•  

    Dernière mise à jour : juillet 2019

    Être MAT c'est accueillir dans sa classe des stagiaires en formation, les aider dans leurs débuts sur le terrain, écouter leurs interrogations et leurs inquiétudes pour y répondre et les aider à réussir au mieux le CRPE. Si je souhaite à tous les étudiants de réussir et d'obtenir leur CRPE, il est tout de même important de les informer que le rêve peut rapidement se transformer en cauchemar ...

    Devenir enseignant n'est pas chose aisée.

    L'être l'est encore moins !

    Surtout au début !

    Si j'adore mon métier-passion, je dois avouer que lors des premières années d'enseignement, il faut être prêt à faire face à certaines déceptions et à la réalité du métier : se voir attribuer un poste non-désiré, devoir travailler loin de chez soi, endosser des responsabilités auxquelles nous n'avions pas songé ...

    Les situations sont multiples et variées et l'aide pour les surmonter n'est pas toujours au rendez-vous selon les contextes.

    Afin de tenter d'aider au mieux les professeurs débutants à préparer leur première rentrée dans les conditions qui sont les leurs, la communauté "Etre Prof" a décidé de sortir un "Kit de survie pour les jeunes enseignants" (de la PES à la T3).

    Le kit de survie d'Etre Prof

    L'objectif de ce kit est de leur permettre de se rassurer et de s'outiller concrètement pour démarrer dans le métier en étant plus serein.

    Le kit permet de recevoir :

    10 ressources pour commencer à préparer sa rentrée. 

    Un mail par jour (à partir de la mi-août) contenant des ressources diverses, des inspirations, des outils, des témoignages ...

    La possibilité d'être tutoré pour avoir une aide individualisée et d'assister à des échanges en direct.

     

    Le kit de survie d'Etre Prof

    L'idée première est donc vraiment d'éviter aux jeunes enseignants de paniquer.

    Si vous êtes jeune enseignant, que vous avez peur de faire face à votre prochaine rentrée, si vous cherchez des idées, des outils, des témoignages ... et que ce kit vous intéresse, n'hésitez pas à vous rendre sur le site d'Etre Prof pour vous inscrire et profiter des ressources qu'ils peuvent mettre à votre disposition.

    Il vous aidera sans aucun doute à préparer votre rentrée et vous permettra surtout de vous détendre, d'avoir l'esprit plus tranquille afin de profiter pleinement des vacances qui débutent. ;-)

     


    1 commentaire
  • Cette année, avec mes élèves, nous avons pas mal modifié l'organisation de l'espace-classe afin qu'il puisse vraiment correspondre aux besoins de tous. Et un de gros besoins du collectif portait sur la gestion des comportements et des émotions.

    Pas facile d'entrer dans les apprentissages et d'avoir la tête à l'école quand son cœur et son esprit tournent en boucle sur un évènement extérieur qui nous a dérangé ou sur le match de la récréation où son équipe a perdu alors qu'en fait, c'est les autres qui ont triché !

    Bref, chacun sait comment ça se passe en classe ensuite :

    ça ne se passe PAS !

    Les élèves sont fatigués, énervés, dispersés ... Et là, on aura eu beau faire la plus chouette des fiches de prép' et préparé THE séance la plus COOL de toute sa LIFE, c'est clair et net que tout sera étouffé dans l’œuf !

    Évidemment, pas pour tous !

    Ce genre de cas reste minoritaire (en tous cas je vous le souhaite de tous cœur !) mais malgré cela, je pense qu'on ne peut pas rester sans rien faire pour aider l'enfant concerné à disposer de tout ce dont il a besoin pour se remettre dans de bonnes conditions d'apprentissages pour le reste de la journée.

    Le risque d'en perdre ensuite d'autres en cours de trop grand pour le prendre.

    Jusque là dans ma classe je disposais d'un centre du calme (je vous le présentait ICI). Il a bien changé depuis cet article et surtout cette année.

    Avec les élèves, nous avons travaillé sur les émotions, l'empathie, l'écoute, ... bref, sur beaucoup de compétences psychosociales afin d'améliorer le climat général de classe.

    Suite à tout cela, le besoin s'est fait ressentir pour eux de disposer d'une réelle "zone pour décompresser" quand ça ne va pas.

    Nous avons ainsi fait évoluer le centre du calme. Il n'était plus alors un espace "en soi" mais est devenu un élément d'une zone dédiée spécialement "à soi". Le centre du calme fait donc désormais partie d'un espace plus conséquent nommé

    "Le SAS de décompression"

    Le SAS de décompression

    Cette zone de la classe à ainsi 3 fonctions principales :


    - Une fonction de médiation pour la gestion des "petits conflits" :

    Les enfants peuvent se rendre dans cet espace de la classe pour effectuer leur message clair sans pour autant avoir à sortir de la classe et tout en restant proche de moi si jamais il est nécessaire que j'intervienne dans le cas par exemple où le message clair ne se déroule pas comme espérer.

    Le SAS de décompression


    - Une fonction de rétroaction sur ses propres actes et/ou émotions

    Dans cet espace, l'élève peut se rendre volontairement ou à ma demande pour s'isoler du groupe et faire le point sur l'évènement qui trouble son efficacité et sa concentration. A l'aide des indications de la porte su SAS, il peut prendre le temps de se poser, de faire le point sur l'acte en question/les émotions associées ... et réaliser une activité qui lui permettra de se "décharger" du poids émotionnel qui l'encombre avant de retourner à ses activités scolaires.

    Le SAS de décompression


    - Une fonction d'isolement pour revenir à un état émotionnel neutre plus propice aux apprentissages.

    Le tipi mis à disposition dans cet espace permet de réellement s'isoler du groupe quelques minutes, pour réaliser sa rétroaction ou tout simplement parce qu'on a besoin de 10 minutes pour souffler. (Les adultes aussi ont besoin régulièrement d'une pause pour souffler un peu. Qu'on l'appelle pause-pipi, pause-cigarette, pause-café ou je ne sais quoi d'autre encore, le principe est le même, on fait une pause pour se changer les idées avant de retourner suer. Ben là, c'est pareil mais pour les enfants et à l'école ! ;-)).

    Le SAS de décompression

    Évidemment, je vous entends déjà dire:

    "Oui ben moi je vois déjà qui va y passer sa vie histoire de ne rien faire de sa journée !".

    Comment je sais que vous pensez ça ? Ben simplement parce que je me suis dis la même chose quand j'ai envisagé de mettre en place un centre du calme ! ;-p

    Pour éviter ce genre d'abus possibles (mais finalement pas si fréquents que cela après expérience), un sablier de 10 minutes est disponible au centre du calme. C'est le temps dont les élèves disposent pour "faire le point". Les élèves doivent le retourner sur le sol de manière à le voir (et à ce que je puisse le voir également) pour bien percevoir le temps qui leur est "offert" pour décompresser.

    Le SAS de décompression

    Si jamais 10 minutes ne suffisent pas à l'enfant, il doit me prévenir.

    Pourquoi ? parce que si 10 minutes de SAS ne suffisent pas à retrouver son calme ou son efficacité, je pense qu'il est de mon devoir d'intervenir et d'aller parler avec l'enfant de ce qui le perturbe pour qu'il puisse bénéficier ensuite d'un réel appui "physique" et d'un guidage plus personnalisé que nous pourrons mettre en place ensemble.

    Mais, comme toujours, ce n'est que mon opinion et chacun reste maître en sa demeure ... euh, sa classe ! ;-)

    J'ai pris le temps de vous montrer cela très brièvement en vidéo dans l'espoir que ce soit un peu plus parlant.


    5 commentaires
  • Je vous avais parlé très brièvement du centre de poésie dans cet article il y a un moment. Cette année il a pas mal évolué dans sa présentation et son organisation pour une simple et bonne raison : j'avais une idée derrière la tête et il me gênait dans la réalisation de ce projet.

    Lors de mon passage en classe flexible, j'ai organisé mon centre de poésie d'un manière qui me plaisait beaucoup à ce moment là : sur un portant à roulettes.

    Les centres d'autonomie

    Il était facilement déplaçable dans la classe et, avec le principe des cintres, il permettait de ranger les poésies très facilement, d'une manière peu conventionnelle qui plaisait beaucoup aux enfants.

    Mais voilà !

    Je devais absolument gagner encore plus de place dans ma classe pour me permettre de mettre en œuvre un projet particulier en lien avec la gestion des comportements.

    En plus, la poussière aimait se loger dans les petits recoins des cintres qui, eux-mêmes, s'accrochaient régulièrement entre eux.

    Bref, j'ai cherché un autre moyen de tout mettre en ordre et j'ai finalement opté pour une boîte.

    ("Quoi ? Une boîte !" Ben oui, juste une boîte. Je sens votre déception ! ;-p)

    Les poésies y tiennent au format A5, toutes reliées entre elles par thème grâce à un anneau.

    Le centre de poésie

    Toujours plastifiées, les poésies peuvent être soumises aux prises de notes au "Crayons Woody" afin que les élèves puissent continuer à y faire des repères visant à les aider dans leur apprentissage de la poésie.

     

    Mais comme les images parlent plus que les mots, j'ai pris le temps de vous montrer tout cela très vite en vidéo.

    NB : les petits bruits de fond c'est ma fille qui joue à la maitresse avec les peluches du centre de lecture ! ;-p

     

     

     

    Pour découvrir les poésies avec QR codes dont je vous parle en vidéo, il faut se rendre sur le site Evolution classe de la "Super Team CP". Cliquez sur l'image pour y accéder et mille mercis à eux pour ce travail colossal et génial ! ;-)

    Le centre de poésie


    15 commentaires
  • Début juillet, j'ai eu la chance d'être invitée au Klassroom EdTech Day 2019 ! En plus des nombreux partenaires présents, j'ai pu découvrir, entourée de tous les ambassadeurs et experts Klassroom, les nouveautés de la V4 de l'application Klassroom. Attention à tous : ce qui suit va vous donner envie de faire la rentrée demain ! ;-p

    Klassroom évolue ...

    Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Klassroom, rendez-vous dans cet article où je vous présentais cette application qui a considérablement modifié, facilité et amélioré les relations école-famille au sein de ma classe.

    Klassroom évolue ...

    Non seulement avec Klassroom je peux disposer d'un "fil d'actualité" pour partager nos moments de classe avec les parents au travers de photos, vidéos, enregistrements audios, partage de documents ... mais en plus, l'application propose une messagerie privée me permettant d'entrer en contact avec chaque parent individuellement ou même de créer un groupe de discussion (très pratique quand on organise une sortie par exemple et qu'il faut communiquer avec les parents accompagnateurs uniquement).

    A l'inverse, les parents peuvent aussi entrer en contact avec moi très facilement grâce à cette messagerie. Ils peuvent commenter les publications (dont je régule le contenu ;-)). Ce n'est donc pas une application à sens unique mais bien une application pour les enseignants ET les familles.

    Bref, pas besoin d'en dire dire, vous l'avez tous compris : je ne pourrais plus me passer de Klassroom !

    Et je ne suis pas la seule ! La preuve en chiffres et en vidéo ! ;-)

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

    Envisager la suite de ma carrière sans Klassroom se révélera encore plus de l'impossible à présent que je connais les nouvelles évolutions qui seront disponibles dès la rentrée de septembre !

    Car l'équipe de Klassroom a vraiment à cœur de mettre au point une application la plus efficace possible.

    L'équipe recueille régulièrement les idées d'améliorations proposées par les utilisateurs afin de modifier l'application pour qu'elle soit aux plus près des besoins de tous.

    Et la V4 qui arrivera dès septembre remplira encore plus cette mission !

     

     

    Côté KLASSROOM pour les enseignants

    La première nouveauté très attendue c'est la gestion des l'appel. Dès septembre, il sera possible de réaliser l'appel et de gérer les retards en quelques clics. En plus, l'application proposera de transposer la grille d'appel en un document PDF imprimable pour faciliter le remplissage du cahier d'appel papier (document qui reste obligatoire).

    De plus, grâce à une synchronisation menée par l'application, il sera facile de savoir si l'absence a déjà été justifiée ou non.

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

     

    L'autre fonctionnalité attendue est celle de la prise de rendez-vous. Cela existait déjà dans le sens où les parents pouvaient écrire à l'enseignant pour lui demander un rendez-vous, mais pas l'inverse. Mais c'est de l'histoire ancienne car, dès la rentrée, non seulement l'enseignant pourra demander des rendez-vous aux parents mais, en plus, il pourra laisser apparaître ses disponibilités permettant ainsi aux parents de leur comparer aux leurs afin de déterminer une date plus rapidement et efficacement.

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

    Klassroom proposera aussi à la rentrée la fonctionnalité KYS (Know Your Students = Connaitre vos élèves) inspirée des travaux de Dan Levy (enseignant-chercheur à Harvard). KYS permettra aux parents de remplir des petits questionnaires qui permettront de mieux connaître les goûts et les centres d'intérêts des élèves dans le but de susciter leur intérêt et leur motivation.

    Pour ma part, je ne sais pas encore si j'utiliserai pleinement cette fonctionnalité que je travaille déjà en classe mais d'une autre façon. En effet, chaque année, dès la rentrée, je mène plusieurs séances dans ce même objectif. Ces temps d'échanges me semblent être véritablement essentiels au CP notamment pour développer le langage oral et, au-delà du lien école-famille, le lien enseignant-élève qui sera tout aussi essentiel pour favoriser l'entrée dans les apprentissage et lutter contre le décrochage scolaire. J'aviserai donc de l'exploitation de cette fonctionnalité dans ma classe à la rentrée, selon mes réels besoins.

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

    Les parents pourront aussi créer un fin d'année un "year book", autrement dit, un livre regroupant l'ensemble du contenu photo publié sur l'application au cours de l'année afin de conserver un souvenir.

    En tant que maman qui a pu bénéficier de ce type de souvenir par l'école de mon fils, je trouve cette évolution vraiment géniale et j'ai hâte que mes élèves puissent en bénéficier également.

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

     

    Et encore plus de bonnes nouvelles avec la mise en place de la commande vocale qui offrira à tous un accès à l'application, une version gratuite qui donnera accès aux publications des 24 dernières heures et la possibilité d'adhérer à une offre "famille" quand les parents doivent prendre Klassroom pour accéder aux classes de tous leurs enfants.

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

     

     

    Côté KLASSBOARD pour les directeurs d'écoles

    La nouvelle interface, plus pratique, permettra aux chefs d'établissement de voir les classes de leur école en un clin d'oeil et de les gérer en un clic ! La comptabilisation des absences au niveau de l'école facilitera le quotidien des directeurs et des directrices.

    Klassroom leur proposera à la fois l'envoi de mails mais aussi l'envoi de SMS aux familles ainsi que la possibilité d'avoir des conversation privées avec les familles, comme l'ont les enseignants.

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

     

    Et, LA nouvelle de toutes les nouvelles annoncées c'est quand même bien celle-ci :

    Klassroom évolue ...

    Klassroom a été validée par le ministère et peut donc être utilisée sans souci !

    De plus, il sera possible d'importer directement les élèves depuis ONDE, permettant ainsi aux enseignants et aux directions de gagner un temps de saisie considérable !

    Bilan de mon année avec Klassroom et nouveautés pour Septembre 2019 !

    Pour découvrir tout cela, il vous faudra patienter jusqu'à la fin des vacances d'été.

    Mais rien ne vous empêche en attendant de créer votre classe et/ou d'aller découvrir la classe de démonstration proposée sur l'application grâce à la clé "demo.klassroom".

     

    Klassroom évolue ...


    4 commentaires
  • Il y a un an, je vous expliquais ici que je comptais adopter la MHM pour mes CP. Déjà à ce moment-là, je vous précisais que j’allais adapter le contenu de la méthode afin que celui puisse être compatible avec ma classe, de l’emploi du temps aux centres d’autonomie. Un an après, qu’est-ce que ça a donné …

     

    La MHM, un an après ...

    Et bien, pour aller au plus vite, je dirai que, un an après, la MHM m’a bien convenue ... après adaptations ! ;-) 

    La MHM, un an après ...

    Je l’avais déjà bien « réorganisée » l’été dernier, découpant les séances et modules en fonction des temps d’autonomie aux centres et je pense que cela m’a permis de bien m’en sortir avec cette méthode qui, bien qu’ayant de très nombreux avantages, reste un support d’exploitation relativement difficile à mettre en œuvre.

    L’avantage énorme de cette méthode dans le cadre du fonctionnement en centre d’autonomie, c’est la manipulation. Elle est constante et présente pour tous les sous-domaines mathématiques ! Les situations sont diverses et variées et permettent réellement aux élèves de donner du sens aux maths. Bref, moi qui ne porte pas les maths dans mon cœur, j'étais souvent en « panne » d’idées dans ce domaine pour la manipulation et, en choisissant la MHM, j’espérais disposait d’un support qui proposerait de nombreuses situations de manipulation qui me « sauverai » des maths. Pour le coup j’ai été servie et sauvée des eaux !

    Sauvée certes mais pas atterri en terre inconnue pour autant ! En effet, de nombreuses situations de manipulation étaient inspirées de jeux ou de méthodes mathématiques déjà existantes dont celle de Picbille que j’utilisais jusque-là. Mais qui dit manipulation dit matériel et rangement. Depuis mon passage en classe flexible je dispose d’un meuble dédié uniquement aux mathématiques. (Je vous l'avais présenté en vidéo par ici mais il a bien changé depuis ;-p). Ce type d’organisation est également recommandé par la MHM et même indispensable. Se lancer dedans sans disposer d’un meuble mettant à la portée de tous l’ensemble du matériel n’est je pense pas du tout envisageable.

    La MHM, un an après ...

    Comme je le précisais l’an passé déjà, je n’ai pas utilisé les mini-fichiers de la méthode de la manière préconisée pour plusieurs raisons : la quantité de photocopies nécessaires me faisait tourner la tête tout comme la perspective de mener des séances entières à laisser les élèves faire uniquement du fichier. Si j’abandonnais une méthode en fichier, c’était justement et avant tout pour sortir définitivement du trio « papier-crayon-correction ». J’ai donc absolument revu cette partie de la méthode afin de continuer également dans ma démarche personnelle de dédramatisation de l’erreur. Réaliser l’activité au crayon Woody sur une feuille plastique effaçable en cas d’erreur, c’est bien plus attrayant, motivant et moins stressant que de sortir un fichier-papier. Ces activités étaient réalisées selon les besoins et le temps au centre guidé (avec une correction rapide, en direct) ou parfois au centre de mathématiques quand c’était possible (avec une correction différée grâce à l’appareil photo ou au bac de correction). Dans les deux cas, cela nécessitait de la part des élèves, du partage, de l’entraide, des échanges … ce qui était toujours très enrichissant pour eux comme pour moi.

    Et en plus devinez quoi ? Les fiches sont toujours en super état et peuvent repartir pour une nouvelle année d’entraînement. #moinsdepapierutilisé

    Les élèves disposaient malgré cela dans leur cahier de la première page de chaque fichier, celle qui indique le nombre de fiche à réaliser. Ils y entouraient leur avancée au fur et à mesure. C’était également pour moi un moyen de suivre l’avancée de chacun et d’avoir un support pour noter des conseils, des encouragements ou autre.

    Le fait de suivre les élèves, de les observer, d’échanger avec eux sur les manipulations et de les voir échanger sont des éléments que j’ai beaucoup appréciés dans ce fonctionnement. C’était vraiment à l’opposé de ce que j’avais pu vivre avec des fichiers « clé en mains » et j’en suis la première ravie. Il m’était ainsi facile de remplir le cahier de progrès des élèves, avec les élèves, au fil des séances et des apprentissages.

    Comme je l’expliquais ici en vidéo, j’ai également organisé, avant même de commencer la MHM, les séances de manière à ne conserver au centre guidé que les parties « d’apprentissage pur » pour laisser les jeux, les temps d’entraînements, etc … aux centres d’autonomie.

    J'ai donc, dès le départ, chamboulée la MHM afin de ne pas mettre de côté une pratique de classe qui fonctionne, me plait et fait ses preuves.

    De cette manière, j’ai pu finir la méthode dans son intégralité, chose qui n’aurait jamais été possible sans les centres je pense. En déplaçant certains temps de manipulation et de rebrassage aux centres de mathématiques, j’ai également réduit le nombre de séances de certains modules et, par la même occasion, le nombres de séances dans l’année. Cette réduction était indispensable pour parvenir à tenir l’ensemble dans mes 4 créneaux hebdomadaires de maths. Même si la MHM recommande de faire 5 séances par semaine, pour ma part, c’était clairement impossible d’en placer autant dans mon emploi du temps (en fait si, je pourrais les mettre ces 5 séances, mais, dans ce cas, je sais déjà que je serai sans cesse en stress, pressée par le temps, sur le dos des élèves afin de pouvoir AUSSI boucler les autres disciplines du programme. Et ça, non merci !). J’ai donc conservé mon emploi du temps avec mes 4 créneaux de mathématiques par semaine, mêlant de la MHM guidée et de la MHM autonome.

     

    Un des points qui m’avait énormément plu au départ dans la MHM était le côté spiralaire de la méthode. Il est certes très intéressant pour permettre le re-brassage et l’ancrage des compétences dans la durée, permettant ainsi aux élèves d’avoir du temps pour élaborer une réelle démarche d’investigation et de réflexion. Malgré cela, je trouve aujourd’hui deux petits bémols à cette façon de faire :

    D’une part, du côté de l’enseignant : Ayant accueilli plusieurs stagiaires au cours de l’année, j’ai dû leur présenter la MHM au cours de leur stage. Leur tête en voyant le guide du maitre et l’organisation des séances a suffi à me faire comprendre que c’était très compliqué de s’y lancer sans expérience. Il m’a ainsi été très difficile de leur conseiller d’opter pour cette méthode dès leurs première(s) année(s) d’enseignement. Si la méthode fixe des objectifs très généraux et rapides par module, elle ne permet pas de fixer des objectifs clairs et déterminés par séance, élément professionnel qui sera demandé à tout stagiaire pour sa titularisation et même au-delà au cours des nombreuses visites qui jalonneront leur parcours de débutant. De plus, la méthode nécessite également beaucoup de rigueur, d’anticipation et d’organisation ce qui est parfois difficile à mettre en place les premières années étant donné l’ampleur des tâches à réaliser, le stress inhérent aux premiers postes dans le métier mais aussi l’inexpérience qui, loin d’être un défaut, est un fait à considérer.

    D’autre part, du côté des élèves : L’engouement pour les mathématiques était très souvent au rendez-vous avec la MHM… mais pas pour tous ! (Remarquez, c’était pareil avant la MHM ;-p). En effet, la méthode est vraiment progressive, pertinente et encourageante notamment pour les élèves ayant beaucoup de mal dans la discipline ou ceux que ne l’apprécient pas (oui car on sait tous que les émotions jouent un rôle important dans les apprentissages !) mais, pour d’autres, le coté spiralaire leur a vite semblé « ennuyant » car ils n’avaient pas, par moment, l’impression d’aller au fond des choses. Ils devaient, je cite, « trop souvent patienter tout le temps pour aller plus loin parce qu’on soit d’abord revoir autre chose ». C’était assez frustrant parfois (pour eux comme pour moi du coup) de devoir (les faire) attendre la prochaine séance de régulation ou le prochain module pour mener la réflexion plus loin. Comme plusieurs élèves se retrouvaient ainsi sur leur faim, j’ai dû pousser ma révision de la méthode plusieurs fois au fil de l’année et modifiant en partie l’ordre des modules/séances pour ce groupe d’élève en particulier afin de ne pas risquer de perdre leur motivation en cours de route.

    Cela dit, fonctionner ainsi n’a jamais été compliqué pour moi avec la MHM : un petit post-it sur le guide du maître suffisait à me signaler où je m'étais arrêtée, avec quel groupe, afin de toujours bien m’y retrouver. Ainsi, même si elle prévoit, au travers des séances de régulation, des temps permettant aux élèves d’avancer à leur rythme, un des autres avantages de la MHM en terme de différenciation c’est son côté facilement modulable. (Et heureusement !)

     

     Après un an de recul, j’ai donc pu voir de nombreux avantages mais aussi des points noirs à cette méthode.

    Qu'on utilise uniquement un fichier ou de la manipulation, qu'on utilise les deux, qu'on évalue ou pas, qu'on donne des trace écrites ou pas, qu'on donne des devoirs ou pas ... Peu importe le sujet, il y aura toujours du bon et du mauvais, de l'avantage et de l'inconvénient, de l’encensement et des critiques, selon les regards et les points de vue.Les remarques ci-dessus sont donc évidemment liées à ma propre personnalité, mon propre ressenti et mes propres aspirations pédagogiques. Elles ne sont en aucun cas des prescriptions à suivre aveuglément. L'expérimentation restera le meilleur moyen pour vous de vous forger un avis personnel qui vous conviendra. 

    L’année prochaine je poursuivrai donc dans « l’esprit MHM » mais, vous l’aurez compris, sans suivre la méthode à la lettre. Je poursuivrai ainsi avec l’organisation qui a été la mienne cette année et qui m’a personnellement bien convenue.

    De plus, si je n’avais pas beaucoup d’idées en termes de manipulation au départ, j’en ai bien plus à présent ! Et comme je suis de nature à faire beaucoup de choses « à ma sauce » afin de ne pas m’enfermer dans du « clé en main » dépourvu de mes propres envies, j’aimerais vraiment les mettre en œuvre avec mes prochains élèves, que je ne connais pas encore certes, mais qui, je le sais déjà, sauront me dicter, sans dire un seul mot, la marche à suivre avec eux. ;-)

     

     


    votre commentaire