• Cette année, j'avais ouvert un blog de classe sur toutemonannée.com car mes élèves m'ont fait part de leur regret de ne pas pouvoir montrer nos élevages et nos plantations à leurs parents.

    C'est en en parlant sur Instagram que certains followers m'ont fait part d'autres sites permettant de créer à de gérer des blogs de classe.

    Comme j'aime bien l'aventure et essayer d'autres choses (vous n'aviez pas remarqué ? Ah ... ben voilà, c'est fait ! ;-)), j'ai décidé de me lancer l'an prochain dans un nouveau blog de classe sur Klassroom.

    Qu'est-ce que c'est ?

    "C'est une application web et mobile qui réinvente la façon de communiquer entre les parents et les professeurs au sujet des enfants et de leurs activités de manière plus efficace, en toute sécurité et en temps réel"

    Klassroom

    (lien vers le site en cliquant sur l'image)

    Ce qui m'a plu c'est que leur application permet de rédiger des articles sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone (ça tombe bien car j'utilise les trois !) mais elle permet aussi aux parents d'avoir accès aux publications non seulement sur un ordinateur mais également sur leur propre téléphone.

    C'est pas beau le XXIe siècle quand même ?!

    Et en plus, COCORICO ! C'est une start-up bien française qui a mis ça au point !

    Pour plus d'informations sur l'application, n'hésitez pas à vous rendre sur le blog charivarialecole qui a fait un article très clair et détaillé sur cette application.

     

    Mise à jour du 30/07/2018

    Voici le diaporama qui sera diffusé après la réunion de rentrée pour parents désirant de l'aide pour installer l'application.

    L'application Klassroom

     Rendez-vous très bientôt pour plus d'informations concernant Klassroom et la V3.

    Mais d'abord, place aux vacances ... les vraies ! ;-)


    11 commentaires
  • En allégeant mes murs en affichages didactiques j'ai pu à nouveau découvrir la couleur des murs de ma salle de classe ! ;-)

    Ils se trouvaient du coup vraiment vides ! Très vides ... trop vides !!

    "Rooo ! Mais elle ne sait pas ce qu'elle veut celle-là !"

    Et bien SI ! Car l'idée m'est alors venue, en lisant l'ouvrage sur les centres de littératie de Debbie Diller, de donner cet espace  à mes élèves ! Après tout, j'aménageais la classe pour eux, changeais d'organisation pour eux ... Je voulais donc à présent leur offrir les murs de la classe qu'ils fréquentent au quotidien. Je ne voulais plus entendre :

    "Elle est belle ta classe maîtresse !"

    mais

    "Elle est belle NOTRE classe !"

    car, oui, c'est bien la nôtre de classe ! 

    Ainsi (et toujours après concertation avec mes collègues adorées <3 !), j'ai décidé d'aménager les murs afin de leur permettre de mettre leur petite touche personnelle quand ils le souhaitent !

    C'est alors que sont apparus le "mur des stars" et "l'ar(t)c-en-ciel" !

    Une images parlant mieux que 1 000 mots, je vous laisse les découvrir ci-dessous (avec quand même une petite bafouille plus bas histoire de vous expliquer tout ça).

    L'ar(t)c-en-ciel du CPa

    Les espaces d'affichage individuel

    Cet affichage se situe dans le couloir, face à la porte d'entrée de la salle de classe.

    Comme son nom l'indique, il sert à afficher les œuvres réalisées en arts visuels aux yeux, non seulement des camardes de classe, mais aussi et surtout des camarades de toute l'école. Le talent ne devrait pas s'arrêter au seuil de la classe. Cet ar(t)c-en-ciel est un ensemble de feuilles cartonnées (et très colorées, comme souvent avec moi ... O:-D) que j'ai plastifié et sur lesquelles j'ai collé une pince à linge au pistolet à colle. Ainsi, il est très facile et extrêmement rapide de mettre en place les dessins, peintures et autres œuvres de mes artistes en herbe.

    Les affiches sont à une hauteur accessible aux élèves et ils peuvent donc aller y installer leur travail sur l'espace qui leur est attribué dès qu'il est terminé. J'évite alors aussi le stockage de plusieurs travaux terminés dans un coin de la salle, attendant patiemment que les autres élèves (plus lents ou plus créatifs selon le point de vue), aient terminés à leur tour pour pouvoir tout afficher en même temps avec de la pâte à fixer qui ne tient pas. Ici, encore, gain de temps considérable !

     

    Le mur des stars

    Les espaces d'affichage individuel

    ... qui est lui aussi devenu une star finalement étant donné le nombre de réactions qu'il a suscité sur Instagram et par mail ! ;-)

    Ce mur est composé, comme l'ar(t)c-en-ciel de feuilles cartonnées, plastifiés, "pince-à-lingées" et toujours aussi colorées ! Par contre, sur ce mot d'affichage il n'est pas question d'art du tout ! Les élèves disposent chacun ici aussi d'un espace-feuille personnel qui leur est réservé.

    Les espaces d'affichage individuel

    Dans cette pince à linge, l'élève affiche ce qu'il a envie !!

    Il a réalisé une production écrite qui lui plaît beaucoup et il veut la partager avec les autres ? Pas de soucis ! il l'affiche !

    Il a fait beaucoup de progrès en additions posées et veut montrer que son dernier exercice au fichier est juste ? Pas de soucis ! Je photocopie la page et il l'affiche !

    Il a amélioré son graphisme ou son écriture et respecte maintenant les hauteurs de lettres ? Pas de soucis ! Il l'affiche !

    Et les exemples peuvent être vraiment nombreux mais, pour faire simple, ce sont mes petites Stars rien qu'à moi (et à leurs parents, oui, bon OK !!) qui affichent leurs talents et leurs progrès !

    En fin d'année, certains s'en sont servis aussi de "boîte aux lettres" en glissant dans la pince à linge d'une camarade (dont il est amoureux en fait, mais chuuuut !! C'est un secret !) un petit message confidentiel écrit au centre d'écriture .

    Du coup, je leur ai aussi trouvé une autre utilité à ce mur des stars ! ;-)

    Comme je n'ai plus de bureau pour poser les travaux pour les élèves absents, HOP ! Je glisse tout au fur et à mesure dans la pince à linge de l'élève concerné ! Pas de bazar qui traine, pas de feuille perdue ! Tout est là ! A son retour, il n'a plus qu'à récupérer et rattraper le tout !

    Je vais me répéter je sais mais ... c'est un gain de temps et d'énergie !

    Ce mur, contrairement à l'ar(t)c-en-ciel, est situé dans la salle de classe et placé au centre de lecture. Chacun peut alors prendre le temps, durant ses activités d'autonomie, de lire, d'admirer et/ou de savourer les progrès dont ses camarades sont fiers.

    Après tout, qu'on lise une BD, un album ou la rédaction d'un copain, cela importe peu. L'important est de lire non ? ;-)


    13 commentaires
  • Je vous parlais dans une précédente publication du travail en demie-classe et du fonctionnement de la table de travail dirigé, la table en U. Suite à cela, une question est revenue dans vos commentaires, tant sur le blog que sur Instagram

    "Comment se placent les élèves lors des temps de travail en classe entière ?"

    En effet, cette année j'ai pratiqué le travail en demi-classe pour le français et les mathématiques uniquement.

    Pourquoi ? Simplement pour des raisons logistiques. J'ai modifié ma pratique en cours d'année : il y avait donc des projets inter-classes démarrés, des plages de décloisonnement établies  ... Autant de raisons qui ont fait qu'il m'était impossible d'enseigner en deux groupes pour le restant des matières.

    Cela ne sera cependant pas le cas pour l'année scolaire à venir où je pense travailler aussi en demi-classe en anglais (au moins ;-)).

    Ainsi, cette année, j'ai tout de même travaillé en classe entière assez souvent et cela en l'adaptant à l'aménagement des centres et du flexible seating.

    Ces temps collectifs de divisaient en général en deux phases ...

    1) Un temps de regroupement sur le tapis et la table en U pour découvrir la notion, le thème, ...

    2) Un temps d'installation dans la classe pour les manipulations, le travail écrit, ...

     

    Pour se faire et pour que les séances en classe entière se déroulent sans conflit, j'ai procédé de deux manières différentes afin de faire évoluer la classe et l'autonomie des élèves ...

    1) Au début du changement, j'affichais au tableau une des deux demi-classe (A ou B). Les élèves du groupe affiché devaient s'installer à la table  en Udès le regroupement et y rester jusqu'à la fin de la séance tandis que l'autre groupe pouvait se plaçait dans le restant de l'espace-classe selon ses envies.

    Si un conflit arrivait (par exemple, deux élèves voulaient le même ballon sauteur), nous cherchions une solution ensemble pour régler le désaccord (nous avions travailler en EMC sur la gestion des conflits et les élèves ont très rapidement pris le réflexe de "ploufer" ou de jouer à "pierre, feuille, ciseaux" pour régler les petits problèmes de ce genre).

    2) Rapidement, et afin de respecter mon envie de rendre la classe plus flexible (voir article "Le flexible seating expliqué"), je n'ai plus imposé de groupe à la table en U au regroupement. Je laissais les élèves libres de s'assoir à la table en U ou sur le tapis lors  du regroupement puis à la table en U ou ailleurs dans la classe durant le temps de travail individuel.

    Si un conflit intervenait alors et si les élèves ne parvenaient pas à le régler seuls, je respectais alors les règles du flexible seating et décidais moi-même de la place qu'ils devaient occuper (en veillant bien sûr à ne pas attribuer la position conflictuelle à l'un des deux élèves en opposition).

    J'espère que ces petites précisions ont pu vous aider à mieux comprendre l'organisation de la classe lors des temps de travail en classe entière.

     


    4 commentaires
  • Dans l'espace M.M.A. que je vous décrivez dans un précédent article du blog, j'ai évoqué la présence du S.O.S. Maîtresse. Voilà donc un article à son sujet qui, je l'espère, répondra à toutes vos questions.

    Qu'est-ce que le "S.O.S Maîtresse" ?

    C'est une affiche plastifiée sur laquelle figure ce même titre. Elle est affichée au tableau, sur la Mémoire Murale des Apprentissages à destination des élèves.

    S.O.S. Maîtresse

    A quoi sert le "S.O.S. Maîtresse" ?

    Comme vous l'avez compris, je travaille en demi-classe. Il y a donc, au moins durant les temps de travail en mathématiques et en français, une douzaine d'élèves qui travaillent en autonomie, seul ou à deux. Lorsque les élèves sont dans cette situation de travail, ils doivent respecter 2 règles indiscutables :

    - chuchoter pour ne pas déranger leurs camarades

    - réfléchir pour ne pas déranger la maîtresse

    Ils ne doivent en aucun cas venir à la table en U pour m'interrompre et doivent, en cas d'éventuelle question, suivre ce que nous avons appelé le "protocole d'autonomie" :

    1) Je réfléchis seul

    2) Si je n'y arrive pas, je demande de l'aide à mon binôme

    3) Si nous n'y arrivons pas, je vais demander de l'aide auprès des autres camarades de mon groupe

    4) Si personne ne sait comment m'aider, je me dirige vers le S.O.S. Maîtresse.

    Comme vous pouvez le voir sur la photo, un paquet de feuilles autocollantes et repositionnables de type Post-it et mis à disposition à côté de l'affiche. Les élèves peuvent s'en servir pour y écrire soit leur prénom (en début d'année), soit directement leur question ou leur problème.

    Je regarde régulièrement vers cette zone du tableau afin de voir si des élèves ont besoin de mon aide dans l'autre groupe. Quand je vois un message et que j'ai le temps d'y répondre, je prend la feuille affichée pour prendre connaissance de la difficulté rencontrée avant d'aller à la rencontre de l'élève qui l'a posé pour lui répondre et l'orienter.

    Ainsi, je peux me consacrer totalement à mon groupe de travail dirigé sans être dérangée, tout en restant disponible pour tous mes élèves.

    Les élèves ont très rapidement saisi le principe et l'importance du S.O.S. Maîtresse : bien sûr, en début d'année, les élèves viennent m'interrompre car ils n'y pensent pas directement Ils en prennent cependant très rapidement l'habitude pour, finalement, ne plus l'utiliser car ils parviennent à trouver des réponses seul ou avec l'aide des autres.


    8 commentaires
  • Lors du forum pédagogique de ma circonscription, j’ai pu découvrir Plickers.

    C est une application multiplateforme permettant d’interroger simultanément et individuellement à une même question (à choix mutltiples) tous les élèves d’une classe en utilisant de simples étiquettes en papier.
    Le traitement des réponses est instantané et visible sur un ordinateur ou un smartphone.

    Le principe de Plickers

    L’enseignant entre dans l’application sa liste d’élève en leur attribuant un QR code particulier (le site fournit un kit gratuit d’une trentaine de QR code pour démarrer, ils sont tous numérotés). Puis il faut saisir, dans l’application toujours, la ou les questions et des réponses proposées. Chaque élève dispose d’une étiquette sur laquelle est imprimée un symbole de type QRcode, comme ci-dessous, qu’il présente à l’enseignant.

    Evaluer ses élèves avec Plickers


    La réponse choisie est déterminée par l’orientation du QRcode : si l’élève souhaite répondre à la question par la réponse B, il lui faut présenter le carton en plaçant la lettre B vers les haut, en direction du plafond.
    L’enseignant équipé d’un appareil de prise de vue connecté à Internet (smartphone ou tablette) balaye la salle. Le système « scanne » en direct les réponses.
    Instantanément l’application enregistre et affiche les résultats, les statistiques et les graphiques sur le terminal utilisé par l’enseignant.

    Avantages :

    • Plickers est gratuit
    • les réponses peuvent être anonymes ou nominatives
    • la lecture des QRcodes se fait par balayage sans prise de vue
    • la préparation des questions en ligne en amont est possible
    • possibilité d’ajouter des images aux questions
    • affichage des réponses en direct à l’écran
    • stockage des réponses pour une exploitation ultérieure
    • fonctionne sous IOS et Androïd
    • aucune intervention nécessaire sur le réseau
    • création des groupes ou classes en ligne

    Inconvénients :

    • connexion Internet obligatoire
    • création d’un compte obligatoire
    • question fermée uniquement
    • quatre choix de réponse maximum

    Pour plus de détails, n’hésitez pas à vous rendre sur le site Plickers ou celui du CRDP de Dijon qui explique en détail la mise en œuvre de l’application.

     


    votre commentaire