectivement. Je ne me laisse guider QUE par cela !

    Avec ce qu'ils ont appris sur le cerveau, les élèves sont devenus capables en quelques séances "d'analyser" leurs maux de tête ! Selon la "zone douloureuse du crâne", d'eux-mêmes, ils faisaient le lien avec le programme et savaient dire s'ils avaient mal au crâne à cause du bruit ambiant, à cause de la luminosité ou même par trop d'efforts de concentration.

    Une fois cela compris, il n'y a quasiment plus eu besoin de se "casser la tête" pour savoir si un élève tombait malade, si on pouvait faire quelques choses pour l'aider, si c'était passager ou autre.

    Je dois aussi vous partager un petit "régal de maitresse" : une jour une élève s'est levée en pleine activité en disant "Excusez-moi, la classe, mais j'ai vraiment vraiment vraiment mal aux tempes là ! Juste ici ! Vous savez ce que ça veut dire parce que c'est là que mon cerveau traite les informations de mes oreilles. Vous faites trop de bruit ! Ce serait sympa de parler moins fort". 

    Une fois qu'elle a eu fini, d'autres élèves ont dit "Ah oui, je suis d'accord ! Moi aussi j'ai mal !". Et d'un coup, il n'y a plus eu un bruit dans la salle. J'en était scotchée ! (oui, parce que, soyons honnête, si c'était moi qui l'avait dit, rien n'aurais changé, clairement !!! Mais là, c'était une copine qui rappelait des connaissances qu'on avait donc ça passait. C'était un petit moment de grâce permis par ATOLE. ;-)

     

     

    LES TECHNIQUES DE MÉTHODOLOGIE

    "Ce soir, il vous faudra apprendre la leçon n°32B du cahier violet"

    On a certainement déjà tous dis quelques chose du genre à nos élèves.

    Mais leur a-t-on seulement appris à apprendre ?

    Ont-ils réellement des techniques pour apprendre et mémoriser plus facilement ?

    Pas vraiment je pense. En tous cas pas dans mon cas personnel je dois le reconnaître.

    Au-delà de l'attention, ATOLE est un programme qui donne réellement aux élèves des clés et des stratégies pour mieux se connaître eux-mêmes et élaborer des méthodologies .

    ATOLE apprend à apprendre mieux et durablement !

    Je n'ai pas pris en photo toutes les séances mais voici par exemple la façon qui a permis à ma classe de créer des check-lists :

    Après quelques mois avec ATOLE ...

    Avec cela, les élèves ont fait par exemple le lien avec la liste de courses de leurs parents et nous avons ensuite pu travailler sur ce type d'écrit particulier.

    Cette stratégie a eu un écho particulier pour une de mes élèves qui avait beaucoup de mal à gérer son travail en autonomie. J'avais laissé au tableau les personnages de Maximoi et de Minimoi (présenté dans le programme) afin que les élèves puissent s'en servir, si besoin ils ont reçu beaucoup de visites de cette élève ! Armée de son plan de travail, elle utilisait les personnages pour se créer SA check-list des étapes à réaliser pour réussir l'activité qui lui posait souci et la faisait stresser. Cela lui demandait du temps de manipuler les personnages et réaliser son activité, certes, mais elle la menait à bien au final et c'est bien là l'essentiel. Elle a acquis une méthode et, sans ATOLE et ses petits personnages, je ne pense pas qu'elle aurait réussi à organiser son travail aussi bien en étant seulement au CP !

    D'autres techniques et images ont permis aux élèves de mieux gérer leur attention et leurs apprentissages comme la poutre, l'abeille ... ATOLE a permis de rendre concret des notions très abstraites pour des enfants (et même pour la maitresse lol) et cela a un réel effet.

     

    LE CLIMAT DE CLASSE

    Comme je le disais plus haut, les élèves étaient toujours ravis de poursuivre les activités d'ATOLE en classe. Cela a permis de les unir et d'avoir un objectif commun chaque jour : bien travailler le matin pour ensuite pouvoir découvrir le cerveau en début d'après-midi.

    Par-delà les connaissances et les ressentis individuels proposés par le programme, ATOLE offre aussi à la classe de moment de coopération, des collaboration, ... en bref des activités qui soudent le groupe et mettent les enfants face à une réalité qui est la leur et qui sera encore plus importante lorsqu'ils seront grands : on est rarement seul face aux évènements !

    Le travail d'équipe est extrêmement important.

    Voici par exemple un instant volé d'un exercice qui consistait à transformer les élèves en neurones. Ils devaient se transmettre le message, sans parler et sans voir, pour amener l'information au seul neurone capable de déterminer si le champignon présenté en image aux "neurones couleur" était comestible ou non.

    Après quelques mois avec ATOLE ...

    Cet exercice a eu un succès phénoménal au sein de ma classe, si bien qu'on aurait pu passer l'après-midi à ne jouer qu'à ça MDR. Les élèves ont vraiment dû travailler ENSEMBLE à la manière des neurones. Cela leur a non seulement appris comment ils fonctionnaient mais leur a aussi permis de développer encore plus leur "esprit de groupe".

    "Oui, ok maitresse ! C'est bien joli tout ça ! Mais on a des programmes à boucler nous ! On n'a pas le temps pour ce genre de jeu !"

    Je sais que certains le pensent fort en me lisant (et je le sais car d'autres sont carrément venus me le dire. ;-p)

    Comme spécifié plus haut, ATOLE me "prenait" une quinzaine de minutes par jour. Le temps que je réserve à l'accueil de l'après-midi donc. La différence étant que, démarrer l'après-midi avec ATOLE me permettait de retrouver en classe des élèves motivés qui, une fois l'activité faite, n'étaient plus "excités" par la pause méridienne et donc beaucoup plus aptes à se remettre au travail. Quand je ne faisais pas ATOLE, c'était "plus compliqué" parce qu'il fallait faire un temps calme pour les recentrer, etc ... ce qui, d'un point de vue horaire, revenait au même mais avait le don de les énerver encore plus car le temps calme ne leur plaisait clairement pas et ne leur apportait pas d'élément de connaissance qui les intéressait.

    Si les élèves sont motivés, pourquoi les priver d'un bon moment ?

    Pour ma part, je ne souhaite pas me priver d'une ambiance sereine pour travailler les après-midis d'autant que ce que les élèves apprennent avec ATOLE à un impact sur leurs apprentissages (motivation, réflexion, mémorisation ...). Tout cela ils en auront besoin demain, l'an prochain et même dans 10 ans ! ;-)

    Voilà donc mon ressenti sur ces quelques semaines passées avec ATOLE en classe. Je ne suis pas une adepte des supports "clé en main" en général mais, comme ce type de sujet n'est pas mon domaine de prédilection et qu'en plus le supporte en questions est conçu avec des outils efficaces pour mes élèves, l'an prochain, je persiste dans cette voie et mènerai à nouveau ce projet ATOLE au sein de ma classe mais, cette fois, je démarrerai dès la première période afin d'essayer d'aller plus loin dans le programme pour donner encore plus de stratégies d'apprentissages à mes loulous. ;-)

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique