• Après l'année écoulée, il faut se rendre à l'évidence, la place du numérique dans les enseignements et les apprentissages a considérablement évolué. Entre enthousiasme face à un champ des possibles quasi infini et pragmatisme face aux réalités matérielles et temporelles, comment donner une place réelle et efficiente au numérique afin qu’il apporte une réelle plus-value dans le cadre de la mise en place et du développement d’une classe flexible ? Par quels moyens le numérique trouve-t-il sa place dans une classe qui se veut être également centrée sur les élèves ? ​  ​C'est à ces questions que La Maitresse Sev et moi avons tenté de répondre à l'ExplorCamp de l'Université d'été de Ludovia. 

     Ludovia #17

    Ludovia #17

    Pourquoi utiliser les outils numériques en classe flexible ?

    L’appropriation par les élèves d’une réelle autonomie est une des raisons principales qui ont encouragé le développement de l’utilisation du numérique en classe. Les élèves deviennent responsables d’une partie des apprentissages et du retour qui en sera fait à l’enseignant.

    Il s’agit là d’un grand bouleversement dans la répartition des tâches au sein de la classe car l’enseignant doit revoir sa posture et accepter de lâcher prise pour donner à l’élève une place centrale.

    L’accès à divers outils tels que des tablettes, des dictaphones, des ordinateurs fixes ou mobiles ainsi qu’à des appareils photos permet pour l'élève de réaliser un feed-back immédiat sur les activités autonomes, écrites ou manipulées, qui portent sur du réinvestissement ou de la découverte. ​

    Tout comme la mise en place de la classe flexible, l’inclusion des outils numériques dans son enseignement doit être à l'origine d’une volonté de l’enseignant de faire évoluer sa pratique pour l’adapter aux besoins spécifiques de ses élèves. ​

    Ils offrent un suivi plus riche, facilité et réalisé de manière différée dans le temps. (les retours se font sous de nombreuses formes : photos, enregistrements audios, vidéos).

     

    Des points d'appuis pour l'enseignement à distance

    L'autonomie et la capacité de prise d’initiative acquises par les élèves en classe en classe ont été de réels points d’appuis pour l’enseignement à distance et la classe à la maison.  En veillant à transmettre aux élèves des documents qui leurs étaient déjà connus (car préalablement utilisés en classe), les familles ont ainsi pu constater que les enfants étaient capables de se prendre en main et de gérer leur travail scolaire sans avoir besoin d’aide pour s’organiser. Dans une situation où les parents avaient eux-mêmes leurs obligations professionnelles à gérer à distance, l’autonomie des enfants pour la gestion des activités scolaires a été pour eux un confort considérable.  

     

    Et si on n'y connait rien ? 

    Le numérique, même s'il devient de plus en plus présent dans notre quotidien pas seulement de classe, n'est pas toujours évident à prendre en main.

    La première chose à faire est donc de ne pas vouloir en faire trop tout de suite. Il faut se donner le temps de découvrir les outils, de les "apprivoiser" et de ne pas risquer la surcharge cognitive (pour un enseignent ce serait quand même un comble ;-p).

    Comme c'est aussi un travail qui peut être très coûteux en termes de temps et d’énergie, il ne faut pas hésiter à penser "collectif". Le travail d'équipe sera toujours déterminant dans notre métier, encore plus avec le numérique. Un vrai travail d’équipe doit donc être pensé afin de permettre à tous de s’approprier ces outils, que ce soit dans le cadre de l’enseignement en présentiel ou à distance. ​

     

     

    Comme je reçois régulièrement des questions sur l'usage que je fais des outils numériques dans ma classe flexible de CP, j'ai pris le temps de remettre en page un PDF que j'avais eu l'occasion de créer pour une intervention sur le sujet il y a quelques mois.

    J'y présente les différents outils numériques disponibles dans ma classe et les multiples utilisations que les élèves et moi en faisons (au quotidien ou occasionnellement).

    Repenser la place du numérique en classe flexible

    En espérant que cela pourra vous aider à y voir plus clair, à vous aider ou à vous inspirer. ;-)


    votre commentaire
  • Les deux dernières années, j'ai pu me rendre au salon EducatechTice et découvrir du mobilier permettant de rendre l'espace modulable. De nombreux tableaux étaient présentés mais l'un d'eux avait retenu mon attention en particulier : Le tableau mobile Tipi. J'ai désormais la grande chance d'en avoir un dans ma classe, l'occasion de vous en faire une petite présentation.

     

    Parce qu'une photo vaut mille mots (et éviter tout malentendu car, pour moi par exemple, un tipi c'est une tente indienne et pas un tableau lol) voici le tableau mobile Tipi dont il est question ici :

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    C'est donc un tableau blanc à roulettes qui propose un double mur d'écriture.

    Dit comme ça, vous pourriez me dire "Ok maitresse ... Rien de bien nouveau sous le soleil quoi !".

    Mais en fait si !

    J'avais pu l'utiliser pour animer des ateliers au salon EducatechTice en 2018 et 2019 et je lui avais ainsi trouvé (mais cela n'est - comme toujours d'ailleurs - que mon point de vue personnel) bien plus d'avantages et de potentiel que beaucoup d'autres tableaux blancs à roulettes.

    Le tableau au sein du Carrefour de l'innovation

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    Les recherches d'un des groupes de travail sur le tableau Tipi

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    Les surfaces d'écriture

    Son avantage premier est que ses tableaux descendent jusqu'au sol ce qui permettra aux élèves de l'utiliser autant (et même plus ;-p) que moi. Les autres tableaux blancs sont en général prévus pour une utilisation par un enseignant (et donc un adulte) et ne sont réglables que sur une hauteur limitée.

    La disposition inclinée des tableaux permettra d'offrir aux élèves un support pratique pour travailler la flexion du poignet lors de l'apprentissage du geste d'écriture. (Cela sera bien sûr également travaillé sur un tableau blanc mural, avec le jeu du yoyo, etc ...).

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    Le tableau mobile Tipi : un support plein de potentiel

    Le tableau mobile Tipi : un support plein de potentiel

     

    Les deux surfaces sont très larges, en émail et donc effaçables à sec. J'ai choisi de placer sur chacun des tableaux une pochette aimantée avec des feutres d'ardoise et des crayons Woody. Ainsi ils disposent tous les deux de leur propre équipement d'écriture ce qui évitera aux élèves d'en faire le tour pour trouver l'outil qui leur conviendra.

    Voici les pochettes en question et leur contenu :

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    Les roulettes

    Comme beaucoup de tableaux blancs, il dispose de roulettes ce qui le rend mobile. Même s'il pèse son poids (69kg) les élèves pourront malgré tout le manipuler si besoin car l'inclinaison des tableaux offre plus de stabilité et de "prise" pour les jeunes enfants.

    Ces roulettes très résistantes me permettront également de profiter du tableau Tipi ailleurs que dans la classe. Il me suffira de le sortir sous le préau ou même dans la cour pour faire classe en extérieur (ce qui sera bien plus facilitant avec le protocole pour le coup !).

     

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités


    Le cloisonnement

    Il est possible d'utiliser le tableau Tipi comme cloison de séparation. En effet, comme il est accessible aux enfants des deux cotés, il sera possible de faire travailler plusieurs groupes sur ce même outil et de les séparer physiquement.

    NB : Si on dispose de plusieurs tableaux Tipi, il est très facile de les assembler ensemble grâce à des aimants (HYPER puissants !)  placés sur le côté. Parfait pour créer des cloisons de séparation plus grandes !

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    L'espace de rangement

    Entre les deux tableaux inclinés, un espace de rangement avec 3 étagères de différentes largeurs est disponible. Pour ma part j'ai décidé d'y mettre :

    - en haut, du petit matériel car l'étagère n'est pas très large (casque anti-bruit 

    - au milieu, des petits outils pour les élèves tels que les ardoises et les kits de manipulation individuels qui peuvent leur servir partout dans la classe et à tout moment.

    - en bas, des éléments plus volumineux (mais pas trop lourd afin de ne pas trop charger le tableau) comme les coussins, les galettes d'assises, les tabliers de peinture ...

    Le tableau mobile Tipi : un support plein de potentiel

    Le tableau mobile Tipi : un support plein de potentiel

    Le tableau Tipi est ainsi une des raisons pour lesquelles j'ai abandonné le U devant le tableau. En effet, cette disposition me permettait de facilement aider les élèves en centre guidé mais il offrait aussi un espace de regroupement pour le groupe-classe. Malheureusement, en raison du protocole sanitaire, j'avais abandonné cette disposition (qui ne permettait pas de respecter le mètre latéral en fin d'année dernière) ce qui m'avait poussée à trouver d'autres solutions pour réunir tous mes élèves. J'en avais apprécié une en particulier mais elle ne me permettait pas de disposer d'un support d'écriture pour expliquer le travail aux enfants ou autre.

    Le tableau Tipi me permet de résoudre ce problème et c'est pourquoi le U ne sera plus présent dans ma classe au 1er septembre. Pour réunir toute ma classe lors des temps d'oral collectif par exemple, il nous suffira de bouger les tables du fond de la salle pour libérer un maximum d'espace au sol (comme je le fais déjà pour les débats d'EMC ou les temps de chant et même de danse ;-)). Les élèves pourront s’asseoir par terre (je pense mettre des repères au sol pour respecter la plus grande distance possible entre eux).

    Les tables à l'avant de la classe sont donc disposées ainsi pour la rentrée :

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    Cette disposition est moins "encombrante" que le U et j'ai pu rapprocher les tables du tableau ce qui agrandi l'espace disponible au sol dans le fond de la classe.

    Le tableau tipi mobile : un outil pour de multiples possibilités

    Le tableau mobile Tipi : un support plein de potentiel

     

    De plus, comme je le proposais dans l'article sur mes réflexions autour de la classe flexible et du protocole sanitaire, un des aménagement envisagés décrit un fonctionnement en 3 groupes de travail.

    Grâce à ce nouveau tableau dans ma classe, cette organisation sera assez facile à mettre en œuvre.

    Je pourrais par exemple mettre en place 3 groupes de travail différents :

    - un groupe de 8/9 élèves avec moi près du tableau mural,

    - un autre groupe de 8 sur une activité autonome commune d'un côté du tableau Tipi

    - un dernier groupe de 8 en autonomie (tableau de programmation, plan de travail ...).

    Mais le tableau pourrait aussi être pratique dans le couloir au besoin ...

    Bref, vous l'aurez compris, les idées ne manquent pas !!

    Le tableau mobile Tipi (même s'il n'a pas encore été testé par les élèves car la rentrée n'est que dans quelques jours) aura un rôle non-négligeable au sein de ma classe (et pas seulement celle "post-covid" ;-)).

     

    Pour ceux qui m'ont demandé l'info sur les réseaux sociaux, ce tableau vient du fournisseur Manutan Collectivités. Vous trouverez sa fiche produit par ICI.


    3 commentaires
  • Vous êtes très nombreux à me contacter ces derniers temps, motivés par l'envie de mettre en place une classe flexible. Les questions que je reçois sont très nombreuses et j'avoue ne pas disposer de suffisammnt de temps pour répondre à chacun et apporter une aide individuelle et personnalisée efficace avant la rentrée. Malgré tout, j'ai pensé à un support qui vous sera sans aucun doute d'une grande aide dans votre projet ...

    L'année dernière, le blog Classe de demain et Manutan Collectivtés ont sorti un livre blanc dédié aux premiers pas en classe flexible.

    Motivés par la volonté de proposer aux enseignants des pistes, clés et outils pour les aider dans leur projet, les équipes de Manutan Collectivités étaient parties durant plusieurs mois à la rencontre des enseignants afin de comprendre les problématiques de terrains, échanger sur les solutions possibles et apporter leur expertise autour de l'aménagement des espaces.

    J'avais eu le grand plaisir d'être contactée et de témoigner de mon expérience.

    Ce livre blanc propose des supports méthodologiques qui pourront très certainement vous aider à concrétiser vos idées, vos envies, vos besoins ... VOTRE projet. D'un bilan sur sa pratique et son espace en passant par l'inventaire du mobilier et la réalisation des plans de classe, les outils de ce livre blanc vous permettront de ne rater aucun point essentiel.

    Pour en savoir plus, cliquez sur l'image ci-dessous. Vous pourrez alors télécharger votre exemplaire numérique du livre "Les premiers pas en classe flexible".

    Les premiers pas en classe flexible

    En espérant que cela pourra vous aider, vous inspirer et répondre à toutes les questions auxquelles je n'ai malheureusement pas toujours le temps de répondre avec détails et précisions. :-/


    votre commentaire
  • Comme je vous en parlais dans l'article sur mes réflexions autour de la classe flexible et du protocole sanitaire, j'ai choisi de créer cette année des kits individuels pour mes élèves afin de pouvoir faire face à toute éventualité. Voici donc un petit article pour vous présenter ce le contenu de ces kits.

    "La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est permise."

    D'après le dernier protocole, les élèves pourront donc utiliser du matériel commun de manipulation.

    Malgré cela, dès le mois de juin, j'ai choisi de créer des kits individuels et nominatifs que les élèves utiliseront dès la rentrée.

    Ainsi, dans le cas où un reconfinement, même partiel, redeviendrait d'actualité, ils disposeraient tous du matériel nécessaire pour travailler chez eux facilement. 

    Chaque élève disposera de deux kits à son nom : un des mathématiques et un de lecture.

    Celui de mathématiques contiendra des Noums (petits personnages de notre méthode de mathématiques) au nom de l'enfant. Ce kit sera ensuite enrichi par des jetons et/ou des petits cubes selon les besoins de chacun.

    Celui de lecture contiendra les différentes cartes "lettres" et "sons" de la méthode Aloé qui sera notre base de travail à ma collègue et moi-même cette année.

    Les kits de manipulation individuels

    A l'heure actuelle, les deux kits sont mélangés dans une seule et même pochette nominative car je ne dispose pas encore de toutes les boites de rangement nécessaires.

    En effet, les kits seront rangés dans des boites d'allumettes, elles-mêmes apportées par les familles à la rentrée des classes. Chaque boite sera alors recouverte d'une étiquette permettant de savoir de quel kit il s'agit et à quel élève il appartient.

    Les kits de manipulation individuels

    Afin d'anticiper les "Maitreeeesssse ! La boite elle est sortie de l'étuiiii ! J'arrive pas à la remeeeeettre !", j'ai bidouillé une petite cale sur la boite "test". Un 3 coups de cutter et un petit pliage vers le bas, la boite se retrouve arrêtée avant de sortir totalement de l'étui. ;-)

    Les kits de manipulation individuels

     

    NB : Cet article sera mis à jour à la rentrée, une fois que les kits seront mis en place.


    1 commentaire
  • L'année scolaire à venir risque de nous réserver des surprises (espérons qu'elles soient bonnes bien sûr !). Dès la rentrée, il nous faudra respecter un protocole sanitaire, certes moins strict que les précédents, mais ayant malgré tout des lignes directrices fortes. Pour ma part, j'ai réfléchi tout l'été à deux possibilités d'aménagement pour ma classe. Vous trouverez dans cet article l'état de l'avancée de mes réflexions.

     

    Pour les intéressé(e)s, j'avais présenté ces réflexions dans une story Instagram que vous pouvez retrouver ici

     

    Les protocoles

    Oui ... Je sais ... Le titre est au pluriel alors qu'on en a qu'un seul à suivre ... à la fois !

    Le dernier en date est disponible ici. Mais, comme nous avons déjà eu la chance d'en connaître plusieurs différents, je me prépare psychologiquement à en avoir des nouveaux régulièrement cette année encore, en fonction de la circulation du virus. (Et oui ... Faut pas croire !! Même la hiérarchie vit au jour le jour ! On n'est pas les seuls. C'est peut-être incroyable mais c'est vrai ! Même elle doit s'adapter ... et dans l'urgence ! Même si ce n'est pas évident pour nous au quotidien, face aux élèves, le fait est que je préfère de loin être dans mes baskets que dans les leurs. Mais soyons positifs : maintenant nous avons TOUS un peu de recul et d'expérience. Tout se passera mieux en 2020-2021 ;-)).

    Si en fin d'année, j'ai eu quelques craintes concernant la poursuite de la classe flexible (en l'état) compte tenu des différents protocoles, il en est tout autrement aujourd'hui ! En effet, la classe flexible (à mon sens), de par son espace-classe aéré, allégé en mobilier et modulable, me semble être une solution possible pour mener à bien les directives sanitaires.

    Le blog Classe de demain a d'ailleurs pu participer à une  réflexion commune organisé par l'Education Nationale afin d’élaborer des solutions concrètes à mettre en place dès la rentrée 2020-2021 dont la classe flexible.

    Pour plus de détails, cliquez sur l'image ci-dessous.

    Réflexions autour de la classe flexible et du protocole sanitaire

    En effet, je pense qu'en mai-juin, nous avons toutes et tous fait au mieux et au plus rapide. Nous n'avons pas pu disposer de suffisamment de temps pour nous retourner, regarder en arrière et mener une réflexion de fond afin d'envisager les choses sereinement. Il nous a fallu aller VITE ET BIEN dans le but de veiller à la bonne santé de tous. Le retour des tables en rangs d'oignons a donc été la solution la plus évidente à mettre en œuvre, celle qui répondait aux exigences du moment et au contexte.

    Et puis, on se disait surtout que ce serait pour quelques semaines seulement, que la rentrée serait différente et qu'un retour "à la normale" sans doute envisageable malgré tout.

    Seulement voilà ! Il en est tout autre aujourd'hui. Le virus circule encore (et risque fort de redoubler vu le laisser-aller général que je constate personnellement quand je sors de chez moi ... Mais ce n'est que mon avis ...). J'ai donc décidé de me préparer "au pire des scénarios" afin de ne pas risquer de revivre une année aussi mouvementée que la précédente (le niveau scolaire des élèves suite au confinement me donnera sans aucun doute suffisamment de travail, pas besoin de m'en rajouter après coup avec un aménagement complet à revoir dans le feu de l'action !).

    Mais, cette fois, hors de question pour moi de remettre mes tables en rangs d'oignons ! Avec toutes les dernières connaissances scientifiques faites pour prendre en compte les besoins des élèves et tous les constats réalisés au sein de ma classe ces dernières années, j'aurais l'impression de renier tout ce en quoi je crois profondément.

    Je me suis donc mise à la recherche de moyens qui me permettraient de concilier "classe flexible" et "protocole sanitaire". Pour m'éviter toute mauvaise surprise, j'ai choisi de penser dès cet été à des aménagements qui respectent des normes assez strictes. Ainsi, si jamais elles font leur réapparition surprise en cours d'année, je sais que je pourrais "faire face" et les mettre en œuvre facilement car j'aurais préparé ma classe et mes élèves en amont.

     

    Voici donc les normes générales qui ont guidé mes plans d'aménagements potentiels :

    Le respect du mètre latéral entre les élèves : En effet le protocole dit : "Dans les espaces clos (salles de classe, ateliers, bibliothèques, réfectoires, cantines, internats, etc.), la distanciation physique n’est plus obligatoire lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves. Néanmoins, les espaces sont organisés de manière à maintenir la plus grande distance possible." Autrement dit, si on peut le respecter, il faut le respecter. #challengeaccepted ;-p

    Pas d'élève en face-à-face à moins d'1m de distance (qu'ils soient assis ou en mouvement) : En effet, les mouvements ne sont plus interdits dans la classe et permettent de laisser les élèves bouger dans la journée. Le fonctionnement par rotation de groupes est donc tout à fait possible à condition de veiller à ce que les élèves ne se retrouvent pas face-à-face lors des transitions. En conservant un sens de marche au sein de la salle de classe, il est possible de conserver une classe flexible comme celle connue jusque là. Pour ma part, je pense utiliser ce sens de circulation dès la rentrée (il figure sous forme de flèches violettes sur le plans). Il deviendrait alors (au même titre que la mise en rang élargi dans le couloir) une nouvelle habitude de classe. Comme les enfants savent très bien s'adapter à un nouvel enseignant et à un nouveau fonctionnement en début d'année , il ne leur sera pas très difficile d'acquérir ces nouveaux réflexes s'ils leur sont présentés dès le 1er septembre. (En tous cas je l'espère vraiment. ;-))

     

    Le matériel : La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est permise. D'après le dernier protocole, les élèves pourront donc utiliser du matériel commun de manipulation (ce qui simplifiera les activités en centres d'autonomie). Malgré cela, j'ai choisi de créer des kits individuels et nominatifs que les élèves pourront utiliser dès la rentrée. Ainsi, dans le cas ou un reconfinement, même partiel, reviendrait, ils disposeraient tous du matériel nécessaire pour travailler chez eux facilement. (Je vous détaillerai ces kits au plus vite).

    Si jamais le protocole se durcissait par la suite, la rotation des groupes se ferait alors non plus selon les disciplines mais en fonction des temps de nettoyage et de désinfection des locaux et du matériel. Je dispose en classe du nécessaire pour désinfecter le matériel et le mobilier dans l'urgence (élève malade subitement ou autre) mais pas de faire un "shake-up" complet de la salle de classe. (D'autant qu'avec les surveillances de couloirs, de récrés, etc ... impossible de trouver le temps de le faire même si je le voulais vraiment !).

    Si les élèves n'ont plus le droit de quitter leur place sur la journée, les rotations seraient alors moins fréquentes avec, dans le pire des cas, un travail par groupe au centre guidé un jour sur deux. Mais un jour entier à une place flexible ou une chaise ordinaire n'est pas envisageable à mon sens et, dans ce cas, je mènerai plus de temps de travail en groupe classe, en extérieur, afin de permettre aux enfants de bouger. Rien n'est encore fixé sur ce point mais c'est en réflexion aussi, c'est déjà ça. ;-)

     

    NB : Le rectangle avec le point d'interrogation est un mobilier que je recevrai à la rentrée et qui sera amener à bouger régulièrement de place. Je vous en reparle dès que possible.

     

    Aménagement envisagé n°1 : Fonctionnement en 2 sous-groupes

     

    Réflexions autour de la classe flexible et du protocole sanitaire

     

    Dans cette configuration, il m’est possible de disposer de 29 espaces de travail individuels (quasiment autant en centre guidé qu’en centres d’autonomie et encore quelques espaces de travail disponibles dans le couloir pour les activités autonomes nécessitant du calme).

     

    L’avantage considérable est que cette organisation spatiale me permettrait de poursuivre mon fonctionnement habituel avec seulement deux sous-groupes à alterner. N’avoir que deux sous-groupes facilite les rotations : elles sont possibles sur chaque disciplines, ou sur une demi-journée, ou sur la journée ou même encore un jour sur deux Ainsi, si jamais les directives deviennent plus strict au cours de l’année (on ne sait jamais …), je dispose de plusieurs organisations temporelles possibles, dont aucune ne perturbera les habitudes acquises par les élèves.

    Cependant, les élèves, lorsqu’ils sont au centre guidé, ne sont pas tous face au tableau ce qui risque de perturber fortement non seulement les temps d’apprentissage du geste graphique mais tous les autres également car les élèves devront sans cesse se tourner pour voir correctement. Je les ai placé de profil par rapport au tableau plutôt que dos à lui afin d’éviter à la moitié d’entre eux d’avoir à se tourner complètement. C’est toujours ça mais bien loin de l’idéal.

     

     

     

    Aménagement n°2 : Fonctionnement en 3 sous-groupes

     

    Réflexions autour de la classe flexible et du protocole sanitaire

    Dans cette configuration, il m’est possible de disposer uniquement des 25 espaces de travail individuels (8/9 au centre guidé et 16/17 en autonomie mais toujours quelques espaces de travail disponibles dans le couloir pour les activités autonomes nécessitant du calme).

     

    L’avantage considérable est que cette organisation spatiale permettra d’avoir tous les élèves face au tableau au centre guidé.

     

    En revanche, le fait de ne pouvoir disposer que de 9 places maximum au centre guidé m’obligera à tourner avec 3 sous-groupes. Il faudra alors envisager des rotations par demi-journée dans le meilleur des cas ou sur 3 jours ce qui est plus probable en raison du nettoyage des locaux. Les élèves seraient alors une journée entière à une place flexible ou à une chaise ce qui est difficilement envisageable.

     

     

     

    Le travail de groupe

     

    Réflexions autour de la classe flexible et du protocole sanitaire

    En veillant à ce que les élèves se lavent les mains avant et après le travail demandé, il est possible de respecter les conditions précisées dans le protocole. Ainsi le travail de groupe peut tout à fait être mené en plaçant les tables et les élèves comme sur ce schéma :

     

    Cette disposition ne permet pas (dans ma classe en tous cas) de mener des temps de travail en groupe très longs car les pieds de mes tables empêchent les chaises de passer au bout. Les élèves seront donc éloignés de la table à ces places ce qui les obligera à s’asseoir dans des positions non tenables pour les temps d'écriture.

     

    En revanche, si besoin, il est possible de démarquer l’espace de chacun avec du masking tape ainsi qu’un espace commun au milieu de la table.

    De même, sur le schéma, les licorn'élèves ont des masques. En effet, dans le cas où les distances ne pourraient pas être respectées, je pense qu'il peut-être utile de faire porter des masques aux élèves. SI le port du masque est obligatoire à partir de 11 ans, il n'est pas stipuler qu'il est interdit pour les plus jeunes. Au contraire, c'est recommandé mais non-obligatoire. Aussi, afin de mener des travaux de groupes sans stress de contamination, le port d'un masque juste pour ce temps de travail particulier s'avèrerait, à mon sens, très pratique. (Je n'ai pas réfléchi aux détails logistiques pour le moment - qui fournit le masque ? où le range-t-on après usage ? qui le lave ? etc ...- mais c'est une idée qui vaut ce qu'elle vaut.).

     

     

    Voilà donc où en sont mes réflexions actuelles autour de l'aménagement de ma classe flexible et du protocole lié au covid-19 pour l'année à venir. Cet article sera mis à jour en fonction des nouvelles idées et possibilités que je pourrais avoir ou découvrir.

    En attendant, pour vous permettre de recueillir encore plus d'idées pour aménager votre propre classe, je vous conseille d'aller lire l'article de Tanière de Kyban : Aménager sa classe (flexible ou non) malgré la covid-19 qui vous propose de multiples dispositions possibles.

     

    #ensembleonvaplusloin ;-)

     

     


    9 commentaires